14142 articles - 12260 brèves

(2007-10) Courrier à la DDASS de Seine et Marne

Mise en ligne : 25 October 2007

Texte de l'article :

Paris, le 25 octobre 2007

 Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de SEINE ET MARNE

 A l’attention du Médecin Inspecteur de la Santé Publique

 Par télécopie : 01.64.87.62.01 

Aff : Cyril KHIDER/AP

 OBJET : DEMANDE D’INTERVENTION URGENTE

 

 Docteur,

 

 Je suis le Conseil de Monsieur Cyril KHIDER, actuellement détenu au centre de détention de MEAUX CHAUCONIN.

 

 Je me permets ainsi d’intervenir auprès de vous en raison des problèmes graves rencontrés par ce dernier dans les soins prodigués, suite à un accident qui lui est arrivé le 21 septembre dernier.

 

 Alors qu’il se trouvait sur le terrain de sport, Cyril KHIDER a reçu un ballon à la tête.

 Il a chuté, a perdu connaissance et s’est blessé à la cheville.

 Il est indiqué d’ailleurs sur le compte rendu de son scanner cérébral qu’il a subi un traumatisme crânien avec perte de connaissance ; scanner réalisé le 25 septembre 2007.

 

 Au centre hospitalier de MEAUX, où il a été examiné en urgence, un plâtre lui a été posé pour soigner la fracture de la malléole externe gauche.

 

 Il a beaucoup souffert suite à la pose de ce plâtre, alors qu’il sentait son pied placé de travers dans ce plâtre.

 

 Le 26 septembre 2007, il est retourné aux services des Urgences, alors que sa jambe avait gonflé et un autre plâtre lui a été posé.

 

 Alors que ce plâtre n’était pas sec, une intervention musclée et absolument injustifiée de certains surveillants de l’établissement a été effectuée sur Cyril KHIDER le jour même.

 Il a été plaqué au sol par plusieurs surveillants qui lui ont tordu la cheville avec son plâtre, qui n’était pas encore sec et donc ne lui protégeait pas correctement la cheville.

 

 Cyril KHIDER a, par la suite, été placé au quartier disciplinaire pour des faits pour lesquels il fut en partie relaxé par la commission de discipline de l’établissement, qui remettait ainsi en cause l’intervention des surveillants, qui n’auraient pas dû utiliser la force contre cet homme blessé.

 

 Quoiqu’il en soit, il est retourné au début du mois d’octobre au centre hospitalier de MEAUX pour qu’un nouveau plâtre soit reposé et il lui a été indiqué à ce moment-là, et près de trois semaines après l’accident, qu’il devrait être opéré ; une plaque de fer devant être posée dans sa jambe.

 

 Je peux également vous préciser que dès le début, il avait sollicité la pose d’un plâtre en résine, étant prêt à s’acquitter de la somme nécessaire sur son pécule.

 Cela lui a toujours été refusé alors même qu’aujourd’hui on lui a expliqué que l’aggravation de sa blessure serait due à la manière dont le plâtre aurait été posé.

 

 C’est pourquoi, aujourd’hui, je sollicite votre intervention, car Monsieur Cyril KHIDER n’a plus confiance dans les services hospitaliers de MEAUX : il n’a jamais été examiné au service orthopédique de l’hôpital, toujours reçu par un médecin différent aux Urgences, où il a pourtant été amené à quatre reprises en trois semaines.

 

 Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma demande d’intervention et des diligences avec lesquelles vous pourrez traiter ce dossier en permettant à Monsieur Cyril KHIDER d’être hospitalisé dans un autre établissement que celui dont dépend le centre de détention de MEAUX CHAUCONIN. Je tiens à vous préciser également qu’il ne pourra être emmené vers l’établissement pénitentiaire de FRESNES. Je peux également vous indiquer que des contacts ont été pris avec la clinique du sport à PARIS - Vème arrondissement.

 

 Je reste évidemment à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire ou tout entretien sur cette situation.

 

Je vous prie de croire, Docteur, en l’assurance de mes salutations respectueuses.

 

 Delphine BOESEL

 

Copie à : - DRASS d’ILE DE France (télécopie : 01.44.84.20.88)