14142 articles - 12260 brèves

00 Introduction

Mise en ligne : 19 December 2006

Texte de l'article :

INTRODUCTION

Les personnes vivant en situation d’isolement subissent les contraintes imposées par leur milieu de vie et ont le plus souvent des difficultés d’accès aux soins notamment spécialisés.
La recherche de l’équité d’accès aux soins, pour tous et partout [1] est un devoir éthique pour chacun et particulièrement pour les soignants dont la mission de soins implique de faire respecter ce droit aux soins inaliénable des personnes.
Le développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans le domaine de la Santé donne aujourd’hui à la télémédecine les moyens de relever le défi de « la Santé pour tous au XXIème siècle » [1], et fait naître l’espoir de rapprocher la médecine ultra spécialisée des pays développés de celle du reste du monde.
Ce mémoire est centré sur l’accès aux soins spécialisés des détenus, abordé à travers la représentation des difficultés des soignants à assurer leur mission en milieu pénitentiaire.
La loi du 18 janvier 1994, complétée par le décret du 27 octobre 1994 et la circulaire interministérielle du 8 décembre 1994, constitue une étape historique dans la prise en charge sanitaire des détenus. Elle vise à « assurer à la population incarcérée une qualité et une continuité des soins équivalant à celles offertes à l’ensemble de la population... » [3]. La mission est aussi ambitieuse en regard des contraintes du milieu pénitentiaire que nécessaire face aux besoins de soins de la population carcérale.
Afin de mieux comprendre les enjeux éthiques du mode d’accès aux soins en milieu pénitentiaire, nous appuierons notre réflexion sur le modèle de soins développé dans les milieux isolés géographiquement dont les contraintes « naturelles » ne soulèvent pas d’autre tension éthique que celle de se donner les moyens d’assurer l’équité des soins.
Enfin grâce à l’étude de la distance géographique entre la prison et l’hôpital, l’évaluation du sentiment d’isolement des soignants et des difficultés d’accès aux soins spécialisés, nous essaierons de comprendre les fondements de cette distance qui seuls permettront d’adapter au mieux les moyens d’améliorer les accès aux soins des détenus.

Notes:

[1] En 1998, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lance la « SANTE POUR TOUS AU XXIème siècle » dont un des fondements éthiques repose sur « l’équité en matière de santé et une solidarité agissante entre les pays, entre des groupes de population dans les pays et entre les sexes ». OMS, Santé 21, la politique-cadre de la Santé pour tous. 1999.