13819 articles - 12253 brèves
> Questions fréquentes

Questions fréquentes

Réponses à des TPE

Mise en ligne : 10 janvier 2006

Dernière modification : 30 janvier 2006

Il est vrai que l’on a toujours tendance, surtout quand on est un « citoyen », à refuser ce qui nous paraît extravagant, et puis les médias sont là pour désinformer, même si en ce moment le sujet de la prison fait débat. (Cela fait vendre).

Texte de l'article :

Accès au règlement intérieur par les prisonnier(e)s
Tout d’abord, NON, les détenus n’ont pas connaissance du règlement intérieur pour plusieurs raisons :
- Il faut savoir qu’approxivement 40 % de la population carcérale souffre d’illetrisme ;
- deuxièmement fort peu de détenus demandent le règlement, c’est très mal vu, vous devenez une forte tête qu’il va falloir dresser ;
- troisièmement vous n’arrivez jamais à obtenir ce règlement.

Violence carcérale. Les détenus savent-ils qu’ils ont le droit de ne pas être victime ?
Cela m’amène à cette question : « Dans un monde de violence, qu’est ce que la violence ? ». Non les détenus ne savent pas qu’ils ont le droit de ne pas être victimes, et il y a peu voir pas d’information dans ce sens, quant à la détection ? ? ? Lorsqu’il porte plainte c’est que le détenu a trop souffer ! ! Je ne sais pas si les surveillants reçoivent une formation sur le problème des violences entre détenu, je suppose que cela doit être abordé, mais il y a loin entre la théorie et la pratique. Je n’ai jamais entendu parler de lutte contre l’omerta. Toutefois la victime est isolée. Il n’existe pas de pratiques consistant à tolérer des violences comme système d’autorégulation ; ( Mais tant qu’ils se battent entre eux ? ? ?)

Est-il possible de mettre en cause la responsabilité de l’administration pénitentiaire ?
Cela arrive, mais c’est un parcours du combattant ; le système se protège. Les textes sont flous, on peut constater d’ailleurs qu’il n’y a pas beaucoup de loi à proprement parlé pour réguler la vie journalière du détenu, ce sont souvent des arrets simple qui renforce le pouvoir de la pénitentiaire.
La prison est un état dans l’état, côté administration ; pour le détenu c’est un lieu de non-droit.

Quelle aide psychologique est apportée aux prisonnier(e)s ?
Dans certaines prisons, je devrais dire plutôt dans les maisons d’arrêt, il y a des SMPR (Service Médico-Psychologique Régional). Dans ce cas là, les personnes « difficiles » peuvent entreprendre des suivis, je dis bien peuvent, car hormis des cas bien particulier le suivi doit ce faire sur la base du volontaria.

Y a-t-il des enquêtes lors de violences ?
Dès qu’un détenu-victime fait apparaître des violences, qu’il a subi, des enquêtes sont faites, mais il faut que la victimes dénoncent ? ? ? Pour déposer une plainte le détenu peut passer par son avocat, voir écrire au procureur.

A quoi sert les lois, la prison ?
Tous ces textes, toutes ces lois, ces dispositions sont là pour donner le change, en fait pour donner bonne conscience, à nos polititiens mais aussi à nous même car les lois sont faites par et pour le législateur, c’est vous, moi ? ? ? Le peuple devrait user de son droit de savoir, ce qui se passe dans ses prisons. Ne pratiquons nous pas la politique de l’autruche. On condamne, on enferme, mais on ne veut surtout pas savoir ce qui ce passe derrière. Ce qui me fait dire souvent que la prison d’aujourd’hui fabrique les délinquants de demain . On enferme des loups qui deviendront des tigres.

Délié (Pseudo)

{mini}