14126 articles - 12260 brèves

Prisons : la vérité sur la santé des détenus

Le point sur la santé mentale des personnes incarcérées

Mise en ligne : 20 April 2009

Dernière modification : 9 November 2009

émission de novembre 2008 du site Canal Académie, avec la participation de deux psychiatres

En savoir plus
Texte de l'article :

 

Carences graves en matière d’hygiène, absence de permanence médicale, insuffisance de prise en charge psychiatrique : tel est le constat fait par l’Académie nationale de médecine au sujet des prisons en France. La prison est-elle bien le bon endroit pour ces 25 % de détenus qui présentent de graves troubles psychiatriques ? Faut-il développer le nombre de places en prison ou celles en psychiatrie ?
 
Mise au point sur la santé mentale des prisonniers, avec Marc Gentilini et Jean-Pierre Olié.
 
Marc Gentilini est médecin, ancien président de la Croix Rouge, président pour l’année 2008 de l’Académie nationale de médecine, coordinateur du rapport « La santé en prison ».
Jean-Pierre Olié est chef du service de santé mentale et de thérapeutique de l’hôpital Sainte-Anne, à Paris, et expert national agréé près la Cour de cassation.
 
La prison : « établissement clos aménagé pour recevoir des délinquants condamnés à une peine privative de liberté ou des prévenus en instance de jugement », nous apprend Le Robert.
Dans les faits, en France, c’est 63 185 détenus au 1er octobre 2008 pour moins de 51 000 places, et un nombre moyen de trois détenus par cellule de 15 m2.
 
Ces détenus purgent des peines relatives à leurs crimes, par décision de justice. Mais dans quelles conditions ?
L’Académie nationale de médecine, dans son rapport datée du 21 octobre 2008, constate :
 - des carences graves de l’hygiène,
 - l’absence de permanence médicale (la nuit et le week-end),
 - la transgression fréquente du secret médical,
 - l’insuffisance de prise en charge psychiatrique (25 % des détenus présentent de graves troubles).
 
Quelque 96 % des détenus sont des hommes qui, s’ils ne sont pas des enfants de chœur, sont vulnérables : en effet, 25 % d’entre eux présentent des troubles mentaux, dont la moitié sont schizophrènes. Alors que la schizophrénie concerne 1 % de la population française, elle touche 13 % de la population carcérale.
 
Dans certains cas, la prison est un élément révélateur de la vulnérabilité de ses détenus-malades. Car si les schizophrènes ont beaucoup de mal à communiquer avec l’extérieur, paradoxalement, ils ne supportent pas d’être coupés du monde extérieur.
Parallèlement, on observe aujourd’hui une nette réduction « d’irresponsabilité pour motif psychiatrique ». « Non pas parce que les experts ne savent plus faire de diagnostics, comme le précise Jean-Pierre Olié , mais parce qu’ils considèrent de plus en plus que la schizophrénie n’est pas un motif d’irresponsabilité… Responsable pourquoi pas, mais coupable, c’est une autre chose… ».

Outre la question de la responsabilité, une réalité malheureusement plus pragmatique est aussi à prendre en compte : les hôpitaux psychiatriques manquant de moyens, les incarcérations sont plus nombreuses. « Il y a des malades mentaux qui n’ont rien à faire en prison et le scandale, aujourd’hui, c’est que bon nombre de détenus sont des malades mentaux », assure le psychiatre Jean-Pierre Olié.
 
L’accès aux soins en maison d’arrêt et ses limites
 
Marc Gentilini le rappelle, l’accès aux soins dans les maisons d’arrêt existe depuis la promulgation de la loi de 1994 ; « une loi révolutionnaire pour l’époque, affirme-t-il. L’ennui, c’est qu’elle a été abandonnée progressivement, faute de moyens souvent, faute de volonté parfois ». C’est aussi à partir de cette loi que la responsabilité de la santé des détenus est passée du ministère de la Justice au ministère de la Santé.
Mais pour des soins spécifiques, le traitement des prisonniers reste difficile. « Pour des soins spécialisés, il faut prévoir une escorte accompagnant le prisonnier vers un hôpital », explique Marc Gentilini. Or, cette escorte ne dépend plus de la Santé mais de la Justice. Le lien entre les deux est chaotique sur un plan administratif et très coûteux.
Moins d’un établissement pénitentiaire sur cinq dispose d’une unité psychiatrique. Lorsqu’il n’existe pas de structures médico-pénitentiaires, les hôpitaux psychiatriques doivent en théorie accueillir les prisonniers malades... Mais aucune enquête n’a été diligentée pour en connaître le fonctionnement réel.
 
Suicides et tentatives de suicide : le symbole d’un malaise
 
« Il ne faut pas être obnubilé par les suicides », précise Jean-Pierre Olié, « mais il est évident que c’est un indicateur de mal-être ». Les tentatives de suicide interviennent le plus souvent au début de l’internement, lorsque des sujets en grande précarité au dehors sont brutalement privés de liberté. Ils ne « supportent pas cette mise à l’index », précise-t-il. Parallèlement à cette « première vague », il y a les suicides qui interviennent après dégradation de l’état psychologique, ceux qu’il faut prévoir.
En 2002-2003, l’autorité pénitentiaire s’est préoccupée du suicide. Après la mise en place d’actions de prévention, le taux de mortalité du suicide a diminué de moitié (passant de 30/10 000 en 2003 à 15/10 000 en 2008). Il faut poursuivre en ce sens.
 
Bracelet électronique ou enfermement : que voulons-nous ?
 
Faut-il enfermer pour punir ? Depuis 1976, Marc Gentilini croit à l’alternative du bracelet électronique. Mais la société est-elle prête ? Pour Jean-Pierre Olié, nous semblons actuellement de moins en moins tolérants. Voulons-nous des prisons qui occultent des individus dérangeants ? Ou des prisons qui, en plus de protéger la société, feraient en sorte de traiter humainement les détenus et rendraient possible un retour à une vie normale ? Là réside l’ambiguïté des actions gouvernementales qui se succèdent depuis longtemps.
 
Autre débat : l’incarcération des mineurs.
 
Marc Gentilini, qui s’est rendu plusieurs fois en prison pour rencontrer les détenus et notamment des adolescents, remarque chez ces derniers une grande privation d’affection, qui les amène à commettre parfois l’irréparable… Ils ont besoin de sanctions, estime Marc Gentilini mais, rappelle-t-il, c’est toute une génération qui est ainsi « cassée », très mal partie pour se réinsérer dans la vie. Et Jean-Pierre Olié de réaffirmer : « On ne construit pas des êtres avec de grandes capacités d’adaptation dans le milieu carcéral… »
 
Ne pas oublier les victimes
 
Marc Gentilini et Jean-Pierre Olié sont d’accord sur ce point : le désir de « justice » ou de « vengeance » s’atténue chez la victime lorsque le criminel demande pardon avec sincérité. Les mots sont difficiles à entendre, à accepter, mais ils permettent d’entamer une sorte de deuil pour la victime et ses proches.
Quant aux récidivistes (viols, meurtres, crimes d’enfant), le taux est très bas. « Quand il y a un cas, il est évidemment de trop, mais on ne peut pas sous ce prétexte enfermer tout le monde », affirme Jean-Pierre Olié, ce qui serait bien sûr intolérable ; il ne faut cependant pas perdre de vue que cela reste heureusement des exceptions.
 
Un nécessaire travail de réinsertion
 
Philippe Caudron, membre du Mouvement pour la réinsertion sociale des sortants de prison (MRS), et l’un des rédacteurs du rapport « La santé en prison », écrit ceci : « Les anciens détenus souffrent de dépendances à l’alcool, d’usage de stupéfiants, d’illettrisme, de rupture familiale, d’absence de ressources. […] Trop nombreux sont les détenus qui sortent sans carte d’identité et, de ce fait, ne sont pas inscrits aux Assédic, à l’ANPE, à la CMU… Souvent, il n’existe pas de prolongement immédiat des suivis psychologiques initiés en prison. De ce fait, la réinsertion devient très aléatoire ».
 
Pour Jean-Pierre Olié, il faut « réintroduire de la continuité sans pour autant les mettre en position d’assisté, pour les aider à se préparer à l’étape suivante qu’est la sortie ».
Le souhait du psychiatre est simple : « J’aimerais que douze mois avant la sortie d’un détenu, il y ait un programme social et psychologique de rééducation pour ne pas qu’il soit lâché dans la nature ».
 
Dans le même état d’esprit, Marc Gentilini aimerait la mise en place de petits mobile-homes à proximité des prisons ; des centres d’accueil pour abriter les anciens prisonniers, dont les sorties ont lieu le plus souvent tard le soir, et les épauler jusqu’à une réinsertion provisoire. En cela, l’Académie nationale de médecine pense à la mise en place de tutorats, reposant sur le principe du bénévolat et proposés par des personnes formées pour répondre aux attentes de ces anciens détenus.
 
Et Marc Gentilini de terminer avec une mise en garde : « Les ministres de la Santé et de la Justice ont de la chance : nous sommes en novembre 2008, les prisons sont pleines, la situation est tendue, mais il n’y a pas de grande émeute pour l’instant. Il faut savoir qu’à tout moment, la situation peut exploser ».