14126 articles - 12260 brèves

Témoignage de français incarcérés au Maroc : lettre du 22 mai 2005

Mise en ligne : 16 November 2005

Texte de l'article :

Tanger le 22-05-05

Monsieur, Madame

Nous vous écrivons cette lettre pour que vous preniez réellement connaissance des conditions d’incarcération au Maroc.

Nous sommes environ 100 Français seulement dans la prison de Tanger sans prendre compte des prisons de Nador, Tétouan, Kénifra etc... Nous « survivons » dans des cellules de d’environ 30m2 où il n’y a que 20 lits pour 30 personnes en moyenne. Tout le monde est mélangé, assassins, voleurs, violeurs, pédophiles, trafiquants... Nous vous laissons imaginer le genre de gros problèmes que ce mélange peut entraîner. Les conditions d’hygiène sont inexplicables, la sécurité inexistante, les prisonniers sont tous équipés de couteaux, rasoirs ou autres armes blanches dont ils n’hésitent pas à faire usage pour rien. La corruption est monnaie courante ici et tout le monde trouve ça normal.

Au commissariat les interrogatoires sont illégaux, on nous oblige à signer un procès verbal rédigé en langue arabe sans la moindre assistance d’un traducteur. L’Etat français ne fait absolument rien pour nous, aucune aide financière, aucun soutien psychologique, contrairement aux Espagnols qui reçoivent chacun 100 euros par mois, la visite de leur consulat une fois par semaine ainsi que d’une sœur de l’Eglise qui leur ramène de la nourriture. Nous les Français, notre représentant vient nous voir environ une fois par mois. Les Espagnols reçoivent aussi l’aide d’associations ainsi que l’investissement de plusieurs chaînes de TV nationales qui dénoncent les comportements, les aberrations et les non respects des droits de l’homme dont sont victimes les compatriotes enfermés ici. Et nous la France nous laisse tomber, nous avons tout honte de notre pays et d’être français. Nous avons fait une erreur pour tenter de nous sortir de nos problèmes d’argent. Mais nous payons un prix beaucoup trop élevé pour notre faute. Beaucoup de personnes ont tout perdu en venant ici, femme, enfants et biens personnels. Il faut beaucoup de patience pour se faire transférer en France (1 an en moyenne) en espérant bien sur que la France accepte le rapatriement de ses compatriotes.

Nous espérons que cette lettre vous touchera et vous fera prendre conscience de l’épreuve que nous subissons.

Les Français