Ban Public
Le portail d’information sur les prisons
Critique totalement partiale du bouquin du médecin-chef Vasseur

Publié le Wednesday 5 December 2001 | http://prison.eu.org/critique-totalement-partiale-du/

La couverture

- La Madone des Taules : blondeur et féminité de rêve ... la taule en arrière-fond flou.
- Médecin-chef : ne pas oublier le mot chef dont on trouvera les aspects pervers dans le texte. Dès l’abord, cela souligne l’emprise que Madame Vasseur entend avoir sur les lieux et les gens. Elle dit qu’elle est venue par curiosité et restée par passion. Je traduis, et je sais par expérience que c’est classique :
voyeurisme et désir de pouvoir dans une administration secrète et sur des hommes en état de faiblesse et de non-droit.

Pouvoir

Elle va citer plusieurs fois et avec complaisance un grand nombre de prisonniers célèbres, les VIP, et montrer à leur égard quelque intimité voire appartenance de milieu. Cela rend immédiatement suspecte l’intention, car un vrai témoignage sur les prisons serait plus convaincant en ne citant pas des taulards sélectionnés. De plus, sur le plan de l’éthique, un intervenant en prison, et encore plus un médecin, est assujetti au devoir de réserve ne serait-ce que pour respecter l’homme enfermé. Il y a là un mélange des genres tout à fait pervers. On peut dès lors se demander pourquoi et par qui elle a été parachutée à ce poste. Au passage, on notera avec quel mépris elle traite ses prédécesseurs et ses collègues et surtout une femme médecin qui aurait pu briguer ce poste après plusieurs années de travail.
Tout au long du livre, on note des dénonciations de faits navrants et d’un état des lieux lamentable mais on a la sensation que c’est directement destiné à attendrir l’opinion sur les grands de ce monde que la justice rattrape et que c’est un prétexte à un déballage satisfait du genre : "ces hommes, célèbres et riches dont la vie a été étalée dans vos journaux, moi, je les ai vus et fréquentés de près et je vais vous dire qui ils sont". J’ajouterai avec un parfait à priori, que ce que subissent les taulards "ordinaires" fait du mal aux VIP : les cris troublent leurs nuits, les odeurs les incommodent, le statut de "privilégié" leur fout la trouille d’un mauvais coup au détour d’un couloir !
Où est le rôle du médecin dans tout cela ? Et où se situe le respect du secret professionnel ? Même si parmi tous ces VIP embastillés qu’elle traite en amis il y a de vraies fripouilles, elle n’a pas le droit de livrer ainsi la vie carcérale de gens qu’elle était (car elle n’est plus, fortune faite sur le dos des taulards) censée soigner. Démonstration s’il en est besoin, que derrière les murs, et quel que soit le statut social antérieur du taulard, celui-ci n’a pas de droits. Il n’est plus rien, qu’une chose, et particulièrement entre les mains de certains intervenants extérieurs

- Page 138 : BOUBLIL : c’est un copain, elle est "heureuse de le voir". Dès qu’il est arrivé, elle l’a fait appeler ! Les autres taulards doivent faire une demande écrite. Madame organise son petit monde : accueil mondain.
- Page 140 : TRABOULSI : elle fait venir "un grand ponte" qui le suit médicalement. Elle va organiser des visites régulières du dit ponte à son client : parloirs médicaux, c’est nouveau, ça vient de sortir ! Loi spéciale pour les VIP.
Page 127 : elle demande à assister au prétoire ! Comme si le "tribunal interne" était la place d’un médecin. Des prisonniers avaient thésaurisé l’équivalent de plusieurs semaines de médicaments censés être absorbés en présence de l’infirmier. Elle voulait défendre les prisonniers ? Que non : elle voulait dégager sa responsabilité face aux hommes en passe de punition. Minimiser les insuffisances de son service. La Madone des Taules est irréprochable. De même que page 99 elle se dédouane vis à vis de la justice d’un décès : le dossier a disparu ! C’est pas grave, il y a le registre des visites : le gars allait bien quand elle l’a expédié à Fresnes : alors, pourquoi l’envoyer à l’hôpital prison ? Circulez y a rien à voir. Qu’est-ce que ça fait dans un bouquin censé dénoncer l’état des prisons françaises ?

- Page 132 : un prisonnier lui écrit une lettre d’amour... que croyez-vous qu’il arriva ? Transféré le bonhomme, et à sa demande à elle ! Comment faire de cette personne un ange de bonté ? C’est une attitude inhumaine et froide : le transfert est toujours un drame pour le taulard et aussi pour sa famille. Elle a caressé un instant son ego flatté, puis adieu le mec, du vent !

Ce qui a déclenché plus que toute autre chose mon envie d’écrire "FEMME DE PARLOIR", c’est la façon dont elle parle, brièvement, des familles, avec un vrai mépris froid des femmes de taulards.
- Page 181 : sa femme appelle tous les jours pour avoir des nouvelles... aujourd’hui, elle est à la Santé. Elle est venue d’Ajaccio et ne veut pas décoller (quel terme révélateur !) de la prison tant qu’elle ne m’aura pas vue. Mais je n’ai rien à lui dire et je ne reçois pas les familles. Certes, mais dans un livre destiné, paraît-il, à montrer l’inhumain des prisons, un petit mot, même pas un paragraphe, pour dire la souffrance des familles quand elles ont un des leurs malade derrière les hauts murs, était-ce trop demander à la Madone ?
- Page 185 : "Sa femme téléphone, en larmes. Je lui annonce la bonne nouvelle (bien entendu elle a sauvé la vie du gars). Crise d’hystérie. Elle hurle, pleure, vocifère (encore des termes de compassion, de compréhension !). Je finis par lui raccrocher au nez".
Ça ne m’a pas plu du tout, ça, Madame le Médecin. D’autant que je suis, moi aussi médecin et néanmoins femme de taulard. Comme toujours et partout la femme de taulard est un zombie sociétal : c’est de propos délibéré. Elle dérange tout le monde, la fidèle.
C’est ainsi que l’Esprit Frappeur" a publié le livre qui m’est sorti des tripes : "Femme de Parloir".

  <?xml:namespace prefix o ns 
"urn:schemas-microsoft-com:office:office" 
/><o:p></o:p></FONT></STRONG></SPAN></SPAN></P>
<
class=MsoNormal style="MARGIN: 0cm 0cm 0pt"><STRONG><FONT color=#cc0000><SPAN 
class=titreroug1><SPAN style="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Arial">Les V.I.P
</
SPAN></SPAN><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt"><o:p></o:p></SPAN></FONT></STRONG></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>Madame le 
Médecin
-Chef cite avec délectation CHALIERGARETTALE FLOCH-PRIGENT
BOTTON.... et BOB DENARD "je suis contente de le recevoir (mais comment donc, 
ma chère!), c'est un copain, BOB"
Ben voyons. <BR>Page 94 le summum "<SPAN 
class=txtbd1><STRONG>Je vois Bob Denard qui m'explique son affaire aux Comores. 
Une infirmière entre dans mon bureau sans frapper pour me donner un dossier. Il 
me regarde, il a compris : si vous avez des problèmes d'autorité, vous 
m'appelez. J'ai dirigé un pays. Je vais vous aider !</STRONG></SPAN>"
On croit 
rêver
Qu'est-ce que ça vient faire dans ce bouquin ? La femme de taulard que je 
suis n'
en peux plus d'écœurement <BR>Page 188 : "Bob Denard est à Fresnes. Il 
passe aux assises. <SPAN class=txtbd1><STRONG>J'
aurais préféré qu'il soit à la 
Santé.</STRONG></SPAN> (Madame a des droits sur les vedettes du judiciaire ! 
elle ne pourra rien raconter en confidence si on les lui met ailleurs !). 
<BR>Par ailleurs, elle ridiculise à longueur de pages Bernard TAPIE. Si, certes, 
je n'
ai pas une estime particulière pour le monsieuren taule il est taulard
et a droitde ce faitau respect de ceux qui ont pour métier de s'en occuper. 
Le procédé est ignoble et, une fois encore,.en totale contradiction avec l'
image 
de personne pleine de compassion que l
'on veut donner d'elleOn est fondé à 
penser qu
'elle en raconte de belles sur bien d'autres prisonniersCertes
l'éditeur a peut-être souhaité le côté "presse-people"... mais je n'y crois 
guère
c'est en accord avec tout le reste. </FONT></P>
<P class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>PAUL TOUVIER : 
"Moi qui ai suivi son procès et espérais que cet individu n'
échapperait pas à la 
justice
je prépare l'entrevue. J'ai décidé de ne pas être aimable. (Houlà 
!) Mais que faire devant ce petit vieux diminuétrès courtois ?... Ne pas être 
aimable
pardi comme prévuPas de pitié pour les femmes de taulards mais 
comment ne pas en avoir pour Touvier
Mon Dieuque dire ? .....</FONT></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>Elle pousse 
aussi le cynisme jusqu
'à écrire qu'elle a fait appel à GARETTA pour soigner un 
hémophile pour lequel ses compétences étaient limitées
Qu'est-ce à dire ? En 
rendant publiques de telles choses se donne-t-elle un rôle de réhabilitation ? 
Moi, je trouve ça profondément indécent. </FONT></P>
<P class=MsoNormal style="MARGIN: 0cm 0cm 0pt"><SPAN class=titreroug1><SPAN 
style="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Arial"><STRONG><FONT 
color=#cc0000>&nbsp;<o:p></o:p></FONT></STRONG></SPAN></SPAN></P>
<P class=MsoNormal style="MARGIN: 0cm 0cm 0pt"><SPAN class=titreroug1><SPAN 
style="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Arial"><STRONG><FONT color=#cc0000>Les 
V.I.P. n'
ont pas de régime particulier</FONT></STRONG></SPAN></SPAN><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt"><FONT face=Verdana> <o:p></o:p></FONT></SPAN></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>Ah bon 
Démonstration.</FONT></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>- Page 49 
"pour un V.I.P. qui passe il y a un blocage"Un V.I.Pcircule et on bloque les 
autres dans leurs déplacements
. <BR>- Page 138 "les "stars" se retrouvent dans 
une petite salle installée pour eux où ils font du sport, jouent aux échecs, à 
la belote ou au bridge"
Alorsil faudrait s'entendre : régime à part ou pas ? 
<BR>- Page 145 : "les V.I.P. contrairement à ce qu'
on pourrait penser ne 
jouissent pas d
'un traitement particulier. <SPAN class=txtbd1><STRONG>Simplement 
ils sont seuls en cellule. Ils ont aussi leur cour de promenade, celle où 
tournait Apollinaire...</STRONG></SPAN>". <BR>Seul en cellule en maison d'
arrêt 
c
'est un luxe, un privilège inouï. Traitement particulier, mais bien entendu : y 
a pas photo !</FONT></P>
<P class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>Enfin, page 155, 
nous trouvons les éléments de sa lettre de motivation qui ont, dit-elle, plaidé 
en sa faveur pour être nommée directrice de l'
unité de consultation et de soins 
ambulatoires de la Santé 
ça vaut le détour :<BR>"</FONT><FONT 
face=Verdana><FONT size=2><STRONG><SPAN class=txtbd1>J'aime cet endroit chargé 
de beauté, de souffrance, de misère, peuplé de fantômes. C'est un endroit qui 
vous fait fuir ou vous attache. Rien n'est pire que l'indifférence. 
</SPAN><BR><SPAN class=txtbd1>J'aime la population disparate, pleine de 
fantaisie, de malice, de créativité</SPAN></STRONG> (il s'agit d'une prison 
est-ce utile de le rappeler ...) <BR><SPAN class=txtbd1><STRONG>Dans la solitude 
de l'enfermement, les masques tombent et les rapports humains sont plus vrais et 
plus riches qu'à l'extérieur... </STRONG></SPAN>"
</FONT></FONT></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><BR><FONT face=Verdana size=2>Bonje 
m
'arrête car je lis page 99 : "... des cols blancs mélangés aux Maghrébins, aux 
Maliens..." , et ça me gonfle. Non, décidément, je n'
ai pas dutout aimé ce 
livre
c'est le moins qu'on puisse dire. </FONT></P>
<
class=titreroug style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Arial color=#cc0000 
size=2><STRONG>Conclusion</STRONG></FONT></P>
<
class=txtbd style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana 
size
=2><STRONG>Putainça fait du bien !</STRONG></FONT></P>
<
class=txtbd style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana 
size
=2><STRONG>Duszka<BR>Femme de Parloir</STRONG></FONT></P>
<
P><SPAN class=txtbd1><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Verdana"><STRONG>&nbsp;<o:p></o:p></STRONG></SPAN></SPAN></P>
<
P><STRONG><SPAN class=txtbd1><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Verdana">Les Mureaux le 23 décembre 
2000
</SPAN></SPAN><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Verdana"><o:p></o:p></SPAN></STRONG></P>
<
class=MsoNormal style="MARGIN: 0cm 0cm 0pt"><STRONG><FONT color=#cc0000><SPAN 
class=titreroug1><SPAN style="FONT-SIZE: 10pt; FONT-FAMILY: Arial">Le 20 août 
2001 
suite et fin. </SPAN></SPAN><SPAN 
style
="FONT-SIZE: 10pt"><o:p></o:p></SPAN></FONT></STRONG></P>
<
class=txt style="MARGIN: auto 0cm"><FONT face=Verdana size=2>Les mois ont 
passé
On a fait dans le carcéral-spectacle à gogoLes corps constituésOIP
Groupe MIALLETy sont allés de leur contribution humanitaireUn de ces 
vénérables personnages m
'a tenu le langage suivant : il faut lutter contre 
l'
incarcération et supprimer les peines de prison pour les gens qui ne sont pas 
dangereux
Ravieje me fais préciser qui est dangereuxOn me répond par qui ne 
l
'est pas : LES DELINQUANTS FINANCIERS ! Il n'a pas osé clairement dire 
politico
-financiersNous y voilàEt moi je disétant donné la conversion 
spectaculaire de la 
"Gauche" au tout sécuritaireles <SPAN 
class=txtbd1><STRONG>dangereux ce sont les enfantsles jeunes des quartiers 
dits 
et de fait défavorisésILS ENTRETIENNENT LE SACRO-SAINT SENTIMENT 
D
'INSÉCURITÉ.</STRONG></SPAN> Ceux-là, pas de pitié : au trou !<BR>On fait 
volontairement de nous des schizophrènes. C'
est une technique très au point de 
destruction de toute personne en prison ou piétinant devant la porte
Prenons 
quelques exemples
. <BR>Les UVFLa mère Guigou a trouvé ça pourcomme elle le 
dit elle
-même"tenir compte de l'allongement des peines" Ben voyons Restez 
10 ans de plus au trou
on vous envoie vos femmesà jours et heures fixes et 
fixés par nous en fonction de votre degré de réinsertion
Y en aura pas pour 
tout le monde 
faudra le gagnermes braves Sans jeter l'anathème sur ceux et 
celles qui en voudraient bien, je me permets de dire, mais je n'
engage que moi
que l'amour en prison </FONT><FONT size=2><FONT face=Verdana><STRONG><SPAN 
class=txtbd1>ça se vole, ça se cambriole, mais ça ne se fait pas avec l'
AP pour 
tenir la chandelle 
Et fournissant de surcroîtles draps et les capotes
Pourquoi voudrait-on inciter les couples à la position du missionnaire sociétal 
Quand on est marginal et rebelleon fait l'amour marginal et rebelle : c'est 
moins confortable
mais pas moins jouissifselon ma propre expérienceTant 
qu
'on a le goût, l'odoratle toucher et un peu d'imagination.... Le bonheur 
d'
un couple n'est pas forcément dans le lit à baldaquin ou la procréation 
judéo-chrétienne. </SPAN><BR></STRONG>Les UVF, à terme, ce sera moins ou plus du 
tout de permissions et de conditionnelles. Et dans le délire sécuritaire ambiant 
davantage de longues peines.<BR>Alors... mesdames, à vos hélicoptères ! C'
est la 
transgression qui fait bouger
à condition qu'elle soit répétée et collective. 
Pas la demande de "bien-être" octroyée à la tête du client et au prorata de ses 
gages de réinsertion, codifiée par l'
AP et soutenue par les intellos qui ont 
complètement oublié que notre dignité n
'est pas de faire la manche. Tout ce qui 
a été conquis l'
a été par les transgressions répétéesles coups de gueuleles 
esclandres
les affrontements... Un des effets de la répétition de ces clashes 
est d
'ailleurs de finir par montrer la singulière ineptie d'un certain nombre de 
règles
établies uniquement pour contenir les prisonniers et leurs 
familles
.<BR>Il est en outre constant que ce qu'on obtient par la rébellion 
demeure plus que ce qu'
on obtient par la raisondu fait que la raison est 
l
'arme du plus fort, dans ce combat permanent qui mène le plus faible à la 
prison.<BR><BR></FONT></FONT><FONT size=2><FONT face=Verdana><STRONG><SPAN 
class=txtbd1>On devient schizophrène à avoir une position qui pourrait les faire 
capoter ( ! ) ces foutues UVF, pour ceux qui en ont envie. </SPAN><BR></STRONG>A 
CLAIRVAUX, tout l'
été et pendant les vacances scolairesil y a parloir tous les 
jours
matin et soirA POISSYpar exempleça n'existe pas. Les parloirs n'ont 
lieu que le week
-endA CLAIVAUXon peut s'installer près de son homme pendant 
ses congés. Un mois de parloirs quotidiens. Si on demande une uniformisation des 
règlements des parloirs en centrale, ne risque-t-on pas de voir revu à la 
baisse, à la restriction ce qui est accordé là et pas ailleurs ? A POISSY, il y 
aura deux ou trois UVF : excusez du peu ! Alors, on commence à punir sévèrement 
ceux qui dérogent aux "bonnes mœurs" (un mois ou plus de parloir à hygiaphone 
récemment), et quand les UVF seront là, ce sera systématique. Le plus triste, 
c'
est que des familles se plaignent des couples et les font parfois tomber pour 
outrage à la décence 
diviser pour régnerça marche au galop en ces temps 
"d'humanisme carcéral". <BR>Tout cela, (et bien d'autres choses), donne la 
mesure et les limites des luttes que l'
on mène du dehorsLa vie des couples et 
des familles de personnes incarcérées est tellement douloureuse et morcelée que 
l
'on a bonne conscience de réclamer des "adoucissements" pour que ça fasse moins 
mal, et fort mauvaise conscience de se rendre compte qu'
au bout du boutles 
adoucissements sont ou risquent d
'être des enculeries de première. 
<BR>SCHIZOPHRENES........... </FONT></FONT></P>
<P class=MsoNormal style="MARGIN: 0cm 0cm 0pt"><BR><A 
href="http://prison.eu.org/pages/dedansdeh/art/femmesparloir.shtml"><SPAN 
style="FONT-SIZE: 10pt; COLOR: black; mso-ascii-font-family: Verdana; mso-hansi-font-family: Verdana"><FONT 
face=Verdana>DUSZKA, femme de parloir</FONT></SPAN></A><FONT face=Verdana>.... 
sous le contrôle éclairé (ben voyons!) de MICHA</FONT></P>