14123 articles - 12260 brèves

Documents associés :

Type : PDF

Taille : 65.1 kb

Date : 28-08-2007

Les benzodiazpines et produits apparents

Type : JPEG

Taille : 27.6 kb

Date : 28-08-2007

Mthadone et Buprnorphine haut dosage

Type : JPEG

Taille : 19.1 kb

Date : 28-08-2007

Description des consommations et des conduites associes

Type : JPEG

Taille : 24.4 kb

Date : 28-08-2007

Synthèse des données recueillies par les médecins généralistes et les centres pénitentiaires participant à l’enquête 17 OPPIDUM

Mise en ligne : 29 August 2007

Afssaps Centres d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) OPPIDUM : Observation des Produits Psychotropes Illicites ou Détournés de leur Utilisation Médicamenteuse RESULTATS DE L’ENQUETE 17 - octobre 2005

Texte de l'article :

Comme cela était le cas pour l’enquête précédente menée en 2004, l’enquête réalisée au mois d’octobre 2005 a également pris en compte les données fournies par des médecins généralistes (MG) et par les centres pénitentiaires, respectivement au nombre de 8 et 9 (contre 9 et 12 en 2004). A préciser que l’interrogatoire des patients vus en milieu pénitentiaire porte sur leur consommation dans la semaine qui précède leur détention. 248 patients ont été inclus dans l’enquête par les médecins généralistes participants, soit 7% des sujets et 5% des fiches produits (406 fiches produits) de l’enquête. Le nombre de sujets est ainsi en progression de 11% par rapport à l’enquête 2004. Les centres pénitentiaires participants ont collectées les données relatives à 215 patients (6% des sujets de l’enquête) pour 7% des fiches produits de l’enquête 2005 (489 fiches produits). Ils étaient 299 patients inclus dans l’enquête précédente en 2004. Les données socio-démographiques des sujets retenus présentent des disparités avec celles rapportées pour l’ensemble de l’enquête :

  • Les éléments retrouvés concernant les patients inclus par les médecins généralistes révèlent de meilleures conditions économiques : 56% des patients exercent une activité professionnelle et 66% ont des revenus réguliers. La répartition des sujets en fonction du sexe (26% sont des femmes) et l’âge moyen (31,2 ans) sont relativement proches des valeurs rapportées pour l’ensemble de l’enquête. 43 % des individus vivent en couple.
  • Au contraire, l’âge moyen des sujets inclus dans l’enquête par les centres pénitentiaires est plus bas (30,3 ans). Par ailleurs, seulement 9% sont des femmes ; 26% exercent une activité professionnelle et 37% perçoivent des revenus réguliers (valeurs bien inférieures à celles mentionnées pour l’ensemble de l’enquête). 25 % des personnes vivent en couple. En ce qui concerne les consommations et les conduites associées, les sujets des centres pénitentiaires sont polyconsommateurs de produits dans 65% des cas et consomment en moyenne 2,3 produits. Il est à noter pour ces patients une pratique de l’usage par voie nasale et une dépendance à l’alcool qui sont nettement supérieures à ce qui est constaté pour l’ensemble de l’étude. Si seulement 67% des patients de ces centres consomment des médicaments (contre 83% pour l’ensemble de l’enquête), 28% des consommateurs obtiennent alors illégalement ces médicaments et les doses utilisées sont supérieures à celles retenues dans les AMM des produits impliqués pour 28% des consommateurs. Résultats enquête 17 OPPIDUM - octobre 2005 7 Description des consommations et des conduites associées MG Centres pénitentiaires % de polyconsommateurs 45% 65% Nb produits consommés/sujets 1,6 2,3 Usagers drogues IV 7% 10% Usagers drogues voie nasale 13% 29% Dépendance à l’alcool 6% 31% Consommateurs médicaments
  • Obtention illégale
  • Dose > AMM 96% 8% 3% 67% 28% 28% Les 2 tableaux suivants présentent d’une part les consommations de méthadone et buprénorphine haut dosage et d’autre part celles de benzodiazépines et de produits apparentés : Méthadone et Buprénorphine haut dosage MG Centres pénitentiaires % sujets ss substitution :
  •  % sujets ss BHD
  •  % sujets ss méthadone 85% 71% 29% 56% 78% 22% % sujets ss protocole qui consomment BZD 11% 48% Administration BHD (sous protocole)
  • Injection BHD
  • Sniffe BHD 7% 6% 4% 14% Les benzodiazépines et produits apparentés MG n=248 Centres Pénitentiaires n = 215 Consommateurs BZD+app 37 (15%) 78 (36%) Nombre de BZD+app. 41 109 Clorazépate dipotassique 6 5 (5%) Oxazépam 4 17 (16%) Clonazépam 1 20 (18%) Diazépam 3 7 Flunitrazépam 1 17 (16%) Bromazépam 6 6 Zopiclone 4 17 (16%) Effectif (%) sauf pour MG Résultats enquête 17 OPPIDUM - octobre 2005 8 Dans les 2 types de populations, la buprénorphine haut dosage est très majoritairement utilisée comme traitement de substitution de la dépendance aux opiacés. Près de la moitié des sujets recrutés via les centres pénitentiaires sous protocole médical de substitution consomment des benzodiazépines, soit pratiquement le double de ce qui est observé pour l’ensemble de l’enquête. La voie d’administration nasale de BHD est utilisée par 14% des patients consommant de la BHD sous protocole et très peu pratique l’injection. Trente-six pour cent des patients recrutés via ces centres pénitentiaires consomment des benzodiazépines (et produits apparentés), pour seulement 15% des sujets suivis par les médecins généralistes. Pour cette dernière catégorie, le palmarès des citations de molécules de la famille des benzodiazépines (et produits apparentés) est peu différent de celui rapporté pour l’ensemble de l’enquête 2005, excepté pour le clorazépate dipotassique (6 citations) qui se classe en première position et pour le clonazépam qui n’est cité qu’une seule fois. Si le nombre de citations de flunitrazépam sur l’ensemble de l’enquête continue de baisser en 2005, pour les sujets des centres pénitentiaires participants, cette molécule se retrouve en seconde position (mentionnée 17 fois) ; le bromazépam n’étant que très faiblement cité. Enfin, concernant les produits illicites, les données relatives aux sujets inclus par les médecins généralistes participants montrent que 30% sont consommateur de cannabis, 11% d’héroïne et 4% de cocaïne, toutes ces valeurs étant moindres que celles enregistrées pour l’ensemble de l’enquête. Quant aux patients des centres pénitentiaires, ils usent à 50% du cannabis (versus 44% en 2004) et sont pratiquement le même pourcentage de consommateurs d’héroïne que pour l’ensemble de l’enquête (15%) ; mais ils sont le double, en pourcentage, à utiliser la cocaïne (26%), qu’ils ne consommaient qu’à 19 % en 2004 (résultat de l’enquête OPPIDUM 2004). Les références de l’ensemble des travaux publiés avec l’outil OPPIDUM sont présentées ci-après.