14142 articles - 12260 brèves

Documents associés :

Document original

Type : PDF

Taille : 306.2 kb

Date : 1-07-2007

Sommaire

Mise en ligne : 3 July 2007

Texte de l'article :

Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Dossier de recherche
Master 1 de Science politique
2006-2007

La surreprésentation des étrangers dans les prisons françaises :
du constat des faits à l’euphémisation de la question

Orianne Tercerie
sous la direction de Jérôme Valluy

" L’Université Paris I n’entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les mémoires. Ces opinions doivent être considérés comme propres à leur auteurs".

Résumé

La surreprésentation des étrangers en prison est un phénomène avéré, étudié et expliqué par nombre de chercheurs (aussi bien français qu’étrangers), mais il est aussi reconnu par les membres des associations françaises qui agissent dans et autour de la prison, ainsi que par celles qui apportent une aide juridique aux réfugiés et aux étrangers. Pourtant, un contraste important existe entre cette reconnaissance du phénomène par les associations (qui ont fait preuve de leur engagement sur d’autres questions, comme celle de la double peine) et l’euphémisation, par les mêmes acteurs, de la question que représentent les mécanismes qui conduisent à la surconsommation carcérale des étrangers, mécanismes de discrimination patents, à l’oeuvre dans la politique de répression de l’immigration et d’exclusion des étrangers, menée par l’État français depuis maintenant plusieurs décennies (et qui s’intensifie depuis quelques années).

Sommaire

Introduction

PREMIÈRE PARTIE
Le constat et l’interprétation de la surreprésentation des étrangers dans la population carcérale française

1.1 L’évaluation de l’ampleur du phénomène
1.1.1 Les chiffres de la surreprésentation des étrangers en prison
1.1.2 Hétérogénéité des statistiques concernant les étrangers
1.2 Les associations prison et les associations d’aide aux étrangers : quelle prise en compte de la question ?
1.2.1 Les "associations prison" : Génépi et Farapej
1.2.2 Les associations d’aide aux étrangers : Cimade et Gisti

DEUXIÈME PARTIE
Les interprétations reconnues de la surconsommation carcérale frappant les étrangers

2.1 Le déroulement du processus pénal et son rôle dans la surconsommation carcérale qui touche les étrangers :
2.1.1 Pratiques policières : l’importance prise par le contentieux de l’immigration
2.1.2 Pratiques judiciaires : la préférence pour l’emprisonnement
2.2 La problématique de la pauvreté comme facteur de surincarcération
2.2.1 La criminalisation de la misère comme résultat d’un traitement pénal de la pauvreté
2.2.2 L’interprétation de la "criminalisation des migrants"comme conséquence des politiques de "criminalisation de la misère"

TROISIÈME PARTIE
La non prise en compte du facteur de l’altérité comme source de discrimination négative

3.1 L’euphémisation des facteurs pouvant mettre en jeu des critères "ethniques"
3.2 L’euphémisation des discriminations raciales : l’influence insoupçonnée de la "pensée d’ État"et son rôle dans l’instauration d’une césure "nationaux" / "non-nationaux"
3.3 La dénégation de la question raciale

CONCLUSION
Le débat sur les statistiques "ethniques"

Annexes :
Bibliographie / Réseaugraphie