14126 articles - 12260 brèves
> Edito

Une censure qui ne dit pas son nom…

Mise en ligne : 7 November 2003

Texte de l'article :

Une censure qui ne dit pas son nom…

Le 28 septembre était programmé sur France 5 un documentaire que nous avons réalisé :« L’appel aux assises » 1h45. produit par JEMPRODUCTIONS

Cette diffusion a été interdite par le Ministère de la Justice, donnant trois raisons : 1/ Le documentaire contreviendrait à la loi qui interdit de tourner en cours d’assises. 2/ Il trahirait le secret des délibérés. 3/ Nous n’aurions pas les autorisations des intervenants.

En réalité

  • Nous avons les autorisations écrites de toutes les personnes à l’image.
  • Le Président d’assises de l’audience filmée, Jean-Marie Fayol-Noireterre, une référence auprès des magistrats d’assises, a visionné la maquette du film. Il n’aurait jamais laissé passer un mot trahissant le secret des délibérés !
  • Le Ministère a donné, par écrit, l’autorisation de tourner le déroulement d’une affaire d’appel en assises, (jamais nous n’aurions pu présenter à la chaîne un tel projet si nous ne pouvions pas le tourner…).

Le synopsis avait été écrit en collaboration étroite avec le Ministère (deux mois de rendez-vous successifs). Ce synopsis prévoit de la manière la plus claire le tournage de l’audience d’appel, étape par étape.

Le Ministère de la Justice, après avoir accepté le synopsis, a passé une convention avec JEMPRODUCTIONS, via le Centre National de la Cinématographie, accordant une subvention ! Le synopsis a été annexé à cette convention signé le 26 novembre 2002.

Le tournage a eu lieu à la Cour d’Appel de Grenoble (audience des 16 et 17 avril).

Le 10 février 2003, le Premier Président et le Procureur Général près de la Cour d’Appel de Grenoble, les plus hautes autorités judiciaires de Grenoble et de sa région, recevaient un courrier du Ministère leur confirmant l’autorisation donnée de tourner l’audience à partir du synopsis que nous leur avions transmis.

Cette interdiction qui frappe ce documentaire indigne le Président d’assises ainsi que les avocats, parties civiles et défense. Nous avons leur soutien le plus total par écrit comme nous avons le soutien de tous les intervenants du film (côté victime comme côté prévenu).

La SCAM et la S.R.F., sociétés d’auteurs et de réalisateurs de films et de documentaires, nous soutiennent.

Au-delà des mensonges et des prétextes invoqués par le Ministère, Au-delà d’une déprogrammation annoncée par la chaîne C’est la Censure bête et méchante qui frappe ce documentaire. _



__

Joëlle et Michèle Loncol. Réalisatrices 66, rue Condorcet 75009 Paris tel/fax 01 42 85 31 37. Mail : j.loncol@wanadoo.fr