13502 articles - 12253 brèves

JE PLAIDE COUPABLE

Mise en ligne : 11 November 2012

Dernière modification : 11 November 2012

Texte d’Annette Foëx (Nanoche) Compagne de l’ancien Prisonnier Louis PEREGO. Annette cherche un(-e) compagn(-on/-e) de route musicien(-ne)

Texte de l'article :

JE PLAIDE COUPABLE

 

Quand un homme tombe en prison
L’est pas tout seul dans la galère
C’est toute la famille qu’on incarcère
Ce soir je plaide coupable
Pour la femme irraisonnable
Qui n’écoute que sa passion
Et accompagne l’homme en prison
 Elle se ronge de l’intérieur /
 Celle qui reste à l’extérieur / bis

1)
Assise à un bar
Devant un café noir
Une femme surprend
Un souvenir flottant
A la surface
De sa tasse
Café brûlant
Souvenir tout autant
C’était il y a
Il était une fois
Un homme prisonnier
Depuis tant d’années
Un jour un grand jour
Il fut libéré
Elle alla le chercher
A la tombée du jour
Ils se tombèrent dans les bras
Riant pleurant de joie
Mon amour tu es là
Non je n’y crois pas
Serre-moi serre-moi fort
Ne lâche plus mon corps
Cette nuit est si belle
Cachons-nous dans un p’tit hôtel

Refrain :
Lit liberté
Ils s’y étaient jetés
Dans ce lit tendu
A leur corps éperdus
Lit liberté
Liberté attendue
Tant et tant d’années
Lit liberté

2)
Assise en terrasse
Devant son caoua
La femme revoit
L’hôtel sur la place
Ce lit qui les cueillit
Éblouis ébahis
De ne pas être morts
D’être ensemble encore
Cette nuit de liesse
Leur rendait le droit
D’baiser sans qu’une loi
N’interdise leurs caresses
Mais ils furent surpris
Par tant de manque au creux du lit
Qui ne les lâchait point
La prison n’était pas assez loin

3)
La femme termine son café
La gorge serrée
Tant de manque l’étreint
La prison ne s’ra jamais assez loin
Trop d’hommes trop de femmes
Trop longtemps séparés
Ça fait combien d’âmes
Désemparées
Tous les deux c’est du bol
Ils en sont sortis
Le prix d’ces années folles
Est affiché dans un cri
Le cri qu’elle entend /
Enfermé mais vivant /
Le cri condamné /
A perpétuité / bis

Quand un homme tombe en prison
L’est pas tout seul dans la galère
C’est toute la famille qu’on incarcère
Ce soir je plaide coupable
Pour la femme irraisonnable
Qui n’écoute que sa passion
Et accompagne l’homme en prison
Elle se ronge de l’intérieur /
Celle qui reste à l’extérieur / bis 

La femme s’est levée
Elle s’est éloignée
Un cri s’est noyé
Dans un p’tit café

 

Nanoche