14123 articles - 12260 brèves

Espagne : Mort du prisonnier politique basque Jose Angel Altzuguren

Mise en ligne : 4 November 2005

Dernière modification : 6 May 2006

Texte de l'article :

Mort du prisonnier politique basque Jose Angel Altzuguren

Le prisonnier politique basque Jose Angel Altzuguren, a été retrouvé mort, hier, dans sa cellule de la prison espagnole de Soria
Les Solidaires du Peuple basque en lutte - Paris, par ce nouveau communiqué, tiennent à dénoncer la mort du prisonnier politique basque Jose Angel Altzuguren, retrouvé pendu dans sa cellule de la prison de Soria, dans l’État espagnol.

Une mort d’autant plus douloureuse qu’elle intervient moins de deux semaines après que le militant basque ait été réincarcéré pour finir une condamnation de sept ans dont il avait déjà effectué 3 ans et demi.

Ce n’est pas la première fois que cela se produit. La dernière en date était la militante basque Oihane Errazkin Galdos, en juillet 2004, elle aussi retrouvée pendue dans sa cellule de la Maison d’Arrêt des Femmes de Fresnes.

Nous tenons, dans un tout premier lieu, transmettre à la famille et aux amis de Jose Angel nos sentiments les plus émus, et l’expression de notre entière et totale solidarité face à l’épreuve qu’ils vivent aujourd’hui. Qu’ils sachent que nos pensées les accompagnent, et qu’avec le peuple basque, nous ne pardonnerons pas.

Comme on le dit au Pays basque :

AGUR ETA OHORE JOSE ANGEL !

Adieu, et honneur à toi JOSE ANGEL !

Dans un deuxième temps, nous tenons à condamner une fois de plus les politiques pénitentiaires françaises et espagnoles qui font de la vie des prisonnier-e-s politiques basques, de leurs familles et de leurs amis, de véritables cauchemars.

La politique d’éloignement d’abord, qui fait en sorte que les prisonnier-e-s politiques basques soient incarcérés dans des prisons éloignées, en moyenne, de 850 km de chez eux, et qui obligent leurs proches, de ce fait, à parcourir des milliers de kilomètres, tous les mois, pour quelques minutes de parloirs, entraînant du même coup de nombreux accidents de la route, des blessés, des morts, et aussi des dépenses financières écrasantes de plus de 1000EUR, en moyenne, par mois et par famille.

Et la politique de dispersion ensuite, qui permet que les prisonnier-e-s politiques basques soient éparpillés dans un nombre croissant de prisons, isolés les uns des autres, sans que les difficultés causées à leurs avocats ne soient prises en compte.

Ces mesures prises à l’encontre des prisonnier-e-s politiques basques sont criminelles et assassines. Tout en ne reconnaissant pas le statut de « prisonnier politique », les États français et espagnol démontrent, par ce traitement particulier, que les militants incarcérés sont, comme ils le revendiquent, des prisonnier-e-s POLITIQUES !

Aujourd’hui, et depuis la proposition de Batasuna présentée au Vélodrome d’Anoeta le 18 novembre 2004, de nouvelles opportunités semblent apparaître pour qu’une solution politique et démocratique soit trouvée au conflit basque. Les prisonniers politiques basques, en tant qu’acteurs du conflit, participerons obligatoirement à cette possible résolution. Maintenir, aujourd’hui encore, ces politiques discriminatoires, n’est pas aller dans le sens de la paix. C’est la raison pour laquelle, dès maintenant, la dispersion et l’éloignement doivent cesser.

Encore une fois, nous envoyons notre salut fraternel et internationaliste à la famille et aux amis de Jose Angel. Nous saluons le parcours de ce militant, qui a été pendant plusieurs années conseiller municipal dans sa ville natale, pour la formation de la gauche indépendantiste Herri Batasuna. AGUR ETA OHORE ! HERRIAK EZ DU BARKATUKO !

LES PRISONNIER-E-S POLITIQUES BASQUES AU PAYS BASQUE !

RAPPROCHEMENT ET AMNISTIE !

RECONNAISSANCE DU STATUT DE PRISONNIER POLITIQUE POUR LES PRISONNIERS POLITIQUES BASQUES

A CONFLIT POLITIQUE, SOLUTION POLITIQUE !

NEGOCIATIONS !

 

De : SPBL-Paris
mardi 1er novembre 2005