13679 articles - 12253 brèves

Réinsertion / réhabilitation / Bannissement / Droit à l’oubli

Justice : les repentis peuvent désormais bénéficier d’un système de réinsertion

Mise en ligne : 9 octobre 2014

Texte de l'article :

La France est désormais dotée d’un système opérationnel pour les repentis, appelés aussi les collaborateurs de justice voire les "balances" dans les affaires de criminalité organisée. Selon nos informations, la commission chargée de gérer ces repentis s’est réunie pour la première fois il y a quinze jours. Elle fonctionne de manière confidentielle.

Ce système voté en 2004 mais validé uniquement en mars dernier par un décret est inédit en France. Il est essentiel dans la lutte contre la criminalité organisée.

Une nouvelle identité

Les JIRS, juridictions interrégionales spécialisées dans la lutte contre la criminalité organisée, ont tout juste dix ans. Christiane Taubira, la garde des Sceaux, doit conclure vendredi à Marseille un colloque sur les 10 ans des JIRS.

Charles Duchaine, le juge marseillais à la tête de l’Agence de confiscation des avoirs criminels, souligne que le système est extrêmement nouveau pour la France. "C’est dans le jargon commun, ce qu’on pourrait appeler des balances. Le but n’est pas d’en faire des assistés mais de les remettre dans le circuit en leur donnant un travail et une vie sociale. La loi prévoit même que l’on peut leur conférer une nouvelle identité pour les protéger", explique-t-il.

La protection et la nouvelle vie des repentis coûtent chères, mais ils devraient être pris en charge par l’Agence qui confisque les biens des criminels. "Il est envisagé d’y consacrer une somme de 900.000 euros sur deux ans d’une façon expérimentale", ajoute-t-il. Avec cette enveloppe, il sera possible de financer neuf repentis par an avec à chaque fois dans des enquêtes de criminalité organisée. 

{mini}