13679 articles - 12253 brèves
Articles de cette rubrique
  • (1898) Charles Baïhaut : Impressions Cellulaires

    5 juin 2008

  • Charles Baïhaut Impressions Cellulaires 1898 Charles Baïhaut, député et ancien ministre, fut impliqué dans l’énorme scandale financier du canal de Panama. Seul à avouer sa faute, il fut seul à être incarcéré, tandis que les plus gros coupables, connus de tous, échappèrent à la justice. Condamné, il fut transféré à la prison d’Étampes le 25 mars 1893, où il resta jusqu’au 17 février 1896. En 1898, il publia son journal de prison, dont l’essentiel concerne Étampes. Nous en donnons ici quelques extraits. Nous en (...)

  • (2009) Michel S.F : La réinsertion en prison : une utopie politique…

    14 mai 2009

  • La réinsertion en prison : une utopie politique… Tous les gouvernements nous ont bassiné avec leur réinsertion pour se donner bonne conscience et faire taire les statistiques. Car ce sont bien les statistiques qui les inquiètent, en plus des faits divers médiatisés. De ce fait, si les détenus sont ramenés à de simples chiffres et c’est le cas, il ne faut pas s’étonner que la récidive soit supérieure à la réinsertion. A l’échelle d’une prison, nous sommes tous des numéros d’écrou, rien d’autre et les (...)

  • Ange Ducret : L’importance d’une correspondance avec l’extérieur

    17 mai 2005

  • Ange Ducret 11 241 U 4D82 17 rue de l’Abbaye 78303 Poissy cedex à Ban Public Le 8 mars 2005 Chère Charlotte, Je me permets de vous écrire pour vous solliciter, pour mettre sur le site de l’association, trois annonces de détenus de la centrale de Poissy, pour leur permettre de briser leur solitude, par le biais d’une demande de correspondants. J’ai eu la chance, il ya deux ans, que ma recherche de correspondants ait été inscirte sur votre site. depuis, je n’arrête pas de (...)

  • « Le 18 décembre 1999, est-ce la vie ?"

    13 septembre 2003

  • « Le 18 décembre 1999, Est-ce la vie ? Quel triste sort de se voir séparé du monde ... de se sentir à l’étroit comme dans une tombe ! Cloîtré . J’ai trop de mal à gérer l’angoisse que l’incarcération finit par générer. Je touche du front, des joues, des mains, le mur le plus imprévu, le plus sourd ! J’ai beau regarder en l’air , histoire de changer d’air, je ne vois que ces murs gris, celui de la souffrance que l’on m’a infligé, moi, " inapte à ce monde ". Vertige de l’âme. J’ai peine à marcher. J’ai peine à (...)

  • Des Nouvelles du Front

    17 juillet 2002

  • Juillet 2002ICI LA SANTEUn des « déportés » de St Maur, M. Abdelkacem GUENEFI a été placé de force à l’isolement à l’issu d’une audience avec le sous directeur pour son éventuel transfert.La brigade d’intervention des matons a emmené M. GUENEFI manu militari au QI.Quelques-uns des « transférés » ont quittés les M.A de la région parisienne pour quelques centrales.Ceux qui restent, attendent depuis 5 mois sans aucune nouvelle, leur prochaine affectation. En attendant, au lieu d’une détention « normale » c’est le (...)

  • Gaby Mouesca : courrier au DSPIP de Tarbes (1999)

    3 novembre 2003

  • à Madame JOSSET, Directrice départementale du S.P.I.P. (Service pénitentiaire d’insertion et de probation) Le 20 juillet 1999 Tarbes Le SPIP est la nouvelle instance qui assure désormais le suivi des personnes condamnées, en milieu ouvert comme en milieu fermé. Ce courrier n’a eu aucune suite... Madame, Deux missions sont confiées à l’Administration pénitentiaire : assurer la mise à exécution des décisions judiciaires prononçant une peine privative de liberté ou ordonnant une incarcération provisoire, (...)

  • Gilles : la tâche sera rude

    10 septembre 2002

  • De Gilles A Ban Public Paris, le 16 août 2002 Bonjour à tous, Bravo pour votre engagement et, à en juger par la célérité de vos réponses, votre dynamisme. Vos objectifs sont tout à fait louables et je vous encourage à les poursuivre. Mais la tâche sera rude et vous risquez de vous heurter aux habituelles résistances. La France est un pays qui excelle dans l’illusionnisme : pays des droits de l’homme, démocratie, liberté de penser, dignité de la personne détenue, souci de réinsertion des prisonniers, (...)

  • Idoia Lopez Riano : Une journée quelconque

    2 décembre 2003

  • Une journée quelconque. « Je traîne. Je traîne mes pieds, mon corps, et aussi toutes ces chaînes invisibles pour ceux qui ne connaissent pas les prisons, ces maisons hantées. Oui, quelque part, nous sommes un peu comme des fantômes qui attendent que la vie veuille bien les reprendre, attendre encore et toujours de pouvoir s’asseoir à nouveau dans le train de l’existence, mais cette fois, dans le sens de la marche. Parce qu’ici, coincée dans cette attente qui a un goût d’interminable, tu vois la vie (...)

  • Il y a toujours le mur devant toi. Tu regardes le mur.

    26 mars 2004

  • Dans la vie normale, il y a des problèmes. On s’en pose toujours, qu’on le veuille, qu’on ne le veuille pas. On peut se dire : Ou irai-je ce soir ? Que mangerai-je ? Comment mangerai-je ? Qui verrai-je ? En cellule, on ne peut jamais. Il n’y a pas de problème. Pas d’échappatoire. Il n’y a pas de refus possible. Il faut subir. Sur place. Dans la cage. Les mains vides. On ne peut rien. Vous dites : l’impuissance. Vous ne savez pas ce que c’est. Vous ne savez pas la force incommensurable qu’acquiert (...)

  • Jacques Engel : La loi Perben II

    9 décembre 2004

  • la loi Perben II, vue par Jacques Engel, détenu de la Farlède (83) jeudi 2 décembre 2004 Philosophie générale de la loi du 10 mars 2004 : • aggravation des dispositions concernant les prévenus (tolérance zéro = plus de détention), • essai d’amélioration des fins de peine. Pour les prévenus, on assiste à un net recul des droits de la défense. • Le jugement par le principe du plaider-coupable ne permet aucune défense par l’avocat du prévenu, fut-il commis d’office. Pour les mineurs. • Fin de la (...)

  • Jean-Paul Depouhon : La prison, ça sert à quoi ?

    7 décembre 2002

  • AL 214 - FEVRIER 1999 Jean-Paul Depouhon Prison de Saint-Gilles - Av. Ducpétiaux - 1190 Bruxelles Au moment où j’écris cet article, je suis dans ma septième année de détention. Mais, que le lecteur se rassure, je ne me limiterai pas aux pensées d’un homme dont l’univers intellectuel et biologique est borné depuis si longtemps par quatre murs de deux mètres sur quatre ! Le point de vue juridique La prison n’est pas une punition, c’est seulement une privation de liberté, disent les juristes. Difficile (...)

  • Jean-Pierre TITOV-VOGEL : Elément d’un voyage à huit clos

    17 juillet 2002

  • Dans les plis d’un temps obscur, depuis des années emmuré, je m’évertue à conserver les apparences d’une existence authentique. Un crépi jauni par des générations d’ennui enveloppe ma réalité ramassée, étendue sur un lit en métal froid. Cellule 128 du pénitencier de la Plaine de l’Orbe, lieu morne, parcelle d’agonie, décor invariablement gris posé aux confins de la Suisse et de la France. A l’entame du 3ème millénaires, je continue la peine infligée par une Cour de Justice helvétique - 10 années de réclusion, (...)

  • Josefina Garcia : Octobre 2002

    25 novembre 2002

  • Aujourd’hui, à cette chambre d’extradition, nous assistons à un processus historique. Ici, dans la France de la "liberté, égalité, fraternité", et à la demande de la garde civile tortionnaire espagnole, du juge prévaricateur Garzon et du gouvernement fasciste espagnol, vous jugez, pour la première fois depuis le régime de Vichy, une communiste espagnole, héritière de ces autres communistes et républicains espagnols qui, pendant la IIe Guerre Mondiale, luttèrent à côté du peuple français pour libérer la (...)

  • Karim Gouaich : au Ministère de la Justice

    10 septembre 2002

  • Mr Gouaich Karim - Poissy au Ministère de la Justice Direction de l’Administration Pénitentiaire 13 place Vendôme 75042 Paris cedex Le 21 juillet 2002 Monsieur, Par la présente lettre, je sollicite de votre part de bien vouloir prendre en considération ma situation, étant incarcéré depuis le 03/07/1998. J’ai décidé de prendre ma vie en main et de m’insérer dans la société. Pour cela je me suis inscris à des cours informatiques. Je me suis mis à travailler étant donné que m famille n’a pas les (...)

  • Le quotidien d’une femme détenue

    9 septembre 2002

  • "Ici, il y a 3 termes à bannir :REINSERTION - LOGIQUE - HUMANITE "Côté médical…Alors là c’est l’apothéose, et je sais de quoi je parle, je sus infirmière. Le médecin fait acte de présence 2 demi-journées par semaine, et nous ne sommes jamais moins de 200 donc voyez vous-même !Faut pas être malade, sinon c’est le déclin. La DIGNITE eux ne connaissent pas ! Cela ne fait pas parti de leur vocabulaire, savent-ils ce que cela veut dire ?… La question est là !Tiens si vous ne vous sentez pas bien, il y a un (...)

  • Lettre du prisonnier politique breton Paskal Laizé au CARB

    26 avril 2003

  • Dans une lettre datée du 22 avril 2003, adressée au porte-parole de la Coordination Anti-Répressive de Bretagne, le prisonnier politique breton Paskal Laizé écrit ce qui suit : « on peut dire que depuis l’arrivée du nouveau dirlo, pas mal de choses changent, seulement pas dans le bon sens. (…) j’ai, comme nos camarades embastillés à la Santé, droit à un traitement spécial « DPS » (…) Cependant, ce statut est tout ce qu’il y a de plus officieux, mais avec tous les inconvénients et restrictions qui en (...)

  • Marc Sontrop : Un été à Lantin

    23 septembre 2002

  • Un été à Lantin « Nous ne pouvons juger du degré de civilisation d’une nation qu’en visitant ses prisons » (Dostoïevski). On est une fois de plus baisé de partout mais on s’amuse. Bannissons l’écriture et la lecture. Tous analphabètes. La prison me refuse trois ouvrages expédiés et commandés aux Ed. Bruylant dont « Devoirs et prérogatives de l’avocat ». Lecture inoffensive ou subversive ? J’ai une nouvelle fois à me plaindre de mon avocat. Alors, je m’informe. Je me documente. Dans le Rapport 1998-1999 de (...)

  • Moktar : actuellement incarcéré au CD de Château-Thierry

    23 mai 2002

  • Mokhtar Prison de CHATEAU-THIERRY 1er mai 02 L’Envolée, Bonjour : Etant actuellement incarcéré au CD de Château-Thierry, je me permets de vous écrire afin de vous demander s’il vous serait possible de recevoir votre journal gratuitement car malheureusement je n’ai pas les moyens de payer l’abonnement. J’ai un ami qui vient d’arriver de Clairvaux et c’est grâce à lui que je connais l’Envolée. Je vous écris aussi parce que je suis une victime (...)

  • Novembre 2002 "Anonyme"

    2 décembre 2002

  • Novembre 2002 à Fresnes En tout premier lieu, je tiens à vous dire que vous faites un travail extraordinaire. Et je peux que vous dire combien je suis admiratif du travail de l’association Ban Public qui veille à ce que les citoyens du pays fondateurs des droits de l’homme sachent qui elles sont les véritables conditions de détention pour les personnes incarcérées. D’autre part, il est bien de dire que les détenus ont du mal à retrouver du travail une fois qu’ils retrouvent leurs libertés. Je ne peux (...)

  • Patrick : Parti de rien, je suis revenu de tout...

    22 mars 2003

  • le 11 mars et quelques Parti de rien, je suis revenu de tout ; militant sans syndicat et sans représentation j’ai appris que maints engagements n’engagent à rien sinon à se refiler des onctuosités du côté du nombril parce que, à défaut d’existe dans un ailleurs, il est réconfortant de s’élever au-dessus de l’animal en se dotant d’une prétendue parole. Faut l’avouer, je nourris à l’égard des mouvements en faveur des détenus la même appréhension présumée qu’une femme ressent à l’approche d’un accouchement : (...)

  • Réflexion sur la détention

    24 mars 2014

  • Tu as envie et surtout besoin de t’exprimer, mais tu ne le peux pas. Tu as envie et besoin de voir des personnes auxquelles tu penses, ou même de faire des rencontres-surprises avec lesquelles tu sais d’avance que tu seras bien, mais tu ne le peux pas - peut-être n’en connais-tu même pas ? Tu as envie, d’un simple coup de fil, de parler à quelqu’un en particulier, à l’instant T ; une envie presque irrépressible, mais tu ne le peux pas car tes horaires téléphoniques ne correspondent pas trop aux (...)

  • Sébastien : Justice ? ? ?

    16 septembre 2003

  • « C’est lorsque l’on est dedans que l’on se rend compte à quel point la Prison est injuste. Avant d’y être moi-même confronté, cela ne m’avait même pas effleuré. Comme chacun, je pensais qu’il fallait bien quelques barrières pour que la société puisse se défendre de ses mauvais éléments. Aujourd’hui si je n’ai pas de solution (que faire de quelqu’un de véritablement dangereux, récidiviste en puissance ?), je sais expérience à l’appui que la prison n’est pas une solution. On ne soigne pas le "Mal" par le " Pire". (...)

  • Sofian, détenu à Villepinte

    18 juillet 2002

  • Villepinte, le 28 juin 2002 A tou(te)s les snipers (lire SNAYPER pour Olivier) de l’envolée, bonjour. Avant tout, une pensée pour Fathi (compagnon de galère sur les miasmes morbides de l’océan déchaîné de la Pestinentiaire). Courage Fathi, je sais que tu en as. Garde le moral au zénith et sache que ton poto pense à toi, malgré la soixantaine de kilomètres qui nous séparent. Faut’q’ça cesse ! Pendant que j’y suis dédicace à tous les prisonnier(e)s d’ici et d’ailleurs et particulièrement à ceux et à celles (...)

  • Ulrike Meinhof : Lettre du couloir de la mort (1972)

    9 mai 2012

  • Le 9 mai 1976 Ulrike Meinhof était retrouvée « suicidée » dans sa cellule. Elle avait été une des fondatrices de la guérilla d’Allemagne de l’Ouest « fraction armée rouge ». Le texte qui suit a été écrit depuis sa cellule d’isolement total, aussi appelée cellule de privation sensorielle. Arrêtée en 1972 et soumise à un régime carcéral extrêmement dur : isolement total, cellule blanche et insonorisée, lumière électrique jour et nuit. Eva PUGNET Ulrike Meinhof : Lettre du couloir de la mort (1972) Sentir ta tête (...)

  • Victor Renelle, 1942

    10 mai 2003

  • Cet article renvoie vers une URL externe

  • Voilà deux mois que j’ai quitté le monde du silence

    4 octobre 2005

  • Réflexion Voilà deux mois que j’ai quitté le monde du silence ; non, ce n’est pas de la grande bleue dont je parle, mais de ce monde où le silence est maître, le silence sur ce qui se passe, silence sur la vie, sur les souffrances, sur les dérapages, silence dans la vie, dans les cœurs, dans les corps. Deux mois que j’ai franchi ces grilles opressantes, ces grilles dont on ne parle plus tant elles ont pénétré nos corps. Deux mois que j’ai quitté ce monde rempli d’âmes, d’hommes, qui errent sans but, (...)