14126 articles - 12260 brèves
> Edito

Chronique d’un assassinat administratif !....

Mise en ligne : 23 January 2003

Dernière modification : 23 January 2003

Texte de l'article :

Mardi 7 janvier 2003 13 heures, David Capannini, 34 ans, matricule 5477 D, est découvert pendu dans sa cellule 224 de l’aile Est du bâtiment C du Centre de détention d’Uzerche (19140).

La veille après que l’administration pénitentiaire lui ait retiré son poste de TELEVISION, il lui manquait 60 centimes d’euros pour la location mensuel de 32 euros alors que jusqu’en décembre 2002 la location n’était que de 29.88 euros augmentation de 7%.

Les codétenus ont alors prévenu le surveillant que ce garçon était particulièrement déprimé et qu’il risquait d’attenter à sa vie mais rien n’a fait changer l’administration, d’autre part il avait la somme de 10 euros sur son compte de cantine alors qu’il suffisait d’un simple transfert de 1 euro pour régulariser la situation et compléter la somme manquante.

Rien n’a été épargné à ce garçon de la D.A.S.S. pour l’administration, bien qu’il soit primaire, il aurait dû être libéré depuis mi- novembre 2002 mais une contrainte par corps de 2 mois de prison pour une somme de 3000 francs lui avait été imposée reportant sa sortie au 7 janvier 2003. Il avait fait tout son possible pour réunir cette somme, des familiers lui avaient alors fait parvenir par mandat début novembre ce montant. C’est alors qu’il écrit au greffe afin de faire lever cette contrainte, sans réponse il avait demandé à un surveillant de bien vouloir se renseigner en téléphonant au service du greffe. La réponse qui lui a été donnée est que cela était trop tard donc qu’il devait effectuer ces deux mois de contrainte (nous étions début novembre 2002). C’est alors qu’il a ressenti une profonde injustice et qu’il a eu des mots avec un surveillant qui lui annonçait cette nouvelle.

Ce surveillant a fait un rapport, en prétendant avoir été bousculé. Suite à ce rapport DAVID est repassé en correctionnelle à TULLE et a été condamné à deux mois de prison supplémentaires. Dans les premiers jours de la nouvelle année, il nous avait dit qu’il avait hâte d’être à la fin du mois pour connaître la date exacte de sa libération et même s’il était un peu déprimé par tout ce qui lui arrivait il attendait sereinement sa fin de peine. La bêtise et l’indifférence de l’administration ont largement contribué au geste de ce détenu. Au moment ou l’on parle de réinsertion, voilà la réalité des applications qu’il en est faite.

Un collectif de détenus a voulu que le désespoir de DAVID ne reste pas inconnu car l’administration comme d’habitude ne manquera pas d’y mettre une chappe de silence. C’est pourquoi nous vous faisons parvenir son histoire, en espérant que vous la ferez connaître à tous. Il faut également que vous sachiez que plusieurs codétenus ont offert de verser 1 euro pour régler la location du téléviseur, il leur a été répondu que cela n’était pas possible.

D’autres auraient volontiers prêté leur téléviseur mais cela équivaut à prendre un rapport et à être sanctionné par 15 jours de mitard avec sursis (ce qui correspond à 15 jours de remise de peine en moins).