Ban Public
Le portail d’information sur les prisons
UGSP-CGT (2008-05) L’inflation carcérale continue : 63.645 détenus au 1er mai 2008. 14161 personnes en surnombre dans les prisons françaises

Publié le Monday 19 May 2008 | http://prison.eu.org/ugsp-cgt-2008-05-l-inflation/

La garde des Sceaux, Rachida Dati, a annoncé aujourd’hui qu’elle allait prendre un décret pour organiser la mise en œuvre de l’obligation d’encellulement individuel des détenus. Depuis 2000, l’administration a dérogé à la règle fixée par l’article 716 du Code de procédure pénale prévoyant que chaque détenu doit être enfermé dans une cellule individuelle.

Décidément, notre ministre de la justice n’hésite pas à faire des déclarations surréalistes. Avec 14161 personnes en surnombre dans les prisons, nous ne comprenons pas par quel tour de passe-passe la ministre va réussir à éliminer la surpopulation pénale.
 Ou bien peut-être va-t-elle rompre radicalement avec la politique pénale actuelle, cesser une politique où l’obsession sécuritaire prime avec pour conséquence un recul effréné des droits et libertés ?
Comment va-t-elle effacer 6 années vouées à l’inflationnisme sécuritaire ?
Peut-être que la loi pénitentiaire nous réserve des changements profonds, serait-ce la raison pour laquelle aucun projet finalisé ne nous ait été révélé aujourd’hui ?

Aujourd’hui, 49 484 places en détention sont opérationnelles et peuvent être occupées par les détenus. Les constructions de prison ne permettent pas d’endiguer le nombre important d’incarcérations.
Au 1er mai 2007, 11734 détenus étaient en surnombre, la situation s’aggrave et est sans appel.
La CGT pénitentiaire dénonce à nouveau l’irresponsabilité des gouvernants Français qui continuent à nier la réalité du monde carcéral.
Le déni est si présent que, sans aucunes précisions, la ministre nous annonce que très prochainement chaque détenu pourra bénéficier de l’encellulement individuel.

Ce mépris institutionnel aggrave sérieusement les conditions de détention, les conditions d’exercice des personnels, entrave le service public pénitentiaire.

 

 

Montreuil, le 19 mai 2008.