13681 articles - 12253 brèves
Articles de cette rubrique
  • (2004) Bret Robert sénateur : Joelle Aubron : Enfin une décision de justice

    10 avril 2005

  • (2004) Bret Robert sénateur : Nathalie Ménigon ou la justice à 2 vitesses !

    10 avril 2005

  • (2005) Atelier Gestion du stress "Bien dans sa tête, bien dans son corps"

    22 mai 2008

  • . . . . . GESTION DU STRESS CENTRE DE DÉTENTION DE BAPAUME Bien dans sa tête, bien dans son corps Public béné ?ciaire de l’action Large public : hommes (15) et femmes (18) de tous âges. Contact de la personne référente de l’action Jean-Claude VANDERHAEGHE Fonction : Chef de service Service : Service d’insertion et de probation de BAPAUME Tél. : 03 21 60 10 08 Partenaires Partenaires techniques : moniteur de sport, kinésithérapeute. Partenaires ?nanciers : DRSP de Lille, DDJS, MILDT. (...)

  • (2006) Le parquet s’oppose à la libération d’un malade du cancer

    20 décembre 2006

  • Centre de détention de Bapaume (62) : Le parquet s’oppose à la libération d’un malade du cancer. La section française de l’OIP dénonce les faits suivants : Le parquet d’Arras s’oppose à la libération d’un détenu atteint d’un cancer des poumons. Cette personne, dont le pronostic vital est engagé à moyen terme, a de plus été hospitalisé d’office durant le mois de septembre en raison d’un état dépressif majeur avec un risque suicidaire. Le juge de l’application des peines doit rendre sa décision le 21 novembre (...)

  • (2007) NLPF : 10 Mai pour exiger la mise en liberté de Nathalie !

    10 mai 2007

  • De la misère en milieu judiciaire Est-ce un mauvais gag, de l’incompétence, de l’acharnement, ou les trois à la fois ? Le Tribunal d’application des peines de Paris (juridiction spéciale) devait aujourd’hui, 25 avril, rendre son jugement sur la demande de libération conditionnelle de Nathalie Ménigon, examinée le 2 avril dernier. Mais ce tribunal a choisi de différer le prononcé de sa décision au 10 mai, soit juste après le deuxième tour de l’élection présidentielle, le jugement n’ayant pu être (...)

  • Action directe : l’inlassable vengeance d’Etat

    26 mai 2004

  • Joëlle Aubron, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan, considérés comme les "chefs historiques" du groupe Action directe, sont détenus depuis 17 ans, en particulier pour les meurtres du général René Audran, Directeur des relations internationales du ministère de la défense (janvier 1985), et du PDG de Renault Georges Besse (novembre 1986). Leur camarade Régis Schleicher, jugé pour "association de malfaiteurs", après plusieurs rejets de demandes de libération, entre dans sa 21ème année (...)

  • Communiqué de la CNT-Jura : pour la libération immédiate des prisonniers politiques d’Action Directe

    18 avril 2004

  • Communiqué de la CNT-Jura « A Toulouse, une cour d’assises bien française envoya Langer à la guillotine pour le crime de détention de vingt-cinq kilos de dynamite ! Langer, un ancien des Brigades internationales, évadé du camp de concentration du Vernet, avait pris le train pour récupérer cet explosif à Saint-Gaudens où travaillaient des carriers espagnols. Il fut arrêté à la petite gare Saint-Agne une fin d’après-midi. Lespinasse, procureur général, requit la mort de cette vermine étrangère et (...)

  • Courrier de Joëlle Aubron 2

    30 avril 2004

  • Communiqué n°2 du Front de Libération des Organes Mal en Point : Décidément il y a du travail ! Du côté du cerveau, il y a de l’agitation maladive ; quand un symptôme est éradiqué, c’est une autre manifestation à l’origine incertaine qui se pointe. Des recherches sont en cours. Le cas est loin d’être désespéré, il est seulement un peu compliqué. En attendant quelques administrations pavoisent, exerçant leurs pouvoirs sur les corps détenus ; toute honte bue d’en abuser autant. Ce 8 avril, ma famille fut (...)

  • Courrier de Joëlle Aubron, prisonnière d’Action Directe

    15 avril 2004

  • Communiqué du Front de Libération des Organes Mal en point à tous les amies, amis et camarades qui se sont inquiétés pour moi. Le 2 avril, j’ai réintégré le Centre de détention de Bapaume. Dans une quinzaine de jours, commencera une suite de soins quotidiens sur une bonne quarantaine de jours. Pour l’heure, n’est pas encore établi la manière dont ils se dérouleront. Ils ne nécessitent pas d’hospitalisation en eux-mêmes. Néanmoins, même si ma qualité de prisonnière au long cours, étiquetée dangereuse qui (...)

  • Déclaration de Joëlle Aubron à sa sortie de prison

    18 juin 2004

  • Voici le texte lu par Joëlle Aubron quelques instants après sa sortie de la prison de Bapaume "Je suis fatiguée, aussi je dirais seulement trois choses : La première est d’être bien sûr contente d’avoir la possibilité de me soigner. La seconde est que l’application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreuses de prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même. La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. (...)

  • Déclaration du Président de la LDH au sujet d’Action Directe

    3 mai 2004

  • LA LOI, LA JUSTICE ET LA VENGEANCE Ils sont cinq à être détenus pour avoir commis des assassinats et d’autres crimes. Le fait qu’ils les aient commis pour un motif politique ne rend pas plus acceptable leurs actes. Les détenus d’Action Directe ont semé une violence que rien ne peut justifier. Ils ont été jugés et condamnés pour cela : à perpétuité. L’un d’entre eux, Régis Schleicher, est détenu depuis 21 ans. Il est libérable mais ses demandes de libération conditionnelle se heurtent à une permanente fin de (...)

  • La France exerce toujours la peine de mort

    12 avril 2004

  • L’ex-militante d’Action directe Nathalie Ménigon devait savoir le 26 mars si elle pouvait bénéficier d’une suspension de peine pour raisons de santé. La réponse fut négative. Cette mesure accordée en 2002 à Maurice Papon, incarcéré pour complicité de crimes contre l’humanité, ne sera pas appliquée à une prisonnière politique qui a payé pour ses actes mais qui a le malheur d’incarner des idées honnies par l’État. Cela fait 17 ans que Nathalie Ménigon, ancienne militante d’Action directe, est sous les verrous. (...)

  • La justice rejette une nouvelle fois la demande de suspension de peine de Nathalie Ménigon

    12 avril 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • La justice veut une autre expertise de l’état de santé de Joëlle Aubron

    7 mai 2004

  • La justice veut une autre expertise de l’état de santé de Joëlle Aubron LE MONDE http://www.lemonde.fr/web/article/0... Les juges se sont déplacés jusqu’à la prison de Bapaume (Pas-de-Calais), lundi 3 mai, afin de voir Joëlle Aubron entre les deux séries de séances de radiothérapie qu’elle suit à l’hôpital de Lille. La militante d’Action directe, âgée de 45 ans, condamnée à perpétuité pour les meurtres du général René Audran et du PDG de Renault Georges Besse, et opérée en mars d’une tumeur au cerveau, avait (...)

  • Le Monde : Joëlle Aubron n’est plus menottée sur son lit d’hôpital

    31 mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Le sort des détenus d’"Action Directe" : bien peu bénéficient de la "loi Papon"

    4 avril 2004

  • Nathalie Ménigon ne saura que le 9 avril si sa demande de mise en liberté pour raisons de santé a été acceptée par la justice. Incarcérée depuis dix-sept ans avec trois autres dirigeants d’Action Directe pour les meurtres du général Audran et de Georges Besse, PDG de Renault, elle est partiellement hémiplégique suite à deux accidents vasculaires cérébraux, et a fait plusieurs tentatives de suicide. Les trois autres sont eux aussi dans un état de santé déplorable : Georges Cipriani souffre de graves (...)

  • Libération : Nathalie Ménigon demande sa libération

    27 mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • LIbération : Détenue malade, elle a suspendu sa grève de la faim

    1er mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Libération : La santé de Ménigon devant le juge

    30 septembre 2003

  • En juillet, Nathalie Ménigon, ancienne d’Action directe, grimpait sur un grillage de la cour de promenade de la prison de Bapaume. Elle voulait, a raconté son avocat Me Chalanset, « protester contre le manque de soins qui lui sont dispensés en prison ». L’escalade s’était soldée par une chute et 41 points de suture. A 44 ans, Ménigon, partiellement hémiplégique après deux accidents vasculaires cérébraux en prison, est bourrée de médicaments et souffre de troubles de l’équilibre, de la motricité et de (...)

  • Libération de Joëlle Aubron... Et les autres ?

    16 juin 2004

  • Le collectif « Ne laissons pas faire ! » accueille avec soulagement l’annonce de la libération de Joëlle Aubron, militante d’Action directe, incarcérée depuis 1987. Nous savons que cette libération est le fruit de la mobilisation de toutes celles et tous ceux qui ont multiplié les actions de soutien, souvent depuis des années. Le mouvement d’opinion ainsi créé a permis d’arracher Joëlle à la vindicte de l’État, malgré l’acharnement dont celui-ci a fait preuve, jusqu’aux derniers jours. Cette première (...)

  • Ménigon, Aubron et Rouillan demandent la liberté

    28 mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Nathalie Ménigon : Sa demande de libération pour raisons de santé a été rejetée

    13 décembre 2003

  • Dominique SIMONNOT - Libération.fr, le mardi 25 novembre 2003 Action directe : Ménigon reste en prison Sa demande de libération pour raisons de santé a été rejetée. Les experts ont jugé son état compatible avec la détention : la demande de libération de Nathalie Ménigon en raison de son état de santé a donc été rejetée hier. Pourtant, selon Jean-Louis Chalanset, son avocat, la teneur des expertises est « surprenante », comme il l’a relevé lors d’une conférence de presse des amis de l’ancienne militante (...)

  • Nouvel examen de demande de suspension de peine de Nathalie Ménigon

    27 mars 2004

  • LILLE (AFP) - 26/03/2004 07h10 La juridiction nationale de libération conditionnelle examinera vendredi à Paris la demande de suspension de peine pour raisons de santé de Nathalie Ménigon, 47 ans, ancienne membre du groupe terroriste Action directe (AD), dépressive et malade. Cette demande, rejetée à deux reprises, en octobre 2002 et en novembre 2003, n’a toutefois que très peu de chances d’aboutir, selon l’un de ses avocats, Me Jean-Louis Chalanset, qui la défendra vendredi au cours de l’audience (...)

  • Nouvel Obs : Rassemblement à Paris pour soutenir Ménigon

    11 mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Occupation de l’Odre des médecins pour responsabiliser les médecins face à la suspension de peine

    30 mai 2004

  • A l’initiative de Défense active et du Collectif Ne laissons pas faire !, 70 personnes ont pénétré par surprise le 26 mai dans le siège du Conseil national de l’Ordre des médecins. Les manifestants ont répandu un liquide rouge et ils ont occupé le hall. Une grande banderole réclamant la libération de Joëlle Aubron et de Nathalie Ménigon a été déployée aux fenêtres du deuxième étage ; une autre, au rez-de-chaussée, demandait la libération des militants d’Action directe. Des milliers de papillons de couleur ont (...)

  • Quatre militants d’Action directe, incarcérés depuis dix-sept ans, souffrent de pathologies lourdes

    28 mars 2004

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Refus de LC pour Nathalie Ménigon

    14 décembre 2003

  • Sorj CHALANDON - Libération.fr, mercredi 26 novembre 2003 Une question, d’abord. Une réponse ensuite. Un même thème. La question est posée par l’animateur Stéphane Thébaut, à trois concurrents du nouveau jeu, Tout vu, tout lu. La réponse nous est donnée par le journaliste Samuel Etienne . « Nous allons parler justice », dit l’animateur. Face à lui, debout derrière leur pupitre, Stéphanie, Robert et Grégoire. Chaque candidat commence le jeu avec un capital virtuel de 15 000 euros, qui fond ou se maintient (...)

  • soutien à la demande de suspension de peine pour raison médicale de Nathalie Ménigon

    14 octobre 2004

  • Conférence de presse organisée par Nlpf ! le mercredi 6 octobre 2004 en soutien à la demande de suspension de peine pour raison médicale de Nathalie Ménigon. http://nlpf.samizdat.net/article.ph... Nathalie Ménigon, incarcérée depuis 1987, a subi comme ses quatre camarades d’Action directe des conditions de détention « spéciales » qui visaient à la détruire physiquement et psychologiquement : longues années d’isolement, statut de détenue particulièrement surveillée, absence de soins médicaux, restriction (...)

  • Soutien à la demande de suspension de peine pour raison médicale de Nathalie Ménigon

    26 octobre 2004

  • Compte-rendu de la conférence de presse du 6 octobre 2004 Cet article provient de Action Directe http://www.action-directe.net/ Date : 13.10.04 à 10:49 | Ver : 2004-10-18 03:01:14 Sujet : Nathalie Menigon Une conférence de presse organisée par Nlpf ! en soutien à la demande de suspension de peine pour raison médicale de Nathalie Ménigon. Nathalie Ménigon, incarcérée depuis 1987, a subi comme ses quatre camarades d’Action directe des conditions de détention « spéciales » qui visaient à la (...)