13930 articles - 12260 brèves

Communiqué du 16 mai 2018

Déjà 30 suicides ou morts suspectes connu(e)s en détention en 2018

entre le 1er janvier et le 14 mai 2018

Mise en ligne : 16 mai

Dernière modification : 16 mai

  • Communiqué
En savoir plus
Texte de l'article :

L’omerta [1] continue sur la réalité des chiffres quant aux conditions et lieu réel du décès. Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité.

Le nombre de suicides ou de morts suspectes en prison ne diminue pas. Un suicide ou mort suspecte tous les trois jours en prison, 10 fois plus qu’en milieu libre.

En 2001 l’État, par la personne du Garde des Sceaux, est condamné pour la première fois pour faute lourde après le suicide d’une personne incarcérée [2], la décision soulignant qu’il est garant de l’intégrité des personnes incarcérées [3].

La création en 2002 de l’Observatoire des suicides et des morts suspectes sur le site www.banpublic.org avait permis d’interpeller l’opinion publique et les médias.

En 2009, la Garde des Sceaux a « affirmé sa volonté de transparence sur le sujet » des suicides en prison à la présentation du rapport Albrand.

Pourtant en 2010, « l’administration pénitentiaire a estimé opportun de ne pas communiquer en cas de suicides notamment pour éviter d’induire des comportements d’imitation [4] ».

Ban Public n’a de cesse de dénoncer la veulerie et l’opacité reconduitent par chaque Garde des Sceaux, laissant les familles à leur douleur et refusant toute transparence [5] sur les morts en prison en s’appuyant sur des motifs bien arrangeants.

Ban Public exige :

  • Une information complète sur toutes les morts en détention (lieu, circonstance, type du décès, personne concernée)
  • La publication officielle des chiffres, par établissement, dans les statistiques mensuelles
  • L’information et la prise en compte des familles

Contact Presse : redaction@banpublic.org


La liste des 30 suicides connus au 14 mai 2018

11/05/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’un homme par pendaison, au quartier arrivant, âge inconnu
Source : F0 Pénitentiaire

07/05/18 - C.P. Fresnes
Mort suspecte d’un homme de 33 ans hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière
Source : Le Parisien

06/05/18 - M.A. Puy-en-Velay
Suicide d’un homme de 32 ans par pendaison
Source : Le Figaro

01/05/18 - C.P. Nancy-Maxéville
Suicide d’une femme de 48 ans par overdose médicamenteuse, en détention provisoire
Source : L’Est Républicain

30/04/18 - C.P. Perpignan
Suicide d’un homme, âge incertain, par pendaison
Source : L’Indépendant

21/04/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’une femme de 24 ans par pendaison, en détention provisoire depuis 3 ans
Source : Le Monde

19/04/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’un homme au D3
Source : Le Parisien

19/04/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’un homme au D3
Source : Le Parisien

19/04/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’un homme au D3
Source : Le Parisien

19/04/18 - M.A. Fleury Mérogis
Suicide d’un homme au D3
Source : Le Parisien

18/04/18 - M.A. Seysses
Suicide d’un homme par pendaison au sein du Service Médico-Psychologique Régional
Source : La Dépêche

18/04/18 - M.A. Arras
Suicide d’un homme de 31 ans, par pendaison
Source : La Voix du Nord

14/04/18 - M.A. Seysses
Mort suspecte de Jaouad, 27 ans, par pendaison, au quartier disciplinaire
Source : France 3

04/04/18 - C.P. Marseille - Les Baumettes
Suicide d’un homme, de 29 ans, par intoxication médicamenteuse
Source :

31/03/18 - M.A. Niort
Suicide d’un homme, en mettant le feu à sa cellule
Source : La Nouvelle République

31/03/18 - M.A. Luynes
Suicide d’un homme, en mettant le feu à sa cellule
Source : France 3

27/03/18 - M.A. Nice
Suicide d’un homme d’une trentaine d’années
Source : BFM

27/03/18 - M.A. Lyon-Corbas
Suicide d’un homme d’une trentaine d’année
Source : France 3

21/03/18 - M.A. Rouen
Suicide d’un homme de 68 ans, par pendaison
Source : Le Figaro

19/03/18 - M.A. Chalons en Champagne
Suicide de Sylvain Dromard, par absorption de médicaments
Source : L’Union

10/03/18 - C.P. Fresnes
Suicide d’un homme de 51 ans par pendaison
Source : Le Parisien

28/02/18 - M.A. Nice
Suicide d’un homme d’une vingtaine d’année, par pendaison
Source : Nice-Matin

24/02/18 - M.A. Nice
Suicide d’un homme de 45 ans, par pendaison
Source : Nice-Matin

21/02/18 - C.P. Fresnes
Suicide d’un homme, 29 ans, par pendaison
Source : Le Parisien

16/02/18 - M.A. Epinal
Suicide d’un homme d’une quarantaine d’années, en détention provisoire, par pendaison
Source : France 3

23/01/18 - M.A. Angers
Suicide d’un homme de 41 ans
Source : Ouest-France

16/01/18 - C.P. Nantes (ouvert depuis juin 2012)
Suicide d’un homme de 35 ans, par absorption de médicaments
Source : Ouest-France

15/01/18 - C.P. Laon
Suicide d’un homme de 37 ans, par pendaison
Source : Sud-Ouest

08/01/18 - M.A. Metz-Queuleu
Suicide d’un homme de 39 ans, par pendaison, au quartier disciplinaire
Source : Le Républicain Lorrain

01/01/18 - C.P. Fresnes
Suicide d’un homme de 31 ans, par pendaison
Source : CNews Matin


[1] Omerta : Par extens. Loi du silence imposée par un groupe. (Le nouveau Littré, 2006) Le véritable problème posé par ces statistiques est qu’elles sont globales : l’administration pénitentiaire se garde bien de communiquer le détail de son décompte macabre. Elle "omet" de publier la date, l’âge, le lieu dans la détention (quartier disciplinaire, quartier d’isolement cellule d’arrivant etc...), et cultive l’opacité la plus absolue lorsqu’il s’agit d’obtenir des explications précises quant aux conditions dans lesquelles ces femmes, ces enfants, ces hommes sont décédés. Ces statistiques, transmises par l’Administration Pénitentiaire, ne disent rien sur les souffrances des proches, leur prise en charge psychologique, leur prise en charge financière, et sur la manière dont l’information leur est transmise ou pas.

[1] Omerta : Par extens. Loi du silence imposée par un groupe. (Le nouveau Littré, 2006) Le véritable problème posé par ces statistiques est qu’elles sont globales : l’administration pénitentiaire se garde bien de communiquer le détail de son décompte macabre. Elle "omet" de publier la date, l’âge, le lieu dans la détention (quartier disciplinaire, quartier d’isolement cellule d’arrivant etc...), et cultive l’opacité la plus absolue lorsqu’il s’agit d’obtenir des explications précises quant aux conditions dans lesquelles ces femmes, ces enfants, ces hommes sont décédés. Ces statistiques, transmises par l’Administration Pénitentiaire, ne disent rien sur les souffrances des proches, leur prise en charge psychologique, leur prise en charge financière, et sur la manière dont l’information leur est transmise ou pas.

[2] http://prison.eu.org/article7743.html

[3] http://prison.eu.org/article8345.html (paragraphe 62)

[4] http://www.textes.justice.gouv.fr/art_pix/JUSD1021004C.pdf

[5] « Qualité d’une institution qui informe complètement sur son fonctionnement, ses pratiques » (TLFi)