14142 articles - 12260 brèves

(2009) Une marche silencieuse en hommage à Mehdi, mort en prison

Mise en ligne : 1 November 2009

Texte de l'article :

Une marche silencieuse en hommage à Mehdi, mort en prison Publié le lundi 26 octobre 2009 à 06h00

Ses amis et sa famille ont organisé hier une marche silencieuse en mémoire de Mehdi, décédé en prison dans la nuit de lundi à mardi, avant de se recueillir devant l’église St-Piat. Près d’une centaine de personnes ont rendu hommage à Mehdi. Sa maman, épaulée et entourée du frère et de la soeur de Mehdi, a pu compter sur le soutien de tous ses amis. Son meilleur ami portait la photo de Mehdi durant la marche.

Ses amis voulaient lui rendre hommage. Sa famille s’est associée à cette marche organisée hier à 13h, au départ de l’église Saint-Piat. Mehdi, jeune Roncquois de 23 ans est décédé à la prison de Loos, dans sa cellule dans la nuit de lundi à mardi dernier, alors qu’il ne lui restait qu’une semaine à faire et purger ses deux mois de prison. Dans le respect, ses amis ont organisé une marche qui a conduit la centaine de personnes de l’église au domicile de Mehdi, rue Jeanne d’Arc avant de retourner devant l’église pour s’y recueillir. « On va marcher en pensant à lui, explique l’un de ses proches amis, Renaud Rousselle. On était souvent sur cette place. On fait le chemin qu’il faisait tout le temps, c’est un vrai hommage qu’on lui rend ». Un hommage qui a profondément ému la maman de Mehdi, ainsi que son frère et sa soeur. « C’est vraiment très fort, témoigne sa mère. Nous avons reçu un soutien énorme de la part de tous ses amis. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde. Je veux vraiment tous les remercier pour le soutien qu’ils nous apportent. Mehdi est aujourd’hui un ange, qu’il repose en paix ».

Après s’être recueillis de longues minutes devant la photo de Mehdi, aux portes de l’église Saint-Piat, tous sont repartis dans le calme.

Pour ses amis et ses proches, des doutes subsistent toujours sur les causes de sa mort. Les résultats de l’autopsie ne devraient être connus au mieux qu’aujourd’hui. « Bien sûr, je préférerais que ce soit une mort naturelle, confie encore sa maman. Mais je vis un mauvais rêve, ce n’est pas possible ».

Pour ses plus proches amis, la suspicion vient aussi de ces lettres qu’il a envoyé les jours précédant son décès. À l’un d’entre eux, il aurait ainsi expliqué que « cette peine lui faisait mal à la tête ». Dans ces lettres, il y évoquerait des brimades reçues. L’absence du codétenu, en permission « ce jour là », et le fait qu’il se retrouve seul en cellule au moment de sa mort, est également « suspect », aux yeux de ses amis. Une enquête est en cours au commissariat de Lille, sous l’égide d’un juge d’instruction du tribunal de Lille, pour déterminer les causes exactes de sa mort.

Source : Nord Eclair http://www.nordeclair.fr/Locales/Ha... FLORENT STEINLING > florent.steinling@nordeclair.fr