13511 articles - 12253 brèves

La folie en prison

Documentaire produit par Image et Compagnie, avec la participation de France Televisions, 2011

Mise en ligne : 5 July 2012

Dernière modification : 5 July 2012

En France, on considere que 40 % des detenus sont deprimes, que 55% sont anxieux et 10% ont des troubles psychiques severes. Un taux vingt fois plus eleve que dans la population normale. Pour faire face, la justice a mis en place des centres SMPR (Service Medico Psychiatrique regional) ou se cotoient les mondes de la sante et de la justice. Il existe 26 centres de ce genre pour 191 prisons. Autant dire que leur nombre est insuffisant, alors que les hopitaux psychiatriques ne veulent pas des detenus atteints de troubles. Pour etre pris en charge par ces centres, il faut etre volontaire. Ce film propose un voyage aupres de ces hommes qui purgent une double peine : malades psychiques et prisonniers de droit commun, des hommes aux confins de notre societe, des hommes que la societe enferme pour ne pas les voir. Serge Moati nous emmene au Centre penitentiare de Poitiers-Vivonne...

Type de document :
  • Documentaire
Auteurs :
  • Moati
  • Cohen
Informations complémentaires :
Mes questions sur...
En savoir plus
Après s’être interrogé en 2008 sur la folie, Serge Moati reprend son bâton de pèlerin pour s’intéresser à la folie en prison. Comment l’univers carcéral prend-il en charge la maladie mentale  ? Pourquoi la société relègue-t-elle derrière les murs ses « indésirables  »  ?

Dans les 191 prisons que compte l’Hexagone, la folie monte. A en croire les statistiques, 40 % des détenus seraient déprimés, 55 % anxieux, 10 % souffriraient de troubles dits psychologiques. Est-ce l’enfermement qui rend malade  ? Ou est-ce la maladie mentale qui conduit en prison  ? Pour tenter de répondre à ces interrogations, Serge Moati s’est rendu au service médico-psychologique régional (SMPR) du centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne. Reçu dès son arrivée par un médecin, chaque détenu qui en fait la demande a la possibilité, en fonction des places disponibles, d’y être suivi durant son incarcération. En consultation avec le Dr Daban, psychiatre, un homme raconte ce qui l’a conduit derrière les barreaux. Un scénario à la James Bond, où il est question de valises diplomatiques dérobées, d’un attentat déjoué à l’arsenal de Toulon, de services secrets britanniques sur les dents et d’une conspiration pour le faire taire. Bien qu’un diagnostic de psychose de type schizophrénique paranoïde ait été porté sur son état, pour ce dernier la vérité est ailleurs : « Vous êtes complètement à côté de la plaque, Mme Daban, et je vais vous donner un conseil devant M. Moati : faites-vous suivre. Pour moi, vous avez un problème : vous refusez de croire à la réalité, vous êtes lobotomisée par la télévision, vous êtes manipulée.  » A peine a-t-il tourné les talons que cette dernière interroge : «  Que fait ce garçon en prison  ? (…) Cela pose aussi la question de la présence du malade en détention, puisque lui refuse tout traitement, toute admission au SMPR, tout suivi psychologique ou psychiatrique.  » Une question d’autant plus inquiétante qu’un jour il recouvrera la liberté et que «  l’on se heurte au refus de tous les collègues de prendre en charge les patients à leur sortie, même s’ils relèvent d’une hospitalisation  », pointe la psychiatre Christiane de Beaurepaire, ancienne chef de service du SMPR de Fresnes. «  Ils n’ont pas d’argent, pas de CMU, pas de papiers, pas de famille : qui va les prendre ? La rue.  »

Les dérives d’un système

A l’origine, les vingt-six SMPR, créés en 1986 et gérés par le ministère de la Santé, répondaient au besoin de suivre au sein des établissements pénitentiaires «  les gens déprimés, anxieux et parfois délirants  » : «  On s’est aperçu ensuite, tempête le Dr Beaurepaire, qu’ils rendaient pas mal de services et il y a eu un dévoiement de l’objectif. C’est-à-dire que l’on s’est dit que puisqu’il y a des psychiatres et des personnels médicaux en prison, on allait pouvoir y envoyer de plus en plus de personnes qui emmerdent le monde à l’extérieur. (…) Avec un prix de journée à 80 euros en détention, contre 800 euros pour des soins à l’extérieur, vous comprenez bien que cela fait réfléchir.  » La logique comptable n’est pas seule en cause.
En demande d’une protection maximale contre la dangerosité potentielle des malades mentaux, la société attend que les institutions, et d’abord la justice, la protègent. Vice-président du tribunal de grande instance de Paris, Serge Portelli déplore le manque d’experts psychiatriques, «  payés comme des femmes de ménage  », qui pousse à rendre pénalement responsables des personnes malades : «  J’ai longtemps cru que l’on mettait les fous en prison par erreur. Je ne le crois plus. Je crois qu’on les met en prison parce que l’on a envie qu’ils y aillent. La prison est devenue un lieu d’enfermement du fou comme un autre.  » Rappelant qu’il y a «  sept fois plus de schizophrènes en prison que dans la population générale, vingt fois plus de psychoses maniaco-dépressives, des démences d’Alzheimer en veux-tu en voilà  », Christiane de Beaurepaire constate, amère : «  L’opinion publique applaudit au fait que, finalement, tous ceux qui risquent de troubler l’ordre public et la sécurité du citoyen se retrouvent en taule.  »

Christine Guillemeau

Les invités du débat Après la diffusion du documentaire, Carole Gaessler reçoit le Dr Roland Coutanceau, psychiatre criminologue, expert psychiatre près la cour d’appel de Versailles, et Gabriel Mouesca, ancien président de l’Observatoire international des prisons, coauteur de "La prison doit changer, la prison va changer” avait-il dit (Flammarion).

Évènements associés :
  • 18 july.
    01h20 à 02h10
    Documentaire
    Télévision
    France 5

  • 5 july.
    14h40 à 15h45
    Documentaire
    Télévision
    France 5