14260 articles - 12260 brèves

UGSP-CGT Communiqué de presse pour la manifestation nationale le 8 novembre 2007 à Paris

Mise en ligne : 31 October 2007

Texte de l'article :

Manifestation du 8 novembre 2007 :
L’UGSP CGT communique

Les personnels pénitentiaires manifesteront dans les rues de PARIS le jeudi 8 novembre 2007.

La manifestation partira à 14H00 devant le siège de la direction de l’administration pénitentiaire, rue du Renard, puis le cortège empruntera le circuit suivant : rue Beaubourg, rue du grenier St Lazare, rue aux Ours, rue Etienne Marcel, Rue La Feuillade, rue des Petits Champs, rue Danielle Casanova, rue de la Paix, pour arriver vers 17H00 place Vendôme, devant le ministère de la Justice.

Une audience a été demandée à Rachida DATI à l’issue de la manif.

Plusieurs points essentiels seront portés par les manifestants. Ils demanderont à la ministre :

- Un vrai débat sur l’évolution des missions et leurs reconnaissances actées pour tous dans la Loi Pénitentiaire,
- Le remplacement de tous les départs à la retraite et la création d’emplois nouveaux pour réduire, entre autre, le ratio surveillants détenus (un surveillant peut aujourd’hui, selon les sites, avoir la charge de 30 à 200 détenus, quel travail peut être possible ?)
- L’ouverture d’un débat sur la rénovation du dialogue social qui est en panne actuellement dans l’institution pénitentiaire. La ministre devra s’expliquer et dire si elle se situe sur la même ligne que son directeur d’administration pénitentiaire, M. D’HARCOURT, personnage méprisant qui ne conçoit la discussion que sur ses projets et propositions,
- La reconnaissance indemnitaire de leur métier par l’augmentation des primes.
- Le rejet de toute rémunération au mérite, synonyme d’injustices,
- L’augmentation du budget 2008, pour renforcer les moyens des services.

Cette manifestation sera aussi l’occasion pour la CGT de réaffirmer qu’il ne peut y avoir de changements fondamentaux dans l’administration pénitentiaire sans une orientation nouvelle et claire d’une politique pénale résolument en faveur des alternatives à l’incarcération et des aménagements de peines. Avec 63 000 détenus pour 51 000 places, le service public pénitentiaire est dans une situation extrêmement alarmante et ce n’est pas la nouvelle loi sur les récidives qui améliore la situation puisque tous nos militants nous font connaître une augmentation significative du nombre de détenus dans les maisons d’arrêt et donc, d’une détérioration du climat. :
Les charges de travails sont harassantes, les missions sont peu valorisantes, les personnels ont « le nez dans le guidon », les rapports humains sont détestables, les risques encourus par les collègues au quotidien sont importants... En parallèle, les détenus les plus faibles sont peu protégés, les rixes et autres rackets sont légions... Avec 60% de récidives, l’aspect criminogène de la prison ne peut plus être caché.

La CGT se tient à la disposition des différents journalistes pour tout point qui serait à préciser.

Montreuil, le 31 octobre 2007
La secrétaire générale de l’UGSP-CGT
 Céline VERZELETTI
 (06 74 00 52 95)