14126 articles - 12260 brèves

Ministère de la Justice

(2007-12) Déplacement du ministre à la Maison Centrale de Poissy

Mise en ligne : 18 December 2007

Texte de l'article :

Déplacement du ministre à la Maison Centrale de Poissy

Une visite centrée sur la détention des personnes condamnées à de longues peines
Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la Justice s’est rendue, le vendredi 15 décembre, à la Maison Centrale de Poissy. Seule Maison Centrale en région parisienne, elle réunit les caractéristiques générales d’évolution de la population pénale : allongement de la durée des peines, présence de personnes handicapées, et vieillissement des personnes détenues.

Le ministre, visitant tout d’abord l’atelier vidéo, a interrogé l’animateur : "quel est le but de cet atelier ?","combien de personnes y participent ?". L’animateur a répondu que l’atelier touche cinq à six personnes. La directrice de l’établissement Nadine Picquet, a précisé qu’il a un but de réinsertion indiquant que les détenus sont en train de réaliser un film sur des thèmes "qui s’adressent à tout le monde" comme par exemple la difficulté à retrouver un emploi.

Rachida Dati a pu découvrir, quelques salles plus loin, une maquette en pierres représentant l’Eglise de la ville de Poissy. Le ministre a salué l’engagement de l’intervenante extérieure en faveur des personnes détenues et l’a interrogée sur sa motivation.

Visitant ensuite l’unité sanitaire (accueillant les personnes condamnées ayant une dépendance ou un handicap), le Garde des Sceaux a été questionné par une représentante du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) sur les évolutions envisagées afin de permettre aux détenus d’obtenir plus facilement des aides sociales. "La loi pénitentiaire devrait faciliter leur obtention" a répondu le ministre soulignant "la possibilité pour les détenus d’élire domicile - au niveau juridique - dans l’établissement où ils sont incarcérés".

Après avoir découvert les parloirs aménagés avec l’aide de nombreux bénévoles, Rachida Dati s’est ensuite rendue dans une des trois unités de vie familiale (UVF) que compte l’établissement. "Combien de personnes peuvent en bénéficier ?", "Y a-t-il un délai d’attente ?", "Avez-vous déjà eu des incidents ?" a questionné le Garde des Sceaux. "Un tiers des détenus peuvent en bénéficier et il n’y a aucun délai d’attente" a répondu la directrice indiquant également qu’ "il n’y a jamais eu d’incidents". "Il y a un grand respect des lieux car nous trouvons ce dispositif important et les familles le savent" a constaté Nadine Picquet, insistant sur la sélection rigoureuse des surveillants chargés des unités de vie familiales (selon leurs qualités humaines notamment).

Le ministre a également visité l’accueil familles. "Ce lieu d’attente pour les familles avant d’accéder aux parloirs" selon les mots de Nadine Picquet, qui permet aux familles de patienter dans une salle conviviale - avec des dessins sur les murs, des guirlandes, des distributeurs de friandises et de boissons chaudes - tenue depuis de nombreuses années par une équipe de bénévoles toujours à l’écoute des familles.

La visite s’est conclue par une rencontre avec l’encadrement. Elle a permis aux personnels d’exposer la prise en charge des condamnés à de longues peines, les difficultés qu’elle pose et les améliorations qu’ils y ont apportées.

http://www.justice.gouv.fr/index.ph...