14142 articles - 12260 brèves

(2009) Suicide d’un détenu de 26 ans à la maison d’arrêt de Rennes

Mise en ligne : 16 July 2009

Texte de l'article :

Suicide d’un détenu de 26 ans à la maison d’arrêt de Rennes

C’est la troisième fois, depuis le début de l’année, que des détenus mettent fin à leur jour par suicide à la maison d’arrêt de Rennes. : Jean-Michel Niester

Un homme de 26 ans, détenu à la maison d’arrêt de Rennes, s’est suicidé dans la nuit de dimanche à lundi. Placé en quartier disciplinaire pour avoir saccagé sa précédente cellule, il s’est pendu. Des surveillants ont pu intervenir et le détacher. Il est décédé peu après à l’hôpital. C’est la troisième fois, depuis le début de l’année, que des détenus mettent fin à leur jour à la maison d’arrêt de Rennes

Source : Ouest France

Un détenu de 26 ans se suicide à la maison d’arrêt de Rennes
Publié le 14 juillet 2009 à 04h06. Actualisé le 13 juillet 2009 à 19h58.

Incarcéré jeudi soir, un homme de 26 ans s’est pendu dimanche soir à la
maison d’arrêt Jacques-Cartier. C’est le troisième suicide depuis le
début de l’année au sein de la prison rennaise.

Un détenu de la maison d’arrêt Jacques-Cartier de Rennes est décédé, ce
lundi matin, à l’hôpital de Rennes. Dimanche après-midi, cet homme de 26
ans avait été transféré dans un état critique après s’être pendu avec
les draps de son lit dans sa cellule. Ce jeune homme était emprisonné à
Rennes depuis trois jours. "Il avait été placé en quartier disciplinaire
pour avoir saccagé sa cellule, livre Eric Le Moine, du syndicat CGT
pénitentiaire. Il avait essayé de se suicider à plusieurs reprises.
Lorsque les agents pénitentiaires sont arrivés dans la cellule, ils
l’ont ranimé mais il est décédé à l’hôpital."

Le jeune homme avait été arrêté mercredi soir par une quinzaine de
gendarmes à Tremblay (35). Il avait fallu le renfort d’un hélicoptère
pour l’interpeller. Il était recherché pour ne pas avoir réintégré la
maison d’arrêt de Caen, lors d’une permission de sortie mi-juin. Durant
sa cavale, il avait commis six vols de véhicules et de scooters, un
cambriolage, des coups et blessures etc.

Heures supplémentaires et surpopulation

C’est le troisième suicide de l’année 2009 constaté à la maison d’arrêt
de Rennes. En janvier, un jeune homme de 23 ans, soupçonné de l’homicide
d’une dame de 75 ans domiciliée à Plouguiel dans les Côtes d’Armor,
avait également mis fin ses jours.

Début mai, un détenu du centre médico-psychologique s’était suicidé en
se servant de ses lacets. Cet homme de 38 ans était soupçonné d’avoir
tué ses patrons en avril 2008 à Guignen.

La maison d’arrêt Jacques-Cartier accueille actuellement environ 500
détenus pour une capacité de 302 places. Eric Le Moine dénonce "le
manque de moyens humains. Chaque mois, les agents font une quarantaine
d’heures supplémentaires. A cela s’ajoute la surpopulation carcérale.
Tous ces éléments sont à prendre en compte lorsqu’il y a des suicides.
Certains détenus n’ont rien à faire dans des prisons. Le détenu de
Rennes qui vient de se suicider était extrêmement énervé avant de mettre
fin à ses jours. Certains détenus relèvent davantage de la psy que du
pénitentiaire." Construite en 1904, la prison des hommes de Rennes vit
ses derniers mois. Fort de 700 places, le nouveau centre pénitentiaire
de Vézin-le-Coquet ouvrira ses portes au printemps prochain.
C.S et E.B.M

Source : Le Mensuel de Rennes