14126 articles - 12260 brèves

(2005-04) Courrier du GMP Mardi 5 avril 2005

Mise en ligne : 25 March 2005

Texte de l'article :

Le Groupe Multiprofessionnel des Prisons de Paris a été créé pour lutter contre le secret, l’arbitraire, et le rôle pathogène de la prison.
Il est constitué de travailleurs de la justice pénale, dont la fonction s’exerce avant, pendant et après la prison.
Ils se sont réunis pour essayer de décloisonner le système.
Leur moyen d’intervention, c’est d’informer

Début 19 h, fin 22h30
Maison des sciences de l’homme
52-54 Bd Raspail 75006 Paris
en face de l’Hôtel Lutétia :
Métro Sèvres Babylone et Saint Placide
Les portes d’entrée sont fermées un peu après 20h
(pendant environ une heure)

Merci de bien vouloir diffuser cette invitation, autour de vous, notamment aux personnes qui n’ont pas d’adresse électronique et que nous ne pouvons pas joindre autrement.
Antoine Lazarus.

Même si vous ne recevez pas l’invitation électronique, LES REUNIONS ONT LIEU CHAQUE MOIS LE PREMIER MARDI à 19h, à l’heure habituelle.

INVITATION à la PROCHAINE RÉUNION du G.M.P.
Le MARDI 5 avril 2005

Première partie :
Échange-discussion des informations du mois.

Les manifestes qui circulent que l’on trouve pour consultation et ou signature sur les sites de l’OIP www.oip.org ou de Ban Public www.prison.eu.org

- Extractions médicales des détenus
- Contre le projet de loi sur "les récidives".

Deuxième partie, thème principal :
Un désagréable contretemps, évidemment indépendant de notre volonté et dont nous avons demandé à Natacha Sautereau et au participants à la dernière séance du GMP de nous excuser, a fait que le film annoncé n’a pu être montré.

Nous avons donc décidé de garder le thème et de le projetter le 5 avril.
Le texte d’invitation reste donc le même.

Il est possible qu’au cours de la même séance nous regardions aussi le film Fugues Carcérales de Janusz Mrozowski
Il est déjà venu nous en parler au GMP.
Au moment de l’envoi de cette invitation nous n’avons pas pu le joindre pour savoir si il serait disponible.

Comment font les visiteurs de prison ?
Autour de la projection du documentaire « L’air qu’on respire » 2004, 52 minutes, Skopia Films et TV 10 Angers avec la participation du CNC
Ce documentaire, non encore diffusé, nous l’avons vu en première présentation avec des responsables de diverses associations intervenant dans ou autour de la prison et d’anciens détenus.
Nous avons demandé à sa réalisatrice Natacha Sautereau de bien vouloir en faire un thème de séance du GMP, de nous le présenter, et de participer à la discussion ce qu’elle a accepté et nous l’en remercions.

Nous lui avons également suggéré, si elle le souhaitait d’enregistrer en vidéo la discussion du groupe car cela permettra d’engranger des remarques et des arguments qui pourront valoriser ensuite la manière de présenter le film au public.
(La caméra prendra un plan général de la séance et si l’on ne souhaite pas être vu, il suffira de lui tourner le dos et ou de se placer hors champ.)

Voici la manière dont Natacha Sautereau présente le film :
On les appelle « visiteurs de prisons ».
Ils ont choisi de rendre régulièrement visite à des détenus qui en ont fait la demande.
Portés pas des convictions diverses, ces bénévoles partagent le même désir de pénétrer dans un lieu que la société tient à une opaque distance.
Un lieu fantasmatique, radicalement clos, où des gens vivent, la prison.
Les visiteurs sont des passerelles essentielles entre le « dedans » et le « dehors ».
L’air qu’on respire se nourrit de ces allers-retours et confronte paroles et gestes de visiteurs et de visités.

Merci de bien vouloir diffuser cette invitation, autour de vous, notamment aux personnes qui n’ont pas d’adresse électronique et que nous ne pouvons pas joindre.

Antoine Lazarus.