14126 articles - 12260 brèves
> Edito

La fête de la musique... en prison

Mise en ligne : 17 June 2007

Dernière modification : 17 December 2007

Texte de l'article :

 La 26e édition de la fête de la musique se déroule le 21 juin 2007. Cette édition est dédiée à tous les jeunes. En outre, à l’occasion de l’année de l’Arménie en France, des manifestations sont prévues pour faire découvrir la musique de ce pays. Enfin, autre particularité de cette 26e édition, la fête de la musique est célébrée pour la première fois à New York et à Amsterdam. Cette fête a assez peu, voire pas du tout, de résonance en prison.

 La pratique d’une activité en prison est soumise à des contraintes de diverses natures. Tout d’abord, toute activité est en concurrence avec le travail ; qu’il s’agisse d’activités d’enseignement, de formation, culturelles ou artistiques. En effet, très peu d’établissements ont opté pour une organisation en journée continue permettant à la fois aux personnes de travailler et de se former, de se cultiver, de faire du sport. Il est pourtant indispensable de travailler car en prison beaucoup de choses s’achètent, contrairement à l’idée que l’on peut s’en faire a priori. Ensuite, l’accès aux activités dépend de l’existence même de ces activités au sein des établissements. Certains "petits établissements" offrent peu de choix. Dans la même logique, les femmes sont largement oubliées car, lorsqu’elles occupent des quartiers réservés aux femmes dans les établissements, il s’agit le plus souvent de quartiers à très faible effectif, ne permettant pas la mise en place pérenne d’activités diverses ; il n’existe par ailleurs pas de possibilité d’activités mixtes dans ces établissements. Enfin, les personnes qui sont au quartier d’isolement, ce qui est possible sur de très longues périodes (plusieurs années), n’ont pas accès aux activités qui se déroulent avec les autres personnes incarcérées. Autrement dit, même si, ici ou là, des activités sont organisées, elles sont trop peu accessibles.

 Pourtant l’accès à la culture sous toutes ses formes est essentiel car participe à la restauration du lien social au sens large, élément majeur dans le processus de réintégration des personnes dans la communauté. Une activité artistique peut participer à cette restauration, sans pour autant se résumer à un outil, un moyen d’atteindre un objectif particulier. En outre, accéder à la culture et à l’art est une façon d’exprimer une part de son humanité. Dans un milieu où est en marche un lent processus de déshumanisation et d’infantilisation des personnes, cela est loin d’être négligeable.

 La fête de la musique est un moment de communication privilégié, de mélange des styles, des cultures, des générations... Donner aux personnes incarcérées la possibilité de participer à cet événement est l’une des multiples voies pour que la vie en prison soit "alignée aussi étroitement que possible sur les aspects positifs de la vie à l’extérieur de la prison" comme le soulignent les règles pénitentiaires européennes (version de janvier 2006).

la rédaction
Ban Public
Juin 2007