14142 articles - 12260 brèves

KAMO Société Caraïbéenne de Psychiatrie et de Psychologie Légales

2009 N°1 KAMO La criminologie en question

Mise en ligne : 8 February 2009

Texte de l'article :

LA CRIMINOLOGIE EN QUESTION

Dans le cadre de la préparation et de la discussion de la loi du 25 février 2008 sur la rétention de sûreté, les parlementaires avaient introduit la notion de prise en charge criminologique s’ajoutant aux prises en charges médicale, éducative, psychologique et sociale.
Finalement, les parlementaires ont considéré que les connaissances étaient insuffisantes pour envisager une prise en charge criminologique.
Lorsque l’on parle de dangerosité, il est d’usage de différencier dangerosités psychiatriques et criminologiques, surtout de la part des psychiatres prudents qui n’ont guère envie de se voir entraîner dans un domaine qui n’est pas de leur compétence initiale.
Toutefois, étant donné le contexte sécuritaire de notre société, le débat relatif à la criminologie est actif actuellement et des points de vue très différents s’expriment autour de la criminologie. Les lecteurs de Kamo trouveront dans les pages qui suivent l’annonce d’un colloque organisé le 3 février 2009 par P-Y Tournier, son argument et le programme. Suivra un texte d’enseignants et de chercheurs qui interrogent cette démarche puis un appel de professionnels répondant à ce texte.
Socapsyleg qui n’hésite pas à signer pétitions ou à s’engager sans ambiguïté sur certains thèmes ne peut prendre position dans ce débat. L’éloignement de l’agitation métropolitaine ne lui permet pas de percevoir clairement les enjeux de ces guerres picrocholines bien que les arguments avancés le sont par des professionnels compétents et reconnus.
Les lecteurs intéressés par l’actualité de la criminologie pourront aussi se référer à la lettre d’information n°5 de l’Association Française de Criminologie, disponible sur le site www.afc-assoc.org (page d’accueil : AFC Info, cliquer sur Numéro de juillet 2008).
La newsletter n° 7 de janvier 2009 du site CrimSo, signé de Loick Villerbu fait état du colloque du 3 février 2009. La lettre peut être lue ou téléchargée sur le site http://www.uhb. fr/sc_humaines/CrimSo/. Les époques de transition ne seraient elles pas permanentes ? (cf. ci-dessous). Justifient-elles de tout essayer, notamment les centres de rétention de sûreté et la confusion peine/mesures de sûreté quand il s’agit de privation de liberté ?

Tout le monde a constaté que le problème de la récidive se posait à peine dans notre ancienne France : Faut-il s’en étonner ? Il fut un temps où l’on pendait les gens pour leur premier vol
R. Saleilles « L’individualisation de la peine », 1898

Nous sommes à une époque de transition où les idées se troublent, où les notions traditionnelles ne suffisent plus à personne et où cependant il est impossible d’attendre, pour essayer d’autre chose, qu’une idée nouvelle ait été solidement démontrée et universellement reconnue
R. Saleilles « L’individualisation de la peine », 1898