14126 articles - 12260 brèves

OIP 2001 : Rapport financier

Mise en ligne : 9 December 2002

Texte de l'article :

Observatoire international des prisons pour le droit à la dignité des personnes détenues

Nantes, le 25 mai 2002

Au 31 décembre 2001, le total du bilan s’élève à 67.200 euros et le compte de résultat à 361.383 euros. Ce dernier présente un déficit de 19.048 euros pour l’exercice 2001 (-44.686 euros en 2000).

Le total des produits en 2001 s’élève à 342.335 euros. Par rapport au total des produits en 2000 (236.295 euros), l’exercice clos présente une augmentation de 106.040 euros soit + 30,97 %. Cette hausse est essentiellement due à une reprise de provision pour un montant de 71.651 euros (une convention de régularisation avec le Ministère de l’éducation nationale stipule le non-remboursement des rémunérations concernant la mise à disposition depuis septembre 1996 du Délégué national). Par ailleurs, il faut noter une nette augmentation de l’Aide Emploi jeune : 52.600 euros du CNASEA en 2001 pour 13.833 euros en 2000.

Les subventions publiques en 2001 s’élèvent à 83.923 euros. Elles ont augmenté de 9.528 euros soit + 12,80 % (74.395 euros en 2000). L’OIP a identifié de nouveaux partenaires comme la Délégation Interministérielle à la Ville (22.867 euros) ou la Direction Générale de la Santé (7.622 euros) : initié de nouveau un financement du Centre Nation du Livre (1.524 euros) ; et déploré l’absence de subvention pour cet exercice de la Mission Interministérielle de lutte contre les Drogues et la Toxicomanie (-23.235 euros). Les subventions d’organismes privés s’élèvent à 50.887 euros. Elles ont augmenté de 17.059 euros soit 50,43 % de hausse (33.828 euros en 2000). L’OIP a renoué avec un financement de Carrefour Solidarité (28.020 euros) et déploré l’absence de subventions de deux partenaires fidèles : Solidarité Sida (- 6.098 euros) et Ensemble Contre le Sida (- 12.485 euros).

Les abonnements à Dedans Dehors (31.777 euros) et les adhésions (13.867 euros) marquent une progression de 39,56 % par rapport à 2000 (32.705 euros). La diminution du montant des dons correspond presque exclusivement à une nouvelle baisse de la somme allouée par Agnès B (4.575 euros en 2000 conre 3.049 euros en 2001). Les ventes individuelles des autres produits éditoriaux (nouveau Guide du prisonnier et brochures thématiques) ont diminué de 17.650 euros (27.707 euros en 2000, 10.057 euros en 2001). Sur les 5.000 exemplaires du Guide réimprimés en 2001, 2.037 restaient en stock au 31 décembre soit une vnete potentielle de 37.000 euros en 2002.

Le total des charges s’élève à 361.383 euros. Par rapport au total des charges en 2000 (280.981 euros), l’exercice clos présente une augmentation de 80.402 euros soit + 28,61 %. Cette hausse est principalement due à une augmentation des charges de personnel : + 75.788 euros soit l’équivalent sur une année des salaires des postes de Secrétariat général, du poste « enquêtes et permanence juridique » (ces postes n’ont été créés qu’en novembre 2000) et du poste de coordinateur des groupes locaux, créé à plein temps à compter d’avril 2001 (en 2000, 3/5ème de temps de septembre à décembre 2000). Deux de ces postes correspondent à des emplois jeunes et les charges sont donc compensés à 50 % par l’Aide à l’Emploi Jeune.

L’examen des achats permet de constater que les travaux d’impression de notre revue Dedans Dehors ont doublé en 2001 (augmentation de la pagination, du tirage et impression sur calque pour les quatre numéros dédiés à la loi pénitentiaire).

Le déménagement de l’OIP de la rue d’Hauteville à la rue des Lilas au 1er septembre 2001 a entraîné une augmentation des charges externes : 28.376 euros de locations immobilières en 2001 (15.164 euros en 2000), 10.210 euros d’honoraires pour la transaction de l’agence immobilière. Nous avons maintenu auprès de la Mairie de Paris notre demande d’attribution d’un local auprès des bailleurs sociaux, ce qui nous permettrait en principe d’avoir un loyer moins onéreux.

Dans le dernier trimestre 2001, suite au déménagement, nous avons du faire appel à des avances de trésorerie, principalement auprès d’associations proches (68.602 euros). La « réserve républicaine », imposée jusqu’au 15 juin 2002, à toutes les directions et délégations ministérielles n’a pas facilité la gestion de l’association. Nous avons pourtant sollicité de nouveaux partenariats qui devraient se concrétiser au début du second semestre par des financements de la Direction générale de l’action sociale, de la Mairie de paris, et en principe, du Conseil régional d’Ile-de-France. Des chefs d’entreprise ont été approchés et un premier don de 30.000 euros nous a été attribué. Notre but est d’obtenir des subventions pluriannuelles et des dons réguliers pour soutenir dans l’avenir l’action de l’OIP-section française.

Véronique Vasseur, Zina Rouabah