13680 articles - 12253 brèves

Les prisonnier(e)s

Témoignages

Lorsqu’une personne est incarcérée, tout devrait être pensé et orienté vers sa sortie. Les conditions matérielles de détention devraient permettre à un prisonner de vivre dans des conditions humainement dignes et propices à sa réintégration.

Pourtant dignité et prison restent aujourd’hui deux termes incompatibles :

• Surpopulation dans les maisons d’arrêt
• Prix de la cantine
• Sept fois plus de suicides en prison
• Arbitraire des mises en quartier disciplinaire ou d’isolement
• Droit commun du travail ne s’applique pas aux prisonniers
• Droit civiques empêchés dans leur application

Vous trouverez ici des témoignages de détenus parlant de la réalité de leur quotidien et de ses effets.

Articles de cette rubrique
  • Nos conditions de détention à la Maison d’Arrêt des femmes (Fresnes, 2001)

    23 novembre 2008

  • Madame la Ministre, Je viens, par la présente, vous faire part d’un certain nombre de problèmes concernant nos conditions de détention à la Maison d’Arrêt des Femmes de Fresnes, et de certaines revendications par rapport à celles- ci, au nom d’un bon nombre de détenues... Je débuterais par ce mot d’ordre : HUMANISONS LA PRISON Nous ne sommes ni des moutons ni des robots ni des esclaves ! Vous n’êtes en rien nos bergers ni nos dirigeants ni nos supérieurs ni nos maîtres ! Au moins (...)

  • Témoignage de plusieurs prisonnières (C.P. Fresnes, 2008)

    23 novembre 2008

  • Lettre de plusieurs prisonnières de Fresnes, le 23 janvier 2008 Chers amis et camarades, C’est un cri de colère, de douleur et d’alerte que nous vous transmettons suite au décès de Lu SEMEDO DA VEIGA, prisonnière, âgée de 28 ans, mère d’un enfant de 11 ans. La prison tue. Depuis le mois de novembre, Lu se plaignait de maux de tête, de nausées, de vertiges. Elle en faisait part au service médical en recevant comme seule réponse du .... Doliprane. Lu n’était pas de caractère à « jouer la comédie », elle (...)

  • Témoignage de plusieurs prisonniers (M.C. Poissy, 2002)

    23 novembre 2008

  • Dans une période où déjà beaucoup ont du mal à accepter l’exclusion dont certains ont été victimes, à l’occasion des grâces de l’an 2000, voilà l’atmosphère qui règne à la Centrale de Poissy. Depuis les révélations du Médecin Chef de la Santé, une partie des surveillants et des brigadiers, pour la plupart affiliés au syndicats U.F.A.P. et poussés par celui-ci, utilisaient tous les moyens pour créer des tensions. Toutes les méthodes pour provoquer sont utilisées. Dernièrement, deux détenus se sont retrouvés au (...)

  • Alain Ternus : Théâtre "Ragnarök"

    23 novembre 2008

  • Personnages AL POETE (parle en grec - transcription en phonétique) TRADUCTRICE La relation entre AL et à la fois le POETE et LA TRADUCTRICE n’est pas claire, et ce, délibérément. Dans un sens - parce qu’ils font ce que lui fait à un niveau différent et dans une ancienne tradition ; ce sont ses ancêtres. Des ancêtres réveillés du royaume des morts - qui en quelque sorte, planent autour de AL - se faisant l’écho de sa lutte avec celle d"Ulysse. En fait ce sont des fantômes - ou des anges gardiens (comme (...)

  • David Acerbis : Aliénation

    23 novembre 2008

  • Comme d’habitude, ma plume est emplie de colère, de dégoût, de venin. Je vais aborder le sujet de l’aliénation qui nous entoure, qui nous étouffe. De par ce mot, je parle de toutes politiques ; toutes lois, tous gouvernements, toutes prisons, tous hôpitaux psychiatriques. Serait-ce un pléonasme* de dire que c’est la société métro/boulot/dodo qui a fait de nous des détenus ? Serait-ce un pléonasme de dire que cette société a fait de nous des exclus ? Des pestiférés ? Serait ce un pléonasme de dire que (...)

  • Denis Paul : Ma prison... ou

    23 novembre 2008

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Didier Robert : Une voix derrière le mur... de prison

    23 novembre 2008

  • Une voix derrière le mur... de prison Je suis prisonnier et je me nomme Didier. En souvenir d’une amie d’enfance décédée du SIDA en 1992, j’ai décidé de signer mes « lettres mensuelles » du nom de Diede. Elle était la seule à me nommer de ce surnom. Une manière pour moi de me souvenir d’elle et de le lui faire par je ne sais quel chemin mystique, qu’elle est toujours présente dans mes pensées. Très souvent, quand un prisonnier s’adresse à la société en général, à une personne en particulier, c’est comme un (...)

  • Frank Astier : Je suis dans une centrale mouroir

    23 novembre 2008

  • Franck Astier raconte à l’Asile Utopique son transfert de la maison d’arrêt de Fresnes à la centrale de Lannemezan, qu’il décrit comme un « mouroir ». Il lui est interdit de téléphoner à son amie car ils ne sont pas mariés. Franck supporte de plus en plus difficilement une prison créée pour briser.

  • Hafed Benotman : Théâtre "Le numéro sortant"

    23 novembre 2008

  • On ne prive pas un homme de sa liberté. On l’enferme avec et libre à lui de la prostituer ou de la maintenir debout, ce que j’appelle : LA LIBERTE DE DIRE NON ! PERSONNAGES : Monsieur Georges Le surveillant-chef Madame Elise La Directrice Monsieur Philippe Le Secrétaire Victor Lacroix N° Ecrou 1441 Hugo Brocard N° Ecrou 1632 LA SCENE Un Labyrinthe de panneaux blanc qui continue en fond de scène sur une toile peinte en trompe l’œil. A droite, la première pièce du labyrinthe est ouverte (...)

  • Jean-François Dudoué : Je n’ai pas le droit

    23 novembre 2008

  • Je n’ai pas le droit de sentir le parfum des roses, pas plus que l’odeur de la rosée par un beau matin de printemps. Je n’ai pas le droit de voir le soleil rougeoyant d’un matin d’été, pas plus qu’un champ de blé qui ondule sous la brise. Je n’ai pas le droit d’entendre le pépiement des oiseaux à l’heure où le soleil descend. Pas plus que le chant du ruisseau au fond de la prairie. Je n’ai pas le droit de sentir la douce caresse du vent sur ma joue, pas plus que les lèvres (...)

  • Laurent Jacqua : La guillotine carcérale. Silence on meurt...

    23 novembre 2008

  • Laurent JACQUA Maison Centrale de Poissy 17 Rue Abbaye 78300 POISSY La guillotine carcérale. Silence on meurt... Épisode 1 Pour Laurence, Division 104, Ligne 22, Point 39, Mètre 40... À ceux et à celles qui croupissent au fond des mitards, des quartiers d’isolement, des centrales... Et qui disent encore non ! Préface Le 10 décembre 1984, Laurent Jacqua s’est rendu dans un commissariat de police. Il y a raconté que c’était lui qui, la veille, agressé avec son amie par un groupe de skins, (...)

  • Michel Serceau-Filipeddu : Interrogations concernant la détention

    23 novembre 2008

  • Il existe beaucoup d’interrogations concernant la détention, non seulement en France, mais aussi dans toute l’Europe. Aux dires de nombreux codétenus étrangers que j’ai pu rencontrer, tous sont unanimes sur la situation française, comparé à celle d’autres pays comme la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Suisse qui ont un petit plus... celui de l’humanité moins précaire de leur système carcéral. Paradoxalement, les détenu(e)s ont un peu plus de « liberté » sociale et d’aides à la (...)

  • Michel Serceau-Filipeddu appelle au parrainage

    12 décembre 2008

  • Michel SERCEAU-FILIPEDDU 5487 A/B109 BP 5 55300 SAINT MIHIEL Aux futurs parrains, à l’équipe de Ban Public, Cette lettre s’adresse à tous ceux qui ont eu le courage de cliquer sur le site de Ban Public ou qui ont simplement en envie de baisser la tête et de voir que « dessous » il y a des hommes et des femmes qui vous regardent et cherchent à croiser votre regard et y voir qu’ils existent et ne sont pas que les fantômes de la société. Je suis détenu et viens de recevoir, de Charlotte et de (...)

  • Stan Pogu : Pour moi, il n’y avait pas de grâce, il y avait simplement ces 4 murs froids sans date ni espoir

    23 novembre 2008

  • témoignage d’une transsexuelle incarcérée (courriers de novembre et décembre 2009)

    11 décembre 2009

  • C. est transsexuelle, incarcérée avec les hommes elle demande depuis des années à changer de sexe et à être incarcérée avec les femmes.

  • Thibaud Teillard : La solitude à perpétuité de l’ancien détenu

    23 novembre 2008

  • André Herbille vit seul dans un village sarthois. Condamné à perpétuité, libéré après vingt ans de réclusion, cet homme de 69 ans traîne comme un boulet son passé de meurtrier. André Herbille semble sorti tout droit d’une chanson de Brassens : dans le village sans prétention, il a mauvaise réputation. Barbe grisonnante, yeux perçants, c’est un volcan de paroles. Pour une fois qu’on l’écoute, il est en éruption. « Depuis huit ans, vous êtes bien le premier à passer le pas de la porte. » L’ancien détenu de 69 (...)