14142 articles - 12260 brèves

Paskal Laizé : demande de libération conditionnelle examinée le 30 novembre

Mise en ligne : 27 November 2004

C‘est le 30 novembre 2004 que la demande de libération conditionnelle du prisonnier politique breton Paskal Laizé sera finalement examinée.

En savoir plus
Texte de l'article :

Paskal Laizé : demande de libération conditionnelle examinée le 30 novembre

Coordination Anti-Répressive de Bretagne Communiqué de presse

C‘est le 30 novembre 2004 que la demande de libération conditionnelle du prisonnier politique breton Paskal Laizé sera finalement examinée. Arrêté le 2 mai 2000 par la police politique française, ce militant indépendantiste breton a été jugé en mars 2004 par la très spéciale et très politique Cour d’Assises de Pariz. Il a été condamné à huit ans de prison pour des attentats de l’Armée Révolutionnaire Bretonne ayant entraîné uniquement des dommages matériels. Mis en examen avec trois autres militants dans la tragique, magique et toujours très mystérieuse Affaire de Quévert, il avait été acquitté , mais le parquet aux ordres du ministre français de la Justice a fait appel contre lui. Dans une déclaration de mai 2003, les « Quatre de Quévert » avaient dénoncé la « chasse aux sorcières contre le mouvement breton et particulièrement la Gauche Indépendantiste » et réaffirmé « avec force être totalement étrangers à cette action tant dans sa préparation que dans sa réalisation ». les audiences de mars 2004 avaient complètement ridiculisé l’ instruction de l’Affaire de Quévert menée par le juge Gilbert Thiel, militant chevènementiste notoire. Il est également poursuivi dans le dossier du vol d’explosifs de Plévin, Côtes-d’Armor (28 septembre 1999). En janvier dernier, nous avions publié un poignant témoignage de son co-détenu, Jérôme Bouthier, sur le calvaire subi en détention par Paskal Laizé. Jérôme Bouthier, après avoir subi deux ans et demi de détention « provisoire », a été totalement blanchi par la Cour d’Assises de Pariz le 26 mars dernier.

Pour la Coordination Anti-Répressive de Bretagne, Le porte-parole, Claude Le Duigou.