13513 articles - 12253 brèves

Solidarité avec les mutins de Poitiers-Vivonne

Mise en ligne : 14 September

En savoir plus
Texte de l'article :

Mardi 13 septembre 2016, l’information a tourné en boucle dans les grands médias :

« Le calme est revenu ce lundi soir vers 23 heures, après l’intervention de forces spécialisées à la prison de Vivonne, près de Poitiers. La mutinerie a débuté lundi à 17 heures. Une cinquantaine de détenus ont mis le feu à un bâtiment de ce centre pénitentiaire. Une dizaine (ou une soixantaine) de cellules ont été détruites. Ce mardi matin, deux détenus sont placés en garde à vue. La mutinerie serait partie d’une permission de sortie refusée à un détenu. Le détenu se serait rebellé, entraînant d’autres personnes dans son mouvement… »

Traitée comme un simple fait divers, cette information sera oubliée demain et aucun journaliste n’aura donné la parole aux premiers concernés : les prisonniers et leurs proches. Comme toujours, ils ont relayé en chœur la voix du ministère de la justice et d’un syndicat de surveillants. Mais quand les prisonniers et prisonnières se mobilisent pour dénoncer leurs conditions de détention ou simplement pour réclamer un peu d’air, rien qu’en faisant une pétition ils prennent de gros risques. Alors quand ils font brûler la prison… !

A Poitiers comme ailleurs, les prisonniers et prisonnières ont de nombreuses raisons de se révolter. Ce que nous connaissons de la prison de Poitiers-Vivonne depuis son ouverture, c’est entre autres :

– la pratique de fouilles à nu systématiques (pourtant illégales)

– le harcèlement nocturne des détenus particulièrement signalés (DPS)

– le passage à tabac de prisonniers, dont les plaintes ne sont ensuite pas prises en compte

– la répression des moindres revendications

– le passage au tribunal de prisonniers accusés abusivement par des surveillants de violences ou d’outrage (treizième mois garantis pour les matons)1

Nous savons que, suite à ce genre d’événements, la répression est très dure. Pour effrayer la population carcérale et lui faire passer l’envie de broncher, il faut désigner des « meneurs », les isoler et les condamner à de lourdes peines. Comme d’habitude, cette sanction judiciaire sera précédée « en interne » de tabassages, de chantages à la délation, de mise au mitard et/ou de transferts, loin des proches.

Appel à informations et récits

De l’extérieur, c’est à nous tous et toutes de rester attentifs, de montrer notre solidarité, de chercher et de relayer informations et récits directs. Les médias disent que deux personnes ont été placées en garde à vue. Il est important d’aller si on le peut au tribunal local pour suivre d’éventuelles comparutions immédiates, montrer sa solidarité, prendre et faire circuler des informations sur les suites judiciaires de la mutinerie. C’est en brisant la loi du silence imposée par l’administration pénitentiaire que commence la solidarité avec les mutins.

N’hésitez pas à prendre contact avec l’Envolée (journal pour en finir avec toutes les prisons) :
L’envolée – 43 rue de stalingrad – 93100 montreuil
contact@lenvolee.net http://lenvolee.net

1 Pour en savoir plus : lire ou écouter l’interview de Nadia dans le journal lEnvolée n°43 ou ici. Sur les revendications et la répression côté femmes :ici et là.Sur les fouilles à nu ici. Et sur le climat répressif ordinaire en détention : ici, et