13508 articles - 12253 brèves

Établissements liés :

Documents associés :

cglpl-2eme-visite-ma-laval-2015

Type : PDF

Taille : 2.5 Mb

Date : 22-07-2016

obs-min-justice-ma-laval-2e-visite

Type : PDF

Taille : 381.1 kb

Date : 22-07-2016

obs-min-sante-ma-laval-2e-visite

Type : PDF

Taille : 143.5 kb

Date : 22-07-2016

Rapport de la 2ème Visite à la Maison d’Arrêt de Laval du 12 au 15 janvier 2015

Synthèse du CGLPL

Première publication : 19 July

Quatre contrôleurs du contrôle général des lieux de privation de liberté ont effectué, du 12 au 15 janvier 2015, une visite de la maison d’arrêt de Laval. Cette mission constituait une deuxième visite, suite à un premier contrôle réalisé en juin 2011.

Un rapport de constat a été adressé le 5 mai 2015 au chef d’établissement, lequel a fait connaître en retour, le 5 juin, des observations qui ont été intégrées dans le présent rapport.

Deux ministères ont également effectué des observations en réponse, à savoir le ministère de la justice par courrier en date du 12 mai 2016 et le ministère de la santé par missive du 26 mai 2016.

En savoir plus
Texte de l'article :

Entre les deux visites, plusieurs points ont été améliorés, voici toutefois ceux qui ne le sont toujours pas :

"Dans un établissement datant de plus d’un siècle, en dépit de travaux entrepris depuis le précédent contrôle, l’état général des locaux de détention est préoccupant au regard de la salubrité et de l’hygiène en détention.
Le règlement intérieur est totalement obsolète. Il est incomplet et comporte des informations fausses.

L’ouverture des droits sociaux à l’arrivée n’est pas toujours garantie, de même que les délais de mise en oeuvre. Dès l’écrou d’une personne, un suivi régulier devrait être mis en place en lien avec la CPAM.

Concernant le quartier de semi-liberté, le premier surveillant référent gagnerait à être mieux identifié et ses fonctions plus clairement définies. En outre, les heures d’entrée et de sortie devraient être davantage adaptées aux contraintes horaires des emplois locaux afin de favoriser l’octroi de mesures d’aménagement de peines. L’accès des semi-libres au téléphone, aux visites et aux activités devrait être revu.

La mise en place d’une borne de réservation et l’affectation d’un surveillant au fonctionnement de celle-ci, permettant une intervention rapide en cas de difficulté, a grandement amélioré la procédure de réservation des parloirs. La souplesse dont il est fait preuve dans l’organisation des visites doit également être soulignée.
Si le quartier disciplinaire est désormais doté d’un placard de rangement et d’une douche garantissant le respect de l’intimité, l’installation récente d’une grille de caillebotis devant la fenêtre, à l’intérieur même de chaque cellule, constitue une réelle gêne, sur le plan visuel et psychologique, qui interroge notamment au regard de la prévention du suicide.

La question du téléphone est toujours à considérer afin de faciliter le maintien des liens familiaux : l’absence de poste au quartier de semi-liberté, les créneaux restreints d’accès, le défaut de cabine permettant l’intimité des conversations, le coût prohibitif des appels vers des portables devraient être réellement pris en compte.

Concernant l’organisation des soins, plusieurs points ont été relevés.

Lors des consultations médicales avec une personne ne parlant pas le français, il peut être fait appel à une autre personne détenue pour traduire, ce qui ne permet pas de garantir la confidentialité des soins et constitue une atteinte aux droits de la personne soignée.

L’intervention de l’équipe psychiatrique est insuffisamment coordonnée avec celle de l’ensemble des professionnels intervenant à l’unité sanitaire (y compris addictologiques). Il en est de même de la coopération entre l’hôpital et la clinique de Laval dont l’intervention conjointe est nécessaire pour garantir l’accès à toutes les spécialités médicales.
La procédure d’accès aux dossiers médicaux n’offre pas toute garantie en matière de confidentialité des informations médicales et permet pas de tracer l’accès à un dossier en dehors des heures d’ouverture de l’unité sanitaire. Le système d’information de l’unité sanitaire ne permet pas d’apprécier la réalité de la couverture de la population incarcérée en matière d’actions de prévention, de dépistage ou de soins.

Le port systématique des menottes et celui fréquent des entraves continuent à être imposés aux personnes détenues lors des extractions médicales, quels que soient le niveau d’escorte et l’estimation faite de leur dangerosité. Ces moyens de contrainte sont maintenus pendant les soins, qui se déroulent en général en présence des surveillants d’escorte. Le recours non individualisé et insuffisamment motivé aux moyens de contrainte et la surveillance constante durant l’exercice médical constituent des pratiques attentatoires au respect de la dignité humaine et de la confidentialité des soins.

Enfin, au moment du contrôle, l’établissement se trouvait plongé dans un climat délétère, miné dans son fonctionnement par une grande souffrance de nombreux agents. Tout au long de leur présence, les contrôleurs ont été interpellés par des personnels de tout grade, dénonçant le comportement d’un premier surveillant accusé de « harceler », de « provoquer », de « manipuler », d’« agresser physiquement, verbalement, ou psychologiquement »…. Ce climat délétère ne peut être sans conséquence sur le fonctionnement de l’établissement et sans effet sur les conditions de vie des personnes détenues. L’administration paraissait impuissante face à de telles dérives que les contrôleurs ont eux-mêmes observées."