14126 articles - 12260 brèves

La peine de mort recule aux Etats-Unis

A propos de la décision de George Ryan, gouverneur de l’Illinois

Mise en ligne : 16 January 2003

Texte de l'article :

Le Collectif « Octobre 2001 », fondé à l’occasion du XXe anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France (loi du 9 octobre 1981) a pris connaissance avec émotion de la grâce accordée par le gouverneur George Ryan à l’ensemble des condamnés à mort de l’Illinois (grâce totale pour certains, commutation de la peine de mort en peine de réclusion à perpétuité pour les autres). Le Collectif considère cette décision et les réflexions qui en sont la cause comme une étape importante vers l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis et comme un encouragement à la lutte du mouvement abolitionniste mondial.

Cette grâce complète heureusement l’arrêt récent de la Cour suprême concernant l’inconstitu-tionnalité de la peine de mort appliquée aux handicapés mentaux ainsi que les dernières révisions de procédures qui ont sorti des condamnés des couloirs de la mort. Elle est symbolique d’une remise en question de la peine de mort qui dépasse petit à petit le seul domaine de la procédure.

Cette décision est d’autant plus courageuse qu’elle intervient à une période où, aux Etats-Unis comme dans bien d’autres pays, des sentiments d’insécurité se focalisent sur une vision étroite de la criminalité et de ses causes, veulent faire de la délinquance le bouc émissaire de toutes les incertitudes sociales et proposent toujours plus haut et plus fort des solutions réductrices à ces problèmes complexes.

Le Collectif « Octobre 2001 » rappelle qu’il est opposé à toute forme d’exécution capitale mais aussi à toute exclusion définitive. S’inspirant des réflexions de Beccaria, Hugo, Camus, Koestler ou Badinter, il ne voit, dans l’application de la peine de mort ou dans la mise à l’écart sans espoir de réinsertion, ni vertu dissuasive, ni satisfaction durable pour les victimes, ni possibilité d’amélioration des relations sociales.
Il estime au contraire qu’un droit des sanctions respectueux de la personne, fondé sur la vision d’un homme perfectible répond mieux au droit de chacun à la sécurité et au bien être que toute vision d’exclusion ou de vengeance.

Paris, le 16 janvier 2003
Le collectif « Octobre 2001 »
Comment sanctionner le crime dans le respect des droits de l’homme ? 

Les membres du Collectif sont l’ACAT-France, l’Association Française de Criminologie, Amnesty International (section française), l’ANVP, l’ARAPEJ Ile-de-France, la FARAPEJ, la FNARS, la Ligue des droits de l’homme, le SNEPAP-FSU et la Société GEPSA.

Secrétariat du Collectif :
AFC c/o M. Pierre Pélissier, 19, rue Ginoux, 75015 PARIS
Tél. 33 (0)1 42 63 45 04
tournier@ext.jussieu.fr, www.afc-assoc.org
No Siret 438 165 409 00014