14142 articles - 12260 brèves
> Edito

Au nom des familles de détenus

Mise en ligne : 6 January 2009

Dernière modification : 9 January 2009

Texte de l'article :

Depuis le début de l’année, nous avons déjà dénombré 2 suicides et morts suspectes dans les Prisons Françaises. Le chiffre officiel de l’année dernière, dont nous savons qu’il n’est pas vrai compte tenu de l’opacité qui l’entoure, serait de 115.

Chaque mort est un mort de trop, et au-delà des chiffres il faut rappeler que nous parlons d’êtres humains, mourant injustement dans le désespoir absolu d’une cellule de prison. Faut-il rappeler aussi la souffrance engendrée derrière à tous les proches, et qu’ils sont tous victimes du système ?

Nous les proches, exigeons la vérité sur tous les morts, il relève de la responsabilité de l’état Français d’assumer puisque ces personnes étaient placées sous sa garde. Nous demandons aux services concernées de communiquer toute la vérité aux proches, médias et associations et de cesser le dénigrement systématique de la personne décédée, car régulièrement des informations sont données sur les raisons de sa condamnation pour éluder le vrai problème : les informations sur les circonstances de sa mort.

Nous en avons assez du mépris de l’Administration Pénitentiaire et du Ministère de la Justice. Il est temps que l’on nous communique les vrais chiffres et circonstances, avec les prisons concernées, les lieux et moments, ainsi que toutes les données sur les morts hors les murs. Et évidemment il serait temps de savoir combien de tentatives de suicides il y a réellement, et combien sont déjouées ?
 
Cette demande concerne aussi la vérité sur les prisons mouroirs, ces détenu(e)s malades qui iront finir d’agoniser à l’extérieur ou donneront leur dernier souffle dans nos prisons indignes et surnommées à juste titre honte de la république. Ne les oublions pas eux aussi !

Tant que cela ne sera pas ainsi, les morts continueront de s’amonceler sans que rien ne change. L’indignation à chaque cas n’est que passagère, et la vie médiatique ou politique qui sait nous pondre des rapports inutiles avec des mesurettes reprennent leurs cours...alors que si la vérité et toutes les données étaient connues, ce problème pourrait être traité efficacement avec les vraies mesures qui s’imposent.

Nous, ces familles endeuillées, n’en pouvons plus, chaque mort de plus est notre proche qui meurt à nouveau ! Notre désespoir et notre colère grandissent, il faudra bien un jour y répondre avec justice et vérité au delà du mépris et du mensonge habituels.

Nadia SOLTANI
Secrétaire Générale - Représentante Rhône Alpes, des familles et des personnes incarcérées.