Ban Public
Le portail d’information sur les prisons
Une terrible leçon

Publié le Friday 5 November 2010 | http://prison.eu.org/une-terrible-lecon/

Il s’appelle Vamara Kamagaté (kamagaté est son nom de famille). Il est ivoirien, SDF, sans papiers, mais en France depuis 20 ans, il traîne à Paris. Il a établi ses pénates du côté de Bastille. Oh, ce n’est pas un SDF discret et poli. Il se fait remarquer quand il est ivre en insultant les femmes qui passent.

Elle s’appelle Alexandra G. Elle est étudiante en médecine. Son petit ami est policier à Paris, et ne s’intéresse pas assez à elle à son goût.

Un soir de février 2008, elle lui raconte qu’elle a été agressée le 6 février précédent dans la rue, par un homme noir d’une soixantaine d’années pourtant un bob sur la tête. Après l’avoir injuriée, il l’aurait saisie par le cou, aurait passé sa main sous ses vêtements pour lui pincer les seins avant de passer sa main au niveau de ses hanches en lui rentrant les doigts dans les côtes des deux côtés, en la pinçant, puis de mettre sa main dans sa culotte sous son jean et de lui frotter le sexe avec la main, et enfin de la repousser en hurlant.

Le 25 février 2008, son compagnon la conduit sur son lieu de travail pour prendre sa plainte. Munie d’une réquisition à cet effet, elle se rend aux Urgences Médico-Judiciaires pour qu’un certificat médical établissant les violences soit établi. Là, mesdames et messieurs les magistrats, j’attire votre attention : un certificat médical lui est délivré, ne relevant pas de doléances physiques mais un état de stress post-traumatique majeur avec une ITT[1] de dix jours, tout en relevant une « rumination psychologique » et des « antécédents victimologiques ».

L’enquête est rondement menée. La police fait passer l’info qu’on recherche « un SDF africain d’âge mûr ». Muni de cette description détaillée, le bureau de coordination des opérations signale qu’il a ça en magasin, au centre de rétention de Vincennes. Vous l’avez deviné, c’est Vamara Kamagaté. 46 ans, c’est moins que 60, mais il est noir et a un chapeau : son compte est bon.

On présente la photo de Monsieur Kamagaté au milieu de huit autres à Alexandra G., qui l’identifie en précisant être « pas absolument formelle » mais précisant reconnaître sa casquette rasta, « très caractéristique ». Vamara Kamagaté est extrait du centre de rétention et placé en garde à vue 28 heures, pendant lesquelles il nie absolument les faits.

La procédure est transmise au parquet, le rapport de synthèse précisant que le « bonnet noir » du suspect aurait été identifié par la victime et que « quelques incohérences [dans les déclarations de Monsieur Kamagaté] étaient toutefois relevées, mettant en évidence sa vision particulière de la vérité ». Retenez bien cette dernière phrase.

Le parquet estime en avoir assez pour une comparution immédiate, et notre ivoirien est jugé le 8 mars 2008 par la 23e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, pour agression sexuelle, violences suivies d’une incapacité totale temporaire de plus de huit jours, injures publiques envers un particulier en raison de sa race, de sa religion ou de son origine, et infraction à la législation sur les étrangers. Si tel est le cas, et ma source est fiable, il y avait une superbe double nullité, la procédure de comparution immédiate n’étant pas applicable à un délit puni de six mois d’emprisonnement sauf flagrance (art. 395 du CPP), et on était là un mois après les faits, ce qui exclut la flagrance (art. 53 du CPP), et elle est en tout état de cause inapplicable aux délits de presse, ce qu’est l’injure raciale (art. 397-6 du CPP).

Malgré ses dénégations à l’audience, il est déclaré coupable pour le tout et condamné à 18 mois d’emprisonnement avec placement en détention, et trois ans d’interdiction du territoire, accessoirement en violation de l’article 131-30-1, 3° du code pénal faute de motivation spéciale. La victime ne se présente pas à l’audience mais est représentée par un avocat. Elle obtient 3000 euros de provision sur dommages-intérêts, l’affaire étant renvoyée sur intérêt civils pour qu’une expertise évalue son préjudice, susceptible d’être pris en charge par la Commission d’Indemnisation des Victimes d’Infraction (faits d’agression sexuelle, art. 706-3 du CPP).

Monsieur Kagamaté ne fait pas appel. Justice est faite.

Sauf que.

Sauf que voilà, Alerxandra G. a tout inventé. Tout.

Le 14 mai 2008, rongée par le remord (elle croyait, naïve, que M. Kamagaté ne pouvait se faire condamner sur une accusation fantaisiste), elle écrit une lettre que son avocat transmet au tribunal exposant qu’elle avait bien été victime d’une telle agression, mais à l’âge de 13 ans, agression dont elle avait le sentiment qu’elle n’avait pas été suffisamment prise en compte par ses parents, puis à la fin de ses études secondaires, elle avait été victime d’un viol qu’elle avait gardé secret, et que, « fréquentant un policier, elle avait été touchée de sa réaction face à l’agression dont avait été victime une de ses amies » et du coup que, traversant une crise d’angoisse, elle lui avait déclaré qu’elle s’était fait agresser et lui avait en réalité décrit ses agressions antérieures.

Le parquet fait diligenter une enquête qui établit qu’en effet, tout le récit était inventé. Merveilleuse police qui à la demande, établit dans la même affaire, la culpabilité puis l’innocence. C’est la polyvalence des services. Voilà le problème : la vision particulière de la vérité de monsieur Kamagaté, c’est juste la vérité, en fait. On dissertait hier sur “ qu’est ce que la vérité ?” Voilà. C’est ça.

Problème : monsieur Kamagaté n’a pas fait appel. On se demande d’où vient son peu de confiance dans la justice. La condamnation est donc définitive.

C’est le garde des Sceaux de l’époque, Rachida Dati (il aura fallu qu’elle parte pour que je trouve enfin une raison de lui rendre hommage…) qui débloquera la situation en saisissant la Commission de révision de la cour de cassation, seule habilitée à revenir sur une condamnation définitive. Vamara Kamagaté pouvait le faire lui-même, mais pour des raisons que j’ignore, il n’a semble-t-il pas été informé par son avocat d’alors, qui n’est pour rien dans la procédure de révision. C’est l’avocat de la partie civile et le président du tribunal qui ont lancé la procédure grâce au Garde des Sceaux. C’est la même commission qui a statué dans l’affaire Seznec. (NB : paragraphe mis à jour.)

Et le 24 juin dernier, la cour de révision a cassé le jugement du 8 mars 2008 et renvoyé l’affaire pour être à nouveau jugée devant la 23e chambre. Pourquoi juger à nouveau ? Dame ! Il reste le séjour irrégulier. Car même si eu égard à sa situation, 20 ans de séjour en France, il a droit à une carte de séjour (art. L.313-14 du CESEDA), il n’a pas demandé cette carte, ce qui suffit à constituer le délit.

Cette affaire ne doit pas être l’occasion de pointer du doigt tel ou tel magistrat. C’est facile, c’est commode, et ça ne change rien. Vous voyez à quoi je fais allusion. Dans cette affaire, le président qui a prononcé la condamnation a aidé l’avocat de M. Kamagaté mise à jour :d’Alexandra G. à lancer la procédure de révision. C’est la moindre des choses ? Mais rien ne l’y obligeait.

Ce qu’il faut en tirer, c’est une grande leçon pour nous tous, du monde judiciaire.

Dans cette affaire, il y avait un certificat médical des UMJ qui arrêtait 10 jours d’ITT. Sur la base d’un récit imaginaire. La religion du certificat médical est pernicieuse dans le prétoire. Il faut prendre ce document avec des pincettes : ce n’est pas une preuve, c’est un document d’un médecin, pas d’un haruspice, qui dit : “ si ce récit est vrai, alors l’ITT est de… ”, et même quand il constate des blessures, il ne peut garantir que ces blessures aient été causées comme le déclare la victime. À trop vivre dans une société victimaire, où on n’a pas assez de larmes à verser sur leur épaule, on oublie que les victimes mentent, calculent, ont des intérêts, ou simplement soif d’attention. Bref, elles sont terriblement humaines.

Le témoignage de la seule victime ne peut, ne doit JAMAIS être considéré comme suffisant pour emporter condamnation. Un certificat des UMJ ne peut pas suppléer à l’absence de preuves objectives ou de témoignages fiables. Et quand on est avocat, qu’on a un SDF alcoolique qui traite les femmes de salope quand Bacchus lui ouvre les bras, qui n’est peut-être pas sympathique et sent la vinasse, et qui dit qu’il est innocent et parle de victime qui ment et de police complice, il faut se demander s’il n’y a pas un fond de vérité. Je n’aurais pas la prétention d’affirmer que, si monsieur Kagamaté était entré dans mon box de la section P12 parquet ce jour-là, j’aurais réalisé que j’avais affaire à un innocent.

Un innocent condamné, c’est une défaite pour tout le monde.

Et cette affaire sera maudite jusqu’au bout, puisque je lis dans Libération :

 Pendant ce temps, Vamara Kamagate est en prison. Il y restera au total six mois, sans que personne ne l’informe de la procédure qui s’est enclenchée. « Un matin, les surveillants sont venus me chercher et ils m’ont dit : vous sortez. » Seul devant les portes de Fresnes, un papier qu’il ne sait pas lire à la main, il regagne son ancien quartier, où, enfin, un travailleur social lui explique ce que « révision » veut dire.

Laissons le mot de la fin à Monsieur Kamagaté :

 « La justice, c’est humain, ça peut se tromper comme tout le monde ».

Monsieur Kamagaté, je suis profondément désolé de ce qui vous est arrivé. Puisse ce modeste billet aider à rétablir votre honneur.

 

Notes

[1] Incapacité totale de travail, l’unité de mesure des blessures en droit pénal.

Les suites de "l’affaire Kamagate " : http://www.prison.eu.org/spip.php?a...