14144 articles - 12260 brèves

La Vie en prison... vue de "dedans" - Paul Denis

(2006) Blog 02 Journée type en Maison d’Arrêt

Mise en ligne : 26 September 2006

Texte de l'article :

Journée type en Maison d’Arrêt

1019 Jours de détention... en Maison d’Arrêt et en Centre de détention.
Extrait de la correspondance adressée à ma fille, pour lui présenter mes conditions de détention et mon « nouveau » cadre de vie

Une journée type :

Le temps passe, mais je sais que cela va durer un certain temps, je prends mon mal en patience et m’occupe...

Je vais essayer de m’astreindre à une correspondance régulière avec toi et te raconter un peu comment nous vivons, ici. 
 
Je suis, pour le moment, dans une cellule pour 4, mais nous ne sommes que trois et mes co-locataires sont corrects et sympas.

Pour te distraire et parce que je ne sais pas trop quoi t’écrire, mais j’éprouve le besoin de t’écrire, aujourd’hui, je vais te décrire une de nos journées.

Ici, chaque jour, ressemble à un jour de vacances... il n’y a rien à faire...
A 7 heures, un surveillant (gardien) vient voir si nous sommes toujours en vie.
Vers 7 h 30, on nous propose de l’eau chaude, pour agrémenter le mélange café + chicorée qui nous a été distribué, la veille.
Le dimanche, nous avons parfois du chocolat et de la confiture (en étui individuel - hôtel).
C’est à cette heure-là aussi, que nous donnons nos courriers et bons de cantine (nous en reparlerons).
Vers 8 h 30 - 9 h : on émerge, nous nous levons et déjeunons.

Trois fois par semaine, c’est la douche (douche individuelle, d’une propreté acceptable). Les autres jours, c’est la toilette, le plus souvent avec eau chaude que je récupère à l’office (salle de service). En cellule, nous n’avons que de l’eau froide (que l’on peut chauffer avec un thermoplongeur - appelé ici Toto - pour le café ou la toilette ou la lessive).
Pour ceux qui le souhaitent, à partir de 8 h, il y a travail ou activités ou sport ou école.
Pour moi, vers 10 h, je suis opérationnel (à peu près propre, lit fait) et je commence à lire (3 livres par semaine), à écrire, et ce, jusqu’à 11 h 15.
J’ai oublié de te dire que nous avons la TV (louée 41 Euros/mois) avec Canal +, en clair tout le temps, Ciné-Cinémas, en fait : 16 chaînes.
Vers 11 h 30, le repas de midi arrive et nous est remis, en cellule, à chacun + une baguette de pain (pour la journée). Ce repas peut être amélioré si on cantine (nous en reparlerons).
De 12 h 15 à 13 h 15 : promenade (nous en reparlerons).
A partir de 14 h, activités pour les amateurs et/ou école.
Pour moi : lecture ou TV ou activité (partie de Tarot avec d’autres "vieux") et ce, jusqu’à 17h 15.
A 17 h 30 : repas du soir et nuit.

Pour compléter ceci, il faut dire que nous regardons toutes sortes de jeux télévisés. Le soir, à 20h30, nous sommes couchés et nous regardons un programme, choisi démocratiquement - nous sommes 3 en cellule.
Encore une précision, la TV reste allumée du matin jusque tard dans la nuit.
Comme la fatigue de la journée n’est pas excessive, en général, je vois le 1er programme en soirée, et souvent le deuxième, si son intérêt est assez grand...
Bref les vacances, ou peut-être plutôt, une journée d’hôpital (sans maladie) et dans un espace réduit (nous en reparlerons).

Tu vois, pas de surprises, chaque journée ressemble à la précédente et à la suivante. Le temps passe...

Je soumets à ton analyse, une phrase inspirée de l’Etranger d’Albert Camus, qui résume la situation de tout "détenu" : "C’est l’histoire d’un homme banal, innocent, que la justice prend pour un criminel. Tout cela, parce qu’il refuse de mentir et d’entrer dans son jeu" (phrase affichée sur notre panneau d’affichage).

A suivre sur le Blog...