14123 articles - 12260 brèves

CGT : Occupation de leur service par les travailleurs sociaux de l’administration pénitentiaire du SPIP del a Vienne

Mise en ligne : 15 May 2009

Texte de l'article :

CGT Pénitentiaire

OCCUPATION DE LEUR SERVICE PAR LES TRAVAILLEURS SOCIAUX DE l’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE DU SPIP DE LA VIENNE.

 A l’appel des organisations syndicales CGT, CFDT et Solidaires, la totalité des travailleurs sociaux du SPIP de la Vienne ont décidé de reprendre la mobilisation initiée il y a un an en faveur d’une revalorisation statutaire.

 Ils ont pu constater que leur mouvement avait abouti à ce que l’administration finisse par envisager une amélioration indiciaire alors même qu’elle qualifiait cette revendication de tout à fait irréaliste, impossible…

 Voila bien la preuve que seul le rapport de force peut nous permettre d’obtenir ce qui nous est dû.

 En revanche, dans une honteuse tentative d’escroquerie, le projet de réforme statutaire a été assorti de contreparties aussi surréalistes qu’inacceptables :
 ? Soumission à l’article 10 caractérisée par le retrait du bénéfice des 35 heures.
 ? Instauration des primes modulables essentiellement liées « au mérite ».
 ? Transformation de notre métier par l’abandon total des missions sociales-éducatives au profit d’une approche pénale-criminologique nous transformant en contrôleurs et gestionnaires de flux des publics « Placés sous main de justice ».

 Attachés à la préservation de notre identité professionnelle de travailleurs sociaux,
 Refusant de devenir de nouveaux acteurs de la politique sécuritaire et répressive du gouvernement,
 Excluant d’être encore davantage taillables et corvéables à merci et fermement opposés à une logique de concurrence entre collègues.

NOUS EXIGEONS :

 ? Des garanties immédiates quant à la revalorisation statutaire, avec une application dans les meilleurs délais.
 ? L’abandon de toutes les contreparties imposées : modularité des primes, article 10, considérations sur le « cœur de métier », scission des missions entre Conseillers d’insertion et de probation et Assistants de service social….
 ? Les moyens en personnels nous permettant d’assurer une qualité de travail compromise par l’augmentation incessante du nombre de « Personnes placées sous main de justice » (tant à l’intérieur des prisons qu’à l’extérieur) et par la multiplication des nouvelles missions et tâches qui nous sont imposées.
 ? La prise en compte de nos avis en ce qui concerne les projets de réformes en cours, tant des méthodologies professionnelles que des réorganisations des services. La mise en œuvre de concepts tels que « Segmentations des suivis, prises en charges différenciées, impact sur les process-transvers (?), mises en œuvre de redéploiements »… suscitent les plus vives inquiétudes quant à un avenir que l’on nous annonce proche !

 Prenant acte de l’attitude scandaleusement méprisante de l’administration pénitentiaire qui accepte de « dialoguer » avec une seule organisation syndicale non majoritaire qui porte et qui défend l’ensemble de ces perspectives,

Les travailleurs sociaux du SPIP de la Vienne ont décidé d’occuper les locaux du SPIP de la Vienne (12, rue Arthur Ranc ) à compter du mercredi 13 mai 2009 à 18 heures.

 Cette modalité d’action que d’autres viendront enrichir dans les jours qui suivent est donc constitutive de la reprise du mouvement auquel nous appelons à s’associer tous nos collègues des SPIP mais également des autres catégories professionnelles de l’administration pénitentiaire, en définissant comme nous l’avons fait, leurs propres modalités d’action.
 En effet, toutes les catégories de personnels de l’administration pénitentiaire, quelle que soit leur place, subissent les effets d’une politique pénale et pénitentiaire irresponsable, qui outre l’irrespect des publics suivis, induit des conditions de travail et de vie de plus en plus insupportables.
 Notre action rejoint également celles des autres travailleurs sociaux et notamment ceux du Conseil Général de la Vienne, mais aussi celle des enseignants, des chercheurs, des professionnels de santé… tous ceux qui sont aujourd’hui mobilisés car touchés par le démantèlement du service du public.
 Notre action veut s’inscrire aussi en solidarité avec eux.
 
Poitiers le 13 mai 2009.

Contacts : 05 49 30 80 04 ; 05 49 30 80 07 ; 05 49 30 80 03