14126 articles - 12260 brèves

Arrêt des sanctions contre Yves Peirat (comité de soutien Yves Peirat)

Mise en ligne : 7 October 2002

Dernière modification : 15 August 2010

Pour la liberté d’expression des personnes détenues.

Texte de l'article :

Yves Peirat, condamné à 5 ans d’emprisonnement dans le cadre de l’affaire FTP (séries d’action de sabotage contre des locaux du FN) est placé en quartier d’isolement depuis le mardi 21er octobre au sein de Salon de Provence.

A l’origine de cette affaire, un texte que Yves Peirat a écrit avoir écrit
et affiché au sein du centre de détention.

Celui-ci dénonce les mauvaises conditions de détention, demande la
suspension de peine pour les détenus gravement malades, exige la
reconnaissance du droit du travail et syndical pour les personnes détenues.
Il dénonce également des dysfonctionnements au sein du centre de détention de Salon en matière de politique de réinsertion.

Yves Peirat a été placé en quartier d’isolement et doit passer devant la
commission de discipline vendredi 4 octobre à 10h. Selon nos informations, cette commission pourrait décider son transfert dans les jours qui viennent dans un autre centre de détention.

La direction de la prison ainsi que l’Administration centrale pénitentiaire
ont ainsi sanctionné ce détenu pour avoir exercé sa liberté d’expression et
dénoncé les conditions de vie des personnes incarcérées. A l’heure où le
maintien en détention des personnes gravement malades est discuté, au moment où Maurice Papon est libéré pour ces motifs, l’Administration pénitentiaire dénie aux prisonniers le simple droit de s’exprimer librement.

Yves Peirat pouvait espérer une libération conditionnelle courant janvier
2003 et avait obtenu une permission de sortie de plusieurs jours à la
mi-octobre et une autre de cinq jours en décembre. Aujourd’hui tout peut
être remis en cause lors de la commission de discipline.

Nous demandons :

  • la sortie immédiate de Yves Peirat du quartier d’isolement ;
  • l’assurance qu’aucune sanction ne sera prise à son encontre, y compris
    pour sa permission de sortie prévue depuis longtemps ;
  • la liberté d’expression pour les détenus.

Marseille, le 02 octobre 2002
Les amis de Yves Peirat et le comité de soutien à Yves Peirat.