Ban Public
Le portail d’information sur les prisons
Avis de K.O. social ordinaire

Publié le Monday 15 March 2004 | http://prison.eu.org/spip.php?article4519/

Avis de K.O. social ordinaire
Marchons, Marchons !!!

pour signer cette pétition
http://www.avisdekosocial.org/

 Ta condamnation vient de tomber, sans procès, sans jugement, sans avocat : six mois fermes.

Ton train, tu regrettes vraiment de ne pas avoir pu le payer avec ton RMA.

Tu le sais depuis peu, tu es enceinte.

Tu vas peut-être, puisque toi tu as des papiers et que tu peux donc encore bénéficier des derniers reliquats de protection sociale, ­ pouvoir accoucher menottée à ton lit, face à la caméra de vidéosurveillance.

Au sortir de ton hôpital sans moyens, que chauffe un parc nucléaire promis au ravalement, tu réintègres la cellule à deux places que tu partages avec quatre compagnes d’infortune.

Ton enfant aura peut-être la chance d’éviter le saturnisme promis par ton appartement insalubre, puisqu’il sera fait état par les services sociaux de ton indigence, et qu’il sera placé de force dans un internat fermé cofinancé par la préfecture et Métrobus.

De la cellule d’à côté te parviennent des chants.

Tu apprendras qu’il s’agit de la complainte des deux seuls rescapés d’une barque de réfugiés qui s’est abîmée sur les frontières de l’espace Schengen.

A l’heure du bouillon, tu regretteras que la recherche n’ait bénéficié que des subsides de financements non alloués à la police, car elle aurait pu démontrer que tu ingurgites une pitance cancérigène.

Pendant tes longues journées d’enfermement, tu te demanderas comment tant de gens peuvent passer toute une partie de leur vie devant un écran, comme celui du coin de ta cellule, à avaler une idéologie du bonheur par la consommation et l’individualisme.

Quand tu te retrouveras devant des surveillants cagoulés, tu t’imagineras tristement qu’il s’agit de l’ultime débouché des intermittents du spectacle.

D’un gouvernement à l’autre, les réformes réactionnaires se succèdent. L’actuel n’est pas fasciné par la France d’en bas pour rien : on y est.

Nous, individus, particuliers et professionnels de tous secteurs, regroupés ou non en organisations diverses, vous invitons dans un esprit militant et festif à vous informer, échanger et protester contre les politiques de plus en plus répressives, portant atteinte aux droits fondamentaux, et revendiquer ensemble notre droit inaliénable à une autre réalité.

 Y’EN A MARRE !

Les Subversifs du Quotidien