Ban Public
Le portail d’information sur les prisons
Déplacement de M. Sarkozy au centre pénitentaire pour femmes de Rennes

Publié le Monday 22 January 2007 | http://prison.eu.org/deplacement-de-m-sarkozy-au-centre/

M. Sarkozy, candidat de l’UMP à l’élection présidentielle, a visité, lundi 22 janvier 2007, le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes ; il n’était pas accompagné par la presse et a expliqué sa démarche dans une vidéo diffusée sur son site Internet de campagne.

Il estime que l’on "doit différencier les malades des délinquants" ; on lit en filigrane que M. Sarkozy stigmatise les personnes en leur attribuant un statut définitif de malade ou de délinquant, avant même de considérer que ce sont précisément des personnes qui ne peuvent ni être réduites à des actes délictueux, ni à une pathologie mentale. En outre, une personne souffrant d’une pathologie psychiatrique doit avant tout être considérée comme telle et à ce titre ne peut être maintenue en prison. Or la proposition qui est faite consiste à " créer des hôpitaux prisons pour la partie psychiatrique de la détention". De tels lieux seraient ambivalents : s’agirait-il d’accompagner ou de mettre à l’écart ? S’agirait-il de protéger la société ou de proposer/d’imposer des soins en vue d’une amélioration pérenne de l’état de santé des personnes ? Ces lieux ne seraient pas moins que la prison des lieux d’enfermement ; mais l’enfermement n’est pas en soi une thérapie. En outre, les personnes en situation de mal-être auraient probablement dû bénéficier d’un accompagnement psychologique et social bien avant.

Puis M. Sarkozy déclare : "deuxièmement il faut que la prison prépare à la réinsertion". Cela fait longtemps que cette question devrait être au centre du débat...

Naturellement, un petit mot est prononcé à l’intention des surveillants : "Les surveillants de prison font un travail exceptionnel". Comment ne pas se laisser aller à penser que ces propos dévoilent une tendance à la démagogie ?

Puis resurgit le vieil étendard de la construction de nouvelles prisons ; M. Sarkozy déclare : "C’est un problème d’immobilier, c’est un problème de place". Comment ne pas être étonné, quand on sait que construire plus de prisons conduit inéluctablement à enfermer plus ? Historiquement, il a toujours été avéré que la construction de places supplémentaires n’était en rien une solution au problème de la surpopulation carcérale.

Pour conclure, M. Sarkozy indique "je veux pour la France des prisons modèles" et "j’ai voulu aller sur le terrain pour comprendre la réalité des choses". Une "prison modèle" est un concept tout aussi ambivalent, voire paradoxal, que celui de "prison hôpital". Une prison ne peut être un modèle dans la mesure où elle est un symbole manifeste de l’échec de la société.

La rédaction
Ban Public
(Janvier 2007)