14126 articles - 12260 brèves
> Edito

Prises de R.V. de parloirs à la MA de Châlons-En-Champagne - Lettre au Directeur

Mise en ligne : 11 April 2003

Dernière modification : 11 April 2003

Texte de l'article :

Prises de R.V. de parloirs à la MA de Châlons-En-Champagne - Lettre au Directeur -

Monsieur le Directeur (1),

En tant que professeur d’abord, dans le cadre de l’association AUXILIA, puis d’ami, j’ai obtenu un droit de visite et, chaque fois qu’il m’est possible, je rencontre mon élève et ami au parloir. Il est condamné et n’a donc droit qu’à un parloir hebdomadaire.

Pour prendre rendez-vous, en conformité avec le règlement de votre Maison, je ne dispose que de la seule et unique journée du jeudi et il en est ainsi pour tout visiteur.

Voici plusieurs semaines maintenant qu’il me faut faire plus d’une centaine de tentatives pour obtenir un interlocuteur au bout du fil. A titre d’exemple, j’y ai passé plus de sept heures jeudi dernier ! Même le rappel automatique, qui était en vigueur à un certain moment, a été désactivé. Il m’est arrivé de ne pouvoir joindre vos services et le détenu a donc été privé de parloir.

Et encore, je m’estime privilégié puisque je peux appeler sans restriction aucune d’horaire de travail ou d’emploi du temps. Mais pensez aux personnes qui travaillent en usine ou, pire encore, à celles, des femmes seules avec enfants bien souvent, qui, ne disposant pas de poste téléphonique, sont contraintes à des attentes interminables dans des cabines téléphoniques, été comme hiver. J’en ai rencontrées !

A l’heure où, en “haut lieu”, on nous parle de l’importance des liens familiaux à privilégier entre le détenu et sa famille à des fins d’une meilleure réinsertion, permettez-moi de m’élever avec la plus extrême vigueur contre ce que je considère comme une atteinte à la dignité humaine. D’autant que d’autres systèmes de prises de rendez-vous existent dans d’autres maisons d’arrêt (à Troyes par exemple pour ne citer qu’une maison d’arrêt de la région).

Vous avez donc bien compris le sens de ma démarche : assouplir, de la façon que vous jugerez la mieux adaptée, le mode de prise de rendez-vous de parloir de votre établissement, de façon à ne pénaliser ni les détenus, ni les personnes qui souhaitent leur rendre visite.

Comptant sur votre compréhension et, cette fois-ci, sur une réponse de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes salutations distinguées.

Dominique Bataillon
Avize, le mardi 8 avril 2003

Copies à : Direction régionale de l’Administration Pénitentiaire, Dijon ; Ministère de la Justice, Paris.

 

(1) Maison d’arrêt
1, bd Anatole France
51022 CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE CEDEX