14126 articles - 12260 brèves

Journal d’un Mineur à Bois d’Arcy

http://www.20six.fr/previousEntries/1m4pwb90h15e0
Articles de cette rubrique
  • 2004/02 dimanche, 1 février

    2 June 2004

  • dimanche, 1 février 2004 Olivier, Pour commencer, sache que je suis à fond de ton côté, et que même si ce que tu as fais est grave, je sais que tu ne l’as pas fait pour rien. Pour préserver ta sœur. Je pense chaque jours, minutes, secondes à toi. Je pleure beaucoup. Mais je sais que tu reviendras vite, la seule chose que je te demande, c’est de revenir entier. Je ne peux pas me permetre de dire que je connais l’univers carcéral, mais je pense que ce doit être difficile pour toi, amoureux de la (...)

  • 2004/02 jeudi, 5 février

    3 June 2004

  • jeudi, 5 février 2004 Je lis mon courrier toute la matinée, et le relis en mangeant le plat digne des grands restaurants gastronomiques que l’on me sert ce midi dans une barquette en plastique. Je m’assied face à ma table, et coche ce que je désire commander. Je sors la feuille de cantine rouge, dédié à l’achat de nourriture. Des pâtes, du thon, des raviolis ( je déteste ça mais au moins je ne mangerais pas tout d’un coup ), des fruits, des canettes de sodas, des cigarettes, du tabac à rouler et des (...)

  • 2004/02 mercredi 25 février

    4 June 2004

  • mercredi, 25 février 2004 Je consomme mon repas en restant sur ma faim puis m’habille de deux pulls, deux bas de survetements et m’allonge sous mon drap et ma couverture pour essayer de me réchauffer. Malgré la télévision allumée, j’entends les autres crier aux fenêtres. Ce sont des fous, il fait deux degrés et ils se mettent à leur fenêtre, uniquement pour ne pas se sentir seul dans leur cellule. Ils font les caïds, certes, mais ce ne sont que des adolescents, surement affaiblis, tristes loin de leurs (...)

  • dimanche, 11 janvier 2004

    31 May 2004

  • dimanche, 11 janvier 2004 Maman ! Je me penche par dessus cette table de béton pour la serrer dans mes bras. Je ne contrôle plus mes émotions, je pleure. Moi qui me suis toujours moqué des personnages de Real Tv qui pleurent en voyant leurs parents au bout de deux semaines de séparation, je fais maintenant moins le malin. Maman pleure aussi, je l’embrasse puis m’assied. Je lis dans son regard de la pitié, mais maintenant je souris. « Comment ça va Olivier ? Ca va, et toi ? et vous tous ? (...)

  • jeudi, 11 décembre 2003

    24 May 2004

  • jeudi, 11 décembre 2003 Passons maintenant à la lettre d’Olivia. Je suis débordé ! Olivia, Tout d’abord, j’espère que tu vas bien, et que sincèrement, tu ne t’inquiètes pas pour moi. J’ai fait une connerie, je paye. Maintenant je suis loin de toi mais ce sera rapide. Tout ce que je désire aujourd’hui, Olivia, c’est que lorsque je sortirai, tout reprendra comme avant et que l’on oublie ce passage. Tout va bien entres nous, je t’aime et je suis heureux d’être avec toi. Gardes le pour toi, mais je t’avoue (...)

  • jeudi, 27 novembre 2003

    17 May 2004

  • Le lendemain, je me fais réveiller par la porte qui s’ouvre et une voix féminine qui me demande de la suivre, je me lève, je récapitule la situation en moins de 2 secondes dans ma tête, donc : Non, tu n’es pas dans ton lit Olivier, tu es en Garde à vue pour avoir planté à coups de couteau ton collègue de travail. On me remet les menottes et me traîne au bureau de l’O-P-J, Officier de Police Judiciaire. J’entre dans un bureau, la position assise avec les menottes est assez spéciale, on se sent vraiment (...)

  • jeudi, 27 novembre 2003 - 2 -

    18 May 2004

  • Le camion s’en va direction Bois d’Arcy, je suis mort de peur, je ne peux plus me retenir de pleurer. Je ne sais pas ce qu’il m’attend là bas, de plus l’image d’Olivia en larme me hante mon esprit, je me sens très mal. Un des deux policiers m’observe et tente de m’adresser la parole : « Je te préviens, au moindre geste je te latte ok ? Je ne réponds pas. Dis-moi, tu as des amis qui sont actuellement incarcéré à Bois d’Arcy ? demande le second policier - Non. - Alors colles bien tes fesses contre les (...)

  • lundi, 15 décembre 2003

    26 May 2004

  • lundi, 15 décembre 2003 Une nouvelle journée commence. Direction la douche. Je commence déjà, au bout de quelques jours à avoir mes habitudes, automatismes. Je me recouche après cette douche tiède, et attends tranquillement la promenade de 11h00. Finalement, je pense qu ?il ne m ?arrivera rien de mal ici, il suffit de ne pas se faire remarquer ! On m ?appelle à la fenêtre, au loin, une voix que je ne connais pas. Je me lève péniblement et réponds en criant. « Ouais ? c ?est qui là ? C ?est (...)

  • lundi, 29 décembre 2003

    29 May 2004

  • lundi, 29 décembre 2003 Je n ?arrive pas à m ?endormir, comme tous les soirs. Pourtant j ?ai sommeil. Je crée dans mon imagination, la scène de ma sortie, et mes futurs jours de liberté. Je n ?ai pas assez profité de la liberté ! qu ?est ce que c ?est bon la liberté ! je pense qu ?il est préférable d ?être SDF et libre que milliardaire et à ma place.. Je me retourne dans tous les sens, décidément je ne parviendrai pas à m ?endormir. Je me lève et range entièrement ma cellule, dans mon armoire, je (...)

  • lundi, 8 décembre 2003

    22 May 2004

  • lundi, 8 décembre 2003 Maintenant il faut que j’écrive à Olivia. Ca fait plaisir d’avoir enfin des occupations ! je me sens presque débordé avec mes deux lettres à écrire. Je m’assied, fait un peu de place sur ce bureau. Au fond ça me fait plaisir qu’il y ai un peu de bazar, ça me donne l’impression de faire des choses, donc je laisse ce désordre comme il est, je prends mon stylo et réflechi à la forme de ma lettre. Par où commencer ?.. L’œillet bascule, un maton entre. « Soz, Parloir avocat. Annonce (...)

  • mardi, 16 décembre 2003

    27 May 2004

  • mardi, 16 décembre 2003 Je m ?assied sur mon lit, et me mets ma couverture qui pique autour de moi pour me réchauffer dans cette cellule glacial. Vivement cette télé, je n ?ai aucun contact avec l ?exterieur, c ?est comme si ma vie venait de changer. Comme si j ?étais en train de réver, ou plutôt, comme si ma vie était un rêve et qu ?elle commençait ici. Qu ?est ce que je fais là, qu ?est ce que je fais là, qu ?est ce que je fais là. J ?ai rien à voir avec tous ces gens. Ma vie c ?est pas ça. Je ne (...)

  • mardi, 2 décembre 2003

    21 May 2004

  • mardi, 2 décembre 2003 Je m’assieds donc sur ce tambouret, j’observe pendant 2 minutes entière ce grafitti gravé sur la table en plastique je prends ce stylo et je m’y mets. 1ere Lettre. Que vais-je écrire ? Je pense à ma famille. Sensation de liberté... Non. Je suis en prison. Bois d’ Arcy, le 18 octobre 2002 Maman, Tout d’abord, j’espere que tu vas bien ainsi que toute la famille. Pour commencer, je souhaite vous dire la chose la plus importante : Je suis désolé. Désolé d’avoir, par ma (...)

  • mardi, 6 janvier 2004

    30 May 2004

  • mardi, 6 janvier 2004 Nous remontons, tranquillement dans nos cellules. Walid se trouve à quelques mètres de moi, j’essaye de donner l ?impression que je l’avais oublié en discutant avec un autre détenu pour éviter que nos regards se croisent. Le surveillant ouvre ma porte, me laisse entrer puis s’en va. Quelle joie de retourner dans ma cellule équipé par un équipement electro-ménager hors du commun : Ma télévision. Que j’avais laissé allumé, d’ailleurs. Enfin un peu de vie dans cette cellule. Je n’ai (...)

  • mardi, 9 décembre 2003

    23 May 2004

  • mardi, 9 décembre 2003 L’avocat est assis derrière sa chaise, avec sa sacoche marron en cuir posé sur la table. Il trifouille des papiers en froncant les sourcils comme pour montrer qu’il est en train de lire avec application. Il me voit, me sourit et me salue. Quand je pense que lui, il vient de dehors, et que après, lorsqu’il aura terminé cette entretien, il retournera dehors. Et pour moi la vie continuera ici avec tous ses problèmes alors que lui, il sera assis dans sa voiture tranquillement. Je (...)

  • mercredi, 14 janvier 2004

    1 June 2004

  • mercredi, 14 janvier 2004 J’écris une lettre à mon meilleur ami Jérôme et une à mon père, pour passer le temps. Je les enverrai lorsque je pourrai acheter des timbres, surement demain d’ailleurs vu que je dois recevoir un mandat. Je m’assied dans ma fenêtre et me place en position de spectateur. Environ une dizaine de détenus essayes de le questionner, puis finalement c’est le petit con de Carl qui prend le dessus et qui arrive à avoir le plus de réponses. Les autres détenus font actuellement la même (...)

  • mercredi, 17 décembre 2003

    28 May 2004

  • mercredi, 17 décembre 2003 Coup de sifflet, les détenus retournent à leurs cellules respectives. J ?entends dans le couloir les surveillants qui ouvrent les portes unes à unes et les télés qui commencent à s ?exciter. L ??illet bascule, la porte ne s ?ouvre pas. J ?aperçois un ?il. « Hé ! Olivier enculé t ?es mort fils de pute. Ne pas se laisser faire, ne pas montrer que je suis mort de peur. Ouais ouais garde la pêche. Ah ouais tu gazes en plus sale français ! j ?vais t ?niquer enculé ! T (...)

  • mercredi, 26 novembre 2003

    15 May 2004

  • mercredi, 26 novembre 2003 Détenu à la Maison d’Arrêt des Yvelines, voici mon histoire, chaque jour la suite de cette "aventure" apparaitra sur ce blog. Merci de ne pas prêter attention aux fautes d’orthographes, je n’ai pas la prétention de me prendre pour un écrivain. Je veux juste partager une expérience. Olivier.

  • mercredi, 26 novembre 2003 - 2 -

    16 May 2004

  • mercredi, 26 novembre 2003 Samedi, 00h30, Je cours instinctivement en direction de ma maison, je crois que j’ai fait la pire connerie de ma vie, je ne réalise toujours pas, tout s’est fait si vite, ça fait 10 minutes que je cours, le dernier virage avant l’entrée de ma maison, je pense à a mère, comment vais-je pouvoir lui raconter ça ? Que va t-elle en penser ? Des gouttes de sueur coulent le long de mon visage sans que je m’en rende réellement compte, mon cerveau est trop préoccupé par ce que je (...)

  • vendredi, 12 décembre 2003

    25 May 2004

  • vendredi, 12 décembre 2003 L’œillet bascule, j’ouvre un œil. « Bonjour Monsieur Soz, à la douche. » Je suis épuisé. Je n’ai pas envie de me lever mais cependant, j’aime cette sensation de réveil. En prison, la moindre sensation que l’on a déjà connu en liberté est agréable. On la savoure qu’elle soit agréable ou pas, à partir du moment où on l’a ressenti dehors. Je m’assied sur mon lit et repense à ce rêve que j’ai fait cette nuit : J’étais à mon ancien travail, un petit job de week end en cuisine d’un (...)

  • vendredi, 28 novembre 2003

    19 May 2004

  • La porte s’ouvre, je me réveille. Alors que je croyais être chez moi, sous ma couette, je réalise en ouvrant les yeux et en apercevant un surveillant devant ma porte, que je suis dans cette prison. « Bonjour Monsieur SOZ, vas à l’infirmerie, tu as juste à suivre Kamel. ». Il m’a dis ‘ Bonjour ’... as t-il déjà essayé de décomposer ce mot avant de le prononcer à un détenu ? Il m’a dis ‘ Bonjour ‘... bref, j’enfile mon survêtement sale que j’ai depuis 3 jours et je sors de ma cellule. Dans le couloir, il y a (...)

  • vendredi, 28 novembre 2003 - 2 -

    20 May 2004

  • vendredi, 28 novembre 2003 Cette première promenade est enfin passé, me revoici de nouveau dans ma cellule, mais cette fois ci accompagné de quatre bleus, un hématome et la lèvre inférieure dans un état que je ne pourrais décrire. Je m’allonge sur mon lit et attends que le temps passe. Cela fait quatre jours, en comptant la garde à vue que je suis privé de liberté, de loisirs. Si au moins j’avais une télé pour pouvoir me changer les idées ou même du papier et un stylo pour pouvoir écrire à ceux qui (...)