14123 articles - 12260 brèves

Appel à témoignages, à contributions

(2006-07) Documentaire sur "Comment agir pour diminuer leur propension de passage à l’acte ? "

Mise en ligne : 4 July 2006

Je crois profondément en progrès, en évolution, aussi lente soit-elle, de l’être humain et je voudrais que le programme que je propose aille aussi loin que possible dans le domaine de la prévention. Son but ultime serait de nous inciter à nous demander : Comment agir sur le mental de ceux chez qui le potentiel négatif est au-dessus de la moyenne pour diminuer leur propension de passage à l’acte ? Je compte beaucoup sur vos réactions pour approfondir et concrétiser davantage cette initiative.

Texte de l'article :

Pensons dès aujourd’hui la société de demain.
Quel monde souhaiterions-nous transmettre aux générations futures ?
Harmonie et partage où soif du pouvoir pour dominer les autres ?
Ces quelques instants infimes qu’est notre passage sur terre doivent-ils ressembler à un champ de bataille ou plutôt à un sourire d’enfant émerveillé par le monde qui l’entoure ?
L’esprit est prompt à imaginer l’idéal mais la chair est violente dans son égoïsme
Un acte odieux, irréparable - son auteur peut-il un jour saisir l’aspect destructeur ? 
Que peux-je faire moi pour que sa conscience lui ouvre les yeux et empêche sa main meurtrière d’agir ?
Posons-nous la question - la prison est-elle le seul moyen pour prévenir le mal ?
Ceux qui sont déjà incarcérés - était-il possible d’agir en amont dès les premières années de vie scolaire et familiale pour orienter différemment leur choix ?
Et moi aurai-je la force de mettre à l’épreuve extrême ma capacité de pardonner si mon fils où ma fille disparaissaient de mains d’un criminel ?
 Voilà quelques thèmes auxquels je voudrais que nous nous confrontions dans une action que je voudrais initier auprès de l’Administration Pénitentiaire de notre pays.
 On peut s’en douter qu’il n’existe pas de réponses toutes faites à la question : comment éveiller en chacun d’entre nous le respect de valeurs morales ?
 Je veux croire que le repentir d’un assassin et le pardon inimaginable d’un parent d’enfant victime (limité tout de même aux seuls homicides involontaires - c’est-à-dire aux homicides où il serait possible de trouver de circonstances atténuantes ) peuvent avoir une influence éducative insoupçonnable.
 Aller de ce qui est animal vers ce qui est humain., chercher à remplacer la haine et la vengeance par l’amour et le pardon - y a-t-il un chemin plus difficile à tenter ?
 Je voudrais avec la collaboration la plus étroite du Ministère de la Justice inciter à concevoir et à élaborer un programme qui consisterait à proposer un cheminement psychologique de deux côtés de la barrière, c’est-à-dire côté victimes et côté coupables, un cheminement qui pourrait déboucher,
selon le désir de chacun, sur une rencontre entre les auteurs d’assassinats et les parents de leurs victimes.
 Il s’agit donc d’engager une démarche qui inviterait au dépassement desoi dans les situations où cela paraît impossible.
 Je souhaiterais à travers ce texte entrer en contact avec ceux qui agissent déjà dans le milieu pénitencier et qui, attirés par ce défi extrême, désireraient collaborer pleinement au projet.
 Ainsi grâce à leur concours cette tentative jamais entreprise en France pourrait prendre forme et apporter sa contribution à l’évolution de la mentalité humaine.
 Je voudrais réunir autour de cette action tous ceux qui pensent que ce qui donne un sens à la vie n’est pas ma vie mais celle des autres.
 Un travail psychologique de longue haleine serait nécessaire pour préparer ceux qui souhaiteraient vivre cette réflexion et au bout de chaîne cette, oh ! combien difficile ! confrontation entre prisonniers et victimes.
 Le point final, pour porter témoignage, prendrait forme d’un montage audiovisuel résumant la totalité du programme avec en perspective sa projection sur une chaîne de télévision. 
 Une caméra serait présente dès le début de la campagne d’information.
 Elle assisterait aux rencontres générales de tous les intéressés éventuels et accompagnerait l’intégralité du processus en espérant pouvoir témoigner du courage de ceux qui, j’imagine peu nombreux, auraient la force d’aller jusqu’au bout.
 Un prisonnier qui accepte le regard d’une mère dont il a tué un enfant ...
 un regard qui engendre une dimension humaine de son être ... une mère qui vient chercher dans les yeux du prisonnier la réponse à son malheur ...
 Et que ceci ne nous fasse pas penser à la téléréalité parce que l’âme de ce programme se situe aussi loin qu’il est possible d’imaginer de la télévision commerciale.
 La caméra serait toujours discrète, pudique et respectueuse ... elle serait constamment à la recherche de la dignité humaine en évitant le voyeurisme et le sensationnel.
 Il faudrait beaucoup de délicatesse pour que sa présence dans les situations aussi sensibles ne soit pas un élément perturbateur inacceptable.
 Ce serait un véritable challenge parce que l’aspect sensible est toujours intime et voudrait plutôt être caché que dévoilé.
 Mais le souci de ne jamais perdre de l’esprit le but ultime de cette réalisation - contribuer à l’évolution des mentalités - permettrait de surmonter tous les obstacles.
 A l’époque où certains essayent de provoquer la guerre des civilisations - la volonté de concilier l’inconciliable prend toute son importance.
 La vie est un don infini qui nous dépasse et la possibilité de vivre en harmonie avec les autres... tous les autres est à la portée de chacun d’entre nous... seulement nous n’avons pas encore fait tout notre possible pour l’ « activer » chez ceux qui n’en ont pas conscience.
 Je crois profondément en progrès, en évolution, aussi lente soit-elle, de l’être humain et je voudrais que le programme que je propose aille aussi loin que possible dans le domaine de la prévention.
 Son but ultime serait de nous inciter à nous demander :
 comment agir sur le mental de ceux chez qui le potentiel négatif est au-dessus de la moyenne pour diminuer leur propension de passage à l’acte ?
 Je compte beaucoup sur vos réactions pour approfondir et concrétiser davantage cette initiative,
 
 jerzy.sredzinski@neuf.fr