14142 articles - 12260 brèves

(2007) Justice fiction et prison réalité

Mise en ligne : 12 February 2007

Texte de l'article :

JUSTICE FICTION ET PRISON REALITE

Un mois et demi avant le procès d’assises de mes fils, lequel doit se tenir du 08 au 16 mars 2007 à la cour d’assises de Créteil, mon fils cadet Cyril est toujours à l’isolement à la prison de la santé, presque six ans plus tard. Deux certificats médicaux ont été établis par des médecins de cet établissement, pour dénoncer le maintien arbitraire à l’isolement.
Quant à Christophe mon fils aîné, il s’est vu transférer deux fois en un mois, entre décembre dernier et ce mois de janvier 2007. Extrait de la centrale de Clairvaux où il se trouvait depuis de longs mois, après celles de Lannemezan, Perpignan, Grasse, Luynes, Lyon, Moulins, Strasbourg, Nanterre, Bois d’Arcy, Strasbourg de nouveau, Fresnes, Fleury, la Santé etc, pour être mis à l’isolement à celle de Bois d’Arcy... Hier, 22 il a été de nouveau transféré de la prison de Bois d’Arcy à la centrale de Saint Maur, dans obscur quartier d’isolement à quelques 300km de la région parisienne.
Je rappelle ici qu’avant ces deux derniers transferts, il était à la centrale de Clairvaux dans les conditions inhérentes au régime intérieur, il pouvait nous téléphoner chaque jour et avoir des parloirs presque à la demande. L’administration pénitentiaire a une fois encore arguée de raisons fallacieuses de préparation de tentative d’évasion pour justifier ce transfert, disant qu’il avait été trouvé des armes chez ma fille qui n’a jamais eu affaire à la justice, mieux, elle n’a jamais été convoquée dans le cadre de cette affaire supposée. Elle est née séropositive il y a 25 ans, est enceinte et prête à accoucher et cette histoire lui a provoquée un stress incroyable, puisqu’elle s’est retrouvée dans l’obligation de déposer une plainte pour diffamation avec l’aide d’un avocat.
Tout cela procède d’une volonté caractérisée de l’administration pénitentiaire qui en piétinant ainsi les droits de la défense, démontre une fois encore sa toute puissance, la plaçant au dessus des lois. Elle peut ainsi refuser le droit le plus élémentaire à mes enfants, celui de se défendre. Elle ne veut pas non plus, qu’ils puissent raconter la vérité sur les failles du dossier d’instruction, en particulier les mensonges de certains agents de l’Ap, apparaissant très clairement dans les procès verbaux, mais aussi, les exactions commises dans l’enceinte concentrationnaire de leurs prisons, pour lesquelles, une action en justice est encours, devant la cour Européenne des droits de l’homme.
Alors que Delphine Boesel, l’avocate de Christophe est censée le rencontrer au moins deux fois par semaine, dans le cadre des droits de la défense, l’administration pénitentiaire, sous le regard aveugle de la justice, continue de piétiner allègrement ces droits élémentaires, essayant par ces incroyables manœuvres, faire « péter les plombs » à mes enfants.
Ainsi, pourrait elle justifier en partie, le fait que des agents aient tiré sur l’hélicoptère, dans lequel se trouvait une innocente victime, la courageuse pilote.
Je précise une fois encore, que les agents n’avaient absolument pas le droit de tirer, puisqu’une circulaire du ministère de la justice, envoyée quelques temps plus tôt à tous les chefs d’établissement pénitencier, le leur interdisait formellement.
De plus, malgré le fait que l’établissement de Fresnes ait été prévenu de l’arrivée de l’hélicoptère, l’administration pénitentiaire a quand même jugé utile, de faire sortir les 309 détenus sous l’appareil et dont certains ont pu voir, entendre et essuyer les ricochets des tirs des surveillants tout en suppliant qu’on les laisse rentrer à l’intérieur, mais les portes, sont restées définitivement closes .

C’EST DE CELA DONT NE VEUT PAS PARLER L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE, LORS D’UN JUGEMENT QUI SERA RENDU PUBLIQUEMENT.

Je pense que notre société ne peut accepter que l’on enfreigne ses règles et ses lois, et pour cela, elle se doit de donner l’exemple. Alors qu’elle se doit d’écarter pour un temps donné, toute personne contrevenant à ses règles, elle ne doit pas pour autant couvrir les actes de barbarie anti démocratiques d’une de ses institutions, même si celle ci est une force électorale puissante. 
Je précise ici, que si des associations comme l’Acat, (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) Ban public et l’Oip, n’étaient pas venues dénoncer, soutenir ou relayer l’information, lorsque Cyril mon fils cadet se faisait torturer, celui ci serait probablement mort aujourd’hui, après avoir été empoisonné, frappé, humilié et maintenu dans des conditions inacceptables pour une démocratie telle que la nôtre. J’ajoute aussi que sans le groupe Mialet, Jean Jacques Prompsy en particulier, jamais je n’aurais pu accéder à des tribunes, lors de colloques, pour prendre la parole devant des centaines de témoins.
En cette veille de présidentielle, personne ne semble s’émouvoir outre mesure de ce qui se passe au cœur de nos prisons, malgré les rapports accablants et les états généraux qui, pas une fois quant à eux, n’ont abordé la réalité des quartiers d’isolement ou simplement prononcé le nom.
Lors de nombreux colloques auxquels je participe, je passe mon temps à dénoncer cet état de fait, en particulier lors des deux derniers, dont un décembre où se trouvait une grosse majorité de chefs d’établissements pénitenciers, mais également, lors du dernier le 12 de ce mois de janvier 2007 où se trouvait monsieur Devédjian porte parole de monsieur Sarkosy qui n’a pas su répondre à mes questions.
 

 PRISON TRAITRE ET PRISON BREAK

PRISON BREAK, ou comment une série télévisée peut fédérer des millions d’euros tout en nourrissant une image déshydratée du monde, spectaculaire et stéréotypée qui se substitue à la réalité de tant d’hommes, de mes fils en particulier, qui continuent de crever dans les entrailles de la bête, dans la partie la plus douloureuse et opaque du colon, appelée quartier d’isolement...

FICTION : Les héros, deux frères emprisonnés, dont le cadet est venu sauver son frère condamné à mort, il s’est tatoué sur le corps les plans de la prison qui doivent servir à l’évasion de son aîné. 

REALITE : Le « haro » jeté sur deux frères emprisonnés, dont le cadet a tenté de faire évader (2001) son frère condamné à vie, il a tatoué dans son cœur le plan du désespoir et de l’amour qui doit servir à l’évasion de son aîné.

Dans « Prison Break », outre l’élément affectif qui se dégage de la série, le drapeau des valeurs morales est brandi en contrepoids de cette histoire d’amour et d’évasion, planté dans l’émotionnel collectif, il imprime son imaginaire, qui, d’émotions chocs en émotions toc, s’appauvrit de jour en jour. Il abandonne la réalité de la vie au profit d’émotions fictives qui le rassurent quant à son identité.

Ce qui fait la force de cette fiction, sont ces deux histoires d’amour contrariées, entre les deux frères bien sur, mais plus que tout, ce drame « Shakespearien », ce « Roméo et Juliette » carcéral, cet interdit amoureux, entre le prisonnier et le médecin de la prison qui n’est autre que la fille du sénateur de l’état, dans lequel, chaque téléspectateur peut se reconnaître.
Le scénariste n’a pas oublié de médicaliser la réciprocité amoureuse, il rappelle à l’aide de « flashs back » judicieusement disséminés au fil des épisodes, les quelques petits problèmes de drogue et de dépression que la toubib a connu dans son « passé fictionnel », avant de travailler en prison.
Si elle aide son amoureux de prisonnier à s’évader, ce que chaque téléspectateur attend la langue pendante à chaque nouvel épisode, c’est parce que c’est une ancienne droguée. Ouf ! la morale est sauve !
Dans NOTRE REALITE, lorsqu’une assistante sociale tombe amoureuse de mon fils aîné, qu’un surveillant, un directeur de prison, ou le psycho flic d’une brigade d’élite, s’émeuvent devant sa personnalité, le diagnostic claque comme un tir de flash ball, dans le dos d’un adolescent : c’est un syndrome de Stockolm, doublé d’une manipulation...
J’ai d’ailleurs demandé à Monsieur Devedjian, lors du dernier colloque (12/01/07), pourquoi ce psycho flic ne viendrait pas témoigner en tant qu’expert, au procès de mes fils, lui qui, en tant que psychologue, a négocié presque 20 heures durant avec mon fils Christophe, lors de la tentative d’évasion de Fresnes le 27 mai 2001 ? En plus, ceci éviterait que de mauvaises expertises s’abritent derrière l’alibi évoqué au procès d’ Outreau, celui du salaire de « femme de ménage » de nos experts...
Pas de réponse ! Pire, la salle est partie dans un éclat de rire, devant le silence à couper au couteau des intervenants présents sur le plateau, de monsieur Devedjian en particulier.
Exit, le romantisme de la série et son cortège de sentiments sucrés et humides...

En filigrane apparaît dans la série, « la grâce » ultime, ce droit de vie ou de mort que le grand méchant sénateur, ce Dieu territorial, peut appliquer à tout moment du scénario, ce coup de fil quasi divin, tient le spectateur en haleine sur le tempo émotionnel et affectif.

Chacun(e) d’entre eux (elles) peut s’identifier aux personnages à travers cette histoire ayant pour ressort l’amour, la vie et la mort ainsi que la confrontation morale des axes du bien et du mal.
Ils s’émeuvent devant une série larmoyante, mais ne sont pas réactifs face à la réalité, ils n’y n’adhèrent plus, leur sensibilité télévisuelle a remplacée l’action, les effets spéciaux de la série comme ceux de beaucoup d’autres, de pubs ou de téléfilms ont pris le pas sur la réalité.
Dans la vraie vie, finis les effets spéciaux, les couleurs qui accrochent l’œil, mes fils et d’autres hommes continuent de souffrir ou de mourir de la barbarie carcérale, dans des quartiers d’isolement obscurs.
La burka cathodique, empêche les téléspectateurs de regarder la vie dans les yeux, ils les gardent définitivement baissés devant la nudité crue et violente de la (notre) terrible réalité. L’intégrisme télévisuel et émotionnel a guillotiné leurs sentiments.
Lors de la grand messe de « Prison break », l’excitation affective culmine, elle menotte devant l’écran des millions d’adeptes qu’elle enferme dans des émotions survoltées, nombrilistes et artificielles, les déconnectant de l’autre, de la réalité.
A force « d’électro émotions » hebdomadaires ou quotidiennes, de téléfilms en séries, les véritables sentiments disparaissent, au profit d’une sensiblerie improductive.
« Prison break » atteint des sommets financiers, grâce à l’ampleur de l’emprise émotionnelle, du séisme psycho affectif qu’elle suscite et, dans lesquels peuvent s’engouffrer, publicitaires, annonceurs de tout poil et autres « Merlins enchanteurs » du bizness sécuritaire et libéral.
Cette série joue en virtuose sa partition affective, faisant exploser l’audimat, cet empereur de l’audience qui aspire de son énorme paille télévisuelle, l’imaginaire collectif des téléspectateurs.

Malgré l’incommensurable déséquilibre, j’assume seule, depuis des années le combat, afin d’obtenir un procès équitable pour mes enfants, dans un dossier instruit uniquement à charge, pour attirer l’attention sur des pratiques carcérales barbares et judiciaires injustes, dont les notions de droit et d’humanité ont été définitivement bannies.
Je veux également, démontrer que cette histoire de frères est une histoire de vie et d’amour, que mon fils Cyril est l’anti thèse du Caïn biblique qui tua son frère dans un accès de jalousie.
Dans la réalité un surveillant a été blessé parce qu’il avait tiré sur l’hélicoptère alors que cela était formellement interdit.
Nous sommes là, bien loin de la fiction de « prison Break » une fois de plus.
Nombre de nos représentants politiques, brandissent le droit des victimes en étendard, alors qu’ils ne les respectent pas, puisqu’ ils s’en servent comme bouclier humain, s’abritant derrière celles ci, dés qu’ils veulent occulter une réponse à une question embarrassante, ou faire aboutir des mesures liberticides pouvant fertiliser la loi organique des finances (Lolf).
Enterré sous des excréments sécuritaires, le code de procédure pénal attend au fond des quartiers d’isolement que la démocratie torche sur l’étendard du droit, la « ré publique ».
Dans cette froide et clinique réalité, aucune identification possible, pas d’écran pour renvoyer les images de cet univers sombre, opaque et concentrationnaire, enfoui dans les catacombes de nos consciences endormies.

C Charles Catherine