14142 articles - 12260 brèves

Olivier Picque « plante » une forêt dans la prison

Mise en ligne : 2 November 2003

Dernière modification : 4 November 2003

Texte de l'article :

21.10.2003
Art et ancienne prison

Olivier Picque « plante » une forêt dans la prison

La vieille prison circulaire d’Autun, va devenir le théâtre temporaire d’une rencontre entre deux modes d’expressions complémentaires : l’image et le son, sur le thème de la forêt. L’objectif de cette installation artistique est de communiquer au visiteur, la magie, l’émotion, les sensations subtiles ou les appréhensions propres à ce milieu. Par petits groupes, les spectateurs pénètrent dans une sorte de clairière, matérialisée par de grands tirages photographiques en couleurs et disposés en cercle. Une ambiance sonore composée de prises de sons en milieu naturel et d’improvisations instrumentales complète cette création. La lumière, avec d’importants moyens empruntés au théâtre municipal d’Autun, tient une large place. Les artisans de cette installation artistique, souhaitent que les visiteurs appréhendent avec un regard neuf, naïf (du latin : naturel), cette installation, sans préjugé, ni référence. Par ailleurs, ce travail revendique « leur profond attachement à ce milieu naturel, menacé par la monoculture intensive du sapin ». Cette prison, paradoxalement, représente alors un havre, un conservatoire, une réserve où la poésie, le rêve, la magie, auraient encore le droit de s’exprimer. Entrée libre, par petits groupes, du vendredi 24 octobre au dimanche 2 novembre, de 18 h 30 à 20 h 30.