14554 articles - 12260 brèves

Suicides ou morts suspectes en détention : Ils avaient 16 ans, 20 ans et 45 ans

Mise en ligne : 19 October 2008

Dernière modification : 19 October 2008

Texte de l'article :

Le nombre de suicides ou de morts suspectes en prison ne diminue pas.
Un suicide ou mort suspecte tous les trois jours en prison,
7 fois plus qu’en milieu libre

Manquement grave de l’administration pénitentiaire.
L’omerta continue sur la réalité des chiffres
 [1]

Ils avaient 16 ans, 20 ans et 45 ans et étaient incarcérés à la maison d’arrêt de Strasbourg ou à la maison centrale d’Ensisheim

Nous exigeons, les familles et proches exigent la vérité de la part de l’administration pénitentiaire et des autorités judiciaires afin que toute la lumière soit faite sur ces nouveaux décès.

90 suicides et morts suspectes depuis janvier 2008, nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité.

En 2007, nous avons référencé 97 suicides et morts suspectes dont 8 en quartier disciplinaire, détention provisoire ou suite à des tentatives de suicides ou automutilations.

En 2006, nous avons référencé 96 suicides et morts suspectes dont 9 en quartier disciplinaire, détention provisoire ou suite à des tentatives de suicides ou automutilations.

En 2005, nous avons référencé 122 suicides et morts suspectes dont 13 en quartier disciplinaire, détention provisoire ou suite à des tentatives de suicides ou automutilations.

En 2004, nous avons référencé 115 suicides et morts suspectes dont 13 en quartier disciplinaire, détention provisoire ou suite à des tentatives de suicides ou automutilations

En 2003, nous avons référencé 120 suicides et morts suspectes.
En fin d’année, il y a eu le rapport Terra préconisant une réduction des suicides de 20% en cinq ans...

En 2002, nous avons référencé 123 suicides et morts suspectes.
La création de l’Observatoire des suicides et des morts suspectes sur le site www.prison.eu.org a permis d’interpeller l’opinion publique.

- « L’ensemble des études pointent comme des périodes de particulière vulnérabilité, outre l’entrée en détention, certains moments particuliers :
 la période correspondant au jugement ;
 le placement au quartier disciplinaire ;
 la période postérieure à une tentative de suicide ou à une automutilation. ».

Circulaire du 26 avril 2002 NOR JUSE0240075C sur la Prévention des suicides dans les établissements pénitentiaires.
- « le droit à la vie : il est nécessaire de montrer que l’administration pénitentiaire doit tenir compte de cette obligation dans la mise en place de certaines procédures (quartier disciplinaire, isolement...). ».
Conclusion du 20 octobre 2003 du Rapport de la CNCDH sur les droits de l’homme en prison.

- « Les recommandations sont classées selon leur capacité à réduire le nombre de suicides et leur délai de mise en oeuvre. [...] un objectif national de réduction du suicide en milieu pénitentiaire doit être fixé. Nous proposons de viser une réduction de 20 % en 5 ans du nombre de personnes détenues décédées par suicide. ».
Recommandations du 11 décembre 2003 du Rapport de Jean-Louis Terra sur les suicides en prison

Contact Presse : Charlotte Paradis
tél. 06-62-85-62-97 mail. redaction@banpublic.org

Notes:

[1] Le premier véritable problème posé par ces statistiques est que non seulement elles « oublient » le comptage des personnes incarcérées qui décèdent hors les murs - à l’hôpital, par exemple -, mais que surtout elles sont globales : l’administration pénitentiaire et son spécialiste de la statistique Pierre Tournier se gardent bien de communiquer le résultat de son décompte macabre prison par prison, et cultivent l’opacité la plus absolue lorsqu’il s’agit d’obtenir des explications précises quant aux conditions dans lesquelles ces femmes, ces enfants, ces hommes sont décédés.