14142 articles - 12260 brèves

Documents associés :

numero_5_septembre_2006

Type : PDF

Taille : 80.7 kb

Date : 12-09-2006

(2006) n°5 journal CAP nx PCI Paris

Mise en ligne : 13 September 2006

BULLETIN numéro 5 - septembre 2006 adresse e-mail : cap_npci_paris@yahoo.fr site web : cap-npci.awardspace.com

Texte de l'article :

« Vous n’êtes pas terroristes,
mais je maintiens les limitations des libertés que je vous ai imposé parce que vous étiez terroristes, bien que je vous ai déjà harcelé depuis plus que trois ans »
(Gilbert Thiel)

Aujourd’hui, 8 Septembre 2006, M. Gilbert Thiel, Juge de l’Instruction de la Section Antiterroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris, a convoqué Giuseppe Maj et Giuseppe Czeppel, membres du (n)PCI et Ramon Teijelo et Manuela Galan membres de la Fraction Octubre du PCE(r) pour leur communiquer ses décisions.
Enfin M. Gilbert Thiel a reconnu officiellement ce que les camarades G. Maj et G. Czeppel avaient déclaré depuis juin 2003 : ils n’ont rien à voir avec la préparation d’actes de terrorisme. M. Thiel va les renvoyer à procès pour association de malfaiteurs simple, au lieu que pour association de malfaiteurs en vue de préparer d’actes de terrorisme.
Malheureusement cela est arrivé après que M. Thiel a harcelé les camarades avec 18 mois de détention préventive et 21 mois de limitations des libertés en condition de contrôle judiciaire pour G. Maj et G. Czeppel, avec 4 mois de détention préventive et 10 mois de limitations des libertés en condition de contrôle judiciaire pour A. D’Arcangeli, avec 11 mois de détention préventive pour Ramon Teijelo et 4 mois de détention préventive et 7 mois de limitations des libertés en condition de contrôle judiciaire pour Manuela Galan.
La nouvelle association de malfaiteurs « simple » serait composée par G. Maj, G. Czeppel, A. D’Arcangeli, R. Teijelo, M. Galan. Le but sociale de cette association des 5 malfaiteurs reste pour l’instant mystérieux.
La conclusion de M. Thiel est aussi la conclusion de M. le Procureur. Cette conclusion confirme que seule la collaboration des Autorités Françaises avec les Autorités Italiennes explique l’acharnement des A.F. pendant plus que trois ans contre les membres et les collaborateurs du (n)PCI. La mise à point par les A.I. (dans la personne du Procureur de Bologna, M. Paolo Giovagnoli) de leur 8° procédure judiciaire contre la « caravane » du (n)PCI, explique la décision que M. Thiel a communiquée
aujourd’hui : les A.I. n’ont plus besoin des services des A.F. Donc M. Thiel (Paris) laisse la place à M. Giovagnoli (Bologna).
Ce qui est étonnant à ce point de l’affaire est :
1. que M. Thiel maintient la compétence dans l’affaire, bien qu’il reconnaît que l’affaire n’a rien à voir avec le terrorisme et bien que G. Maj et G. Czeppel aient déposé en octobre 2003 une instance de non compétence à laquelle M. Thiel n’a jamais répondu ;
2. que M. Thiel continue à priver G. Maj, G. Czeppel, A. D’Arcangeli et M. Galan des libertés en conditions de control judiciaire (R. Teijelo étant destinataire d’un mandat d’arrêt européen de la part des Autorités Espagnoles, que les A.F. vont satisfaire) ;
3. que M. Thiel continue en particulier à priver Giuseppe Czeppel (et lui seul) de ses documents d’identité.
Aujourd’hui même G. Maj, G. Czeppel et A. D’Arcangeli ont demandé à leurs avocats de déposer avec urgence :
1. une instance pour demander que toutes les limitations de leurs libertés soient levées tout de suite ;
2. un instance pour demander que M. Thiel rend à G. Czeppel ses documents d’identité ;
3. un dénonciation à l’Autorité compétente contre M. Thiel pour abus de pouvoir, pourvu qu’il continue à limiter la liberté de mis en examen et à priver G. Czeppel de ses documents.
Le CAP(n)PCI demande à tous les démocrates et à tous les camarades, personnalités et comités de signifier à M. Gilbert Thiel (Tribunal de Grande Instance 4, bd du Palais 75001 Paris, tél. 01 44 32 63 51 fax 01 44 32 57 57), avec lettre ouverte, qu’ils désapprouvent son harcèlement contre le (n)PCI et son abus de pouvoir.

Nous vous invitons à prendre position publique contre la persécution des camarades du (n)PCI.
Pour connaître les prises des position déjà envoie, vous pouvez visiter le site web :
cap-npci.awardspace.com
Pour nous écrire : cap_npci_paris@yahoo.fr
L’adresse liberteprisonniers.npci@yahoo.fr n’est plus active parce qu’elle était sabotée.