14142 articles - 12260 brèves

La libération conditionnelle de Bertrand Cantat

Mise en ligne : 16 October 2007

Texte de l'article :

Le journal d’un avocat

Laissons de côté la si décevante actualité sportive (la France n’a gagné QUE 6 à 0 aux Féroé...) et tournons nous vers l’actualité juridique et judiciaire qui est riche ces temps-ci. Je vais aborder trois thèmes cette semaine, si mon agenda m’en laisse le temps : les peines plancher, la réforme de la carte judiciaire notamment.

Mais tout d’abord, collons le plus à l’actualité, la libération conditionnelle, sous les feux de la rampe aujourd’hui par la libération annoncée de Bertrand Cantat.

Soyons d’emblée très clairs. L’objet de ce billet n’est absolument pas d’étaler soit des déclarations scandalisées sur cette décision soit une approbation bruyante en fustigeant ceux qui s’y opposaient. De tels commentaires seront impitoyablement supprimés, je vous rappelle que je suis de mauvaise humeur depuis samedi soir. Pas de pollution médiatique ici, vous avez le courrier des lecteurs de la presse pour ça (je vous recommande les commentaires sous l’article de Libération, d’un niveau de caniveau très satisfaisant).

Je voudrais simplement expliquer ce qui conduit à de telles décisions de libération à mi-peine, et pourquoi celle-ci en particulier n’a absolument rien de scandaleux, même s’il est permis d’être à titre personnel, moral et pourquoi pas philosophique (domaines dans lesquels ce billet s’abstiendra de pénétrer) en désaccord avec elle.

La peine vise à punir, c’est une évidence, mais elle ne vise pas qu’à cela. C’est là l’écrasante responsabilité des juges - vous comprendrez bientôt le pluriel - que de rechercher l’équilibre entre toutes les finalités de la peine.

C’est l’article 132-24 du Code pénal qui a inscrit dans la loi les principes posés depuis longtemps par la jurisprudence, notamment du Conseil constitutionnel.

alinéa 2 :

La nature, le quantum et le régime des peines prononcées sont fixés de manière à concilier la protection effective de la société, la sanction du condamné et les intérêts de la victime avec la nécessité de favoriser l’insertion ou la réinsertion du condamné et de prévenir la commission de nouvelles infractions.

La protection de la société, c’est la neutralisation de l’individu dangereux. La prison est le plus efficace, mais d’autres peines y suffisent parfois amplement (la suspension du permis du chauffard, par exemple).

La sanction du condamné, c’est la rétribution : il a eu un comportement interdit, il doit être sanctionné sauf à faire de l’interdit social une farce. Le but est que quel que soit l’intérêt tiré du comportement, il ne vaille pas la peine qui y est attaché. Rouler à 200 fait arriver plus vite, mais si on vous confisque votre voiture et annule votre permis, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Les intérêts de la victime. Ca, c’est un ajout de la loi Clément sur la récidive du 12 décembre 2005. L’irruption de la victime à tous les stades du procès pénal est une tendance parfois irritante de notre époque tant on détourne le procès pénal de sa finalité et de ce qu’il est vraiment : un individu face à la société dont il a transgressé les règles. Mais la prise en compte de ses intérêts au niveau de la peine est parfaitement naturelle, et les juges n’ont pas attendu le législateur pour en faire un paramètre de la peine. C’est d’ailleurs un très bon argument pour la défense : il faudra réparer, or la prison, privant de travail, empêche la réparation, ou la retarde d’autant. Comme quoi, les intérêts de la victime sont parfois opposés à ceux de la société, qui a plus à gagner à une neutralisation durable.

La nécessité de favoriser l’insertion ou la réinsertion du condamné : il y a toujours un après la peine depuis le 9 octobre 1981. Il faut préparer cet après, car le retour à la liberté après une longue incarcération (et quatre ans, c’est long) est difficile. On passe d’un univers très encadré (vous n’ouvrez aucune porte vous même et n’allez nulle part sans permission) à être livré à soi même, et souvent à la solitude. Il ne faut donc pas insulter l’avenir par la peine. D’où une nécessaire phase de transition, de retour progressif à la liberté sous certaines contraintes. Là se situe le coeur de la libération conditionnelle.

Prévenir la commission de nouvelles infractions. Redondance avec la protection de la société, mais le législateur de 2005 était obsédé par la récidive. Cette prévention, outre la menace de la sévérité en cas de récidive (dont l’efficacité me paraît très douteuse, j’y reviendrai quand je parlerai des peines plancher), il y a aussi le traitement médical ou psychologique, le sevrage alcoolique, qui nécessite aussi une certaine forme de contrainte, qui ne peut être exercée que pendant l’exécution de la peine. La libération conditionnelle sert aussi à cela.

Ces principes s’imposent d’abord à la juridiction de jugement. Dans le cas Cantat, la juridiction était lituanienne, mais ces principes ne sont pas non plus inconnus sur les rives de la Baltique. Une bonne plaidoirie doit à mon sens donner l’opinion de l’avocat sur ces quatre points. C’est en tout cas plus pertinent que l’invocation de l’enfance malheureuse (il y a des présidents de correctionnelle qui viennent de la DDASS, l’excuse passera très mal) ou que "la prison ne sert à rien puisque le prévenu a toujours récidivé", que j’ai entendu récemment dans un prétoire avant que le tribunal ne prononce une peine largement supérieure aux réquisitions du parquet.

Mais une peine s’étalant dans le temps, il ne serait pas bon de la traiter comme une parole sacrée et intangible. Un condamné peut changer, et la longue période d’observation continue qu’est un emprisonnement permet de le constater. C’est là qu’intervient le juge d’application des peines (JAP). Il a de par la loi des pouvoirs étendus mais pas illimités pour modifier la peine en cours d’exécution. Il peut la suspendre, la fractionner (un étudiant condamné à 6 mois de prison ferme fera deux fois trois mois pendant ses vacances scolaires ce qui n’interrompra pas ses études), la réduire pour bonne conduite, donner des autorisations de sorties (une journée à quelques jours, pas plus) et enfin octroyer la libération conditionnelle.

La libération conditionnelle suppose que le condamné ait exécuté une durée d’emprisonnement égale à celle lui restant à accomplir. Ce qu’on appelle la mi-peine, qui n’est pas égale à la moitié de la peine, ce serait trop facile, les réductions de peine devant être décomptées. C’est la première condition, mais pas la seule. Ajoutons que le droit étant la science des exceptions, un condamné ayant un enfant de moins de dix ans avec qui il vit habituellement est dispensé de cette condition de mi peine. La société considère que l’intérêt de l’enfant doit pouvoir justifier une grande clémence.

Une fois que la mi-peine est franchie, le JAP peut, soit d’office (le JAP doit examiner chaque année la situation des condamnés admissibles à cette mesure), soit à la demande du condamné, envisager une libération conditionnelle. Les critères pris en compte sont l’exercice d’un travail à la sortie, les efforts faits en vue d’indemniser les victimes, l’assiduité à un enseignement ou une formation en cours de détention, le suivi d’un traitement médical contre les causes du passages à l’acte, et les conditions qui attendent le condamné à la sortie. Le dossier pénitentiaire est pris en compte, puisque l’avis de l’administration pénitentiraire est sollicité, et un condamné multipliant les incidents et les punitions aura peu de chance de bénéficier d’une telle libération. Un SDF aura bien plus de mal à obtenir une libération conditionnelle qu’une personne attendue par sa famille qui lui a trouvé un emploi. C’est ainsi.

L’intérêt de la libération conditionnelle est que la peine est toujours en cours d’exécution : le libéré reste sous l’autorité de la justice. La libération est conditionnelle. Le droit est aussi la science des épithètes, auquel le public ne prête jamais assez d’attention. Le JAP impose des obligations au libéré (ne pas changer de domicile sans autorisation, répondre aux convocations ou recevoir le travailleur social chargé de son dossier) qui, s’il ne les respecte pas, encourt un retour en prison, qui peut être très rapide, le JAP pouvant révoquer la mesure et décerner mandat d’arrêt sans avertir le condamné. Il y a donc un suivi, et une menace. On est loin du retour à la liberté de fin de peine, ou plus aucun suivi n’est par définition possible (sauf pour les délinquants et criminels sexuels condamnés à un suivi socio judiciaire, car le droit est la science des exceptions).

Ainsi, Bertrand Cantat bénéficiera-t-il d’une telle libération parce qu’il a accompli la moitié de sa peine depuis l’été dernier ; il a intégralement indemnisé les parties civiles qui avaient demandé des dommages-intérêts lors du procès (les enfants de la victime, ses parents s’y étant refusé) ; les risques de récidive paraissent inexistants ; il a de très bonnes conditions d’accueil à l’extérieur et peut espérer aisément retrouver un travail, que ce soit son ancienne activité de chanteur ou tout autre travail. Il est probable qu’il a pu fournir des promesses d’embauche satisfaisantes. Il a un dossier pénitentiaire exemplaire, n’ayant jamais été puni disciplinairement.

Tiens, en rédigeant ce billet, je découvre que Le Figaro publie le jugement du JAP de Toulouse.

Voilà un document précieux.

On apprend donc que la demande a été sollicitée le 22 juillet 2007. On ne peut pas dire que le JAP agisse dans la précipitation. Il a bien un contrat de travail avec Universal Music (oui, un chanteur très marqué à gauche qui travaille pour une multinationale, je ne vois pas où est le problème ?) renouvelé en 2005, des revenus issus de ses droits d’auteur et interprète, qu’il a deux enfants dont il souhaite pouvoir s’occuper - sa fille a 4 ans, son fils 10. La famille de la victime a été consultée qui a exprimé son désaccord, estimant que Bertrand Cantat aurait bénéficié de conditions privilégiées durant sa détention et invoquant l’exemplarité de l’affaire en matière de violences conjugales. L’administration pénitentiaire a donné un avis favorable. Le ministère public ne s’oppose pas (il a un mal fou à être d’accord, c’est un blocage), à condition que la période de suivi ne soit jamais réduite, et que le condamné poursuive à l’extérieur sa prise en charge thérapeutique et s’abstienne de toute intervention publique ou diffusion d’oeuvre relative aux faits (pas de livre, pas d’interview), ce à quoi le condamné a dit qu’il était d’accord.

Le juge explique ensuite sa décision : il constate sa compétence pour statuer seul (peine de moins de dix ans), que le condamné est à mi peine, et répond aux parties.

Sa réponse à la famille de la victime mérite d’être reprise ici, pour les Monsieur Prud’homme qui se scandalisent sans savoir.

Monsieur Cantat et son conseil ont rappelé les conditions de vie carcérale ayant entouré les quatorze mois d’emprisonnement subis à Vilnius, avec notamment un placement en isolement dans une cellule de 6m² située en sous sol, seulement éclairée par un soupirail et une ampoule allumée nuit et jour, une surveillance permanente à travers un miroir sans tain en raison du risque d’un passage à l’acte suicidaire, ou encore l’impossibilité, pour des raisons linguistiques, de bénéficier du soutien psychologique qui lui était à l’époque particulièrement indispensable ;

S’agissant ensuite de l’incarcération subie à MURET, il convient de relever que M.CANTAT, contrairement à certaines allégations ayant pu circuler dans la presse, n’a en aucune manière bénéficié d’un "traitement de faveur" caractérisé par une plus grande liberté de circulation à l’intérieur de l’établissement, de plus larges horaires d’ouverture des cellules , et la prise de repas en commun, l’organisation de sa vie quotidienne ne lui est évidemment pas spécifique, mais réservée à la centaine de détenus affectée au bâtiment dit "de confiance", car ne présentant ni problème de réadaptabilité, ni dangerosité de nature sociale ou psychiatrique.

Loin de lui valoir, comme e pu le penser la partie civile sur le base d’informations erronées, un statut privilégié et des conditions de détention "que bien des prisonniers lui envieraient", la notoriété de M. Cantat l’a au contraire placé dans un contexte singulièrement éprouvant.

Ainsi, et clans la suite de l’incendie [1] survenu au cours de sa détention en Lituanie, et dont le caractère criminel est depuis avéré, M. CANTAT a reçu plusieurs lettres le menaçant de mort, notamment dans les débuts de son incarcération au Centre de Détention faisant actuellement l’objet d’enquêtes auprès du Parquet de TOULOUSE, d’autres sont parvenues à l’approche du débat contradictoire, et même en cours de délibéré. A l’intérieur de l’établissement, un climat de représailles avait également entouré son arrivée et nécessité pour sa sécurité un transfert rapide vers un autre bâtiment, certains détenus ayant utilisé sa faiblesse psychologique pour “s’autoproclamer protecteur” en lui faisant croire qu’il était la cible d’un “contrat” à l’extérieur.

Par ailleurs, toujours en lien direct avec l’extrême médiatisation entourant cette affaire, M. CANTAT a dû affronter de graves atteintes à la vie privée, parmi lesquelles le détournement et la publication dans l’hebdomadaire "VOICI"[2] (édition du 21 février 2005) de sa fiche d’inscription à l’université de Toulouse Le Mirail - ce qui l’a conduit à abandonner les études de philosophie qu’il souhaiter mener par correspondance auprès de cet établissement- , et surtout la parution d’une quinzaine de clichés photographiques pris à son insu en plusieurs moments et lieux du son quotidien carcéral (“VSD” édition du 21 au 27 février 2007, condamnation de la 17e Chambre Civile du TGI de Paris en date du 1er octobre 2007),

Au regard de la durée effective et de la pénibilité de l’emprisonnement subi, la mesure de libération sollicitée par M. CANTAT ne saurait donc être considérée comme prématurée, étant enfin observé que sa sortie définitive eu situe à moins de deux ans, comme étant fixée au 29juillet 2009[3].

Voilà pour ceux qui trouvent que Bertrand Cantat s’en sort trop bien et a passé de joyeuses vacances.

Enfin, rappelons que le fait d’être une personne publique, un "pipole" comme on dit en français moderne, que l’on soit auteur ou victime, n’implique pas la mise à disposition du public de sa vie privée et l’invitation à proférer des jugements aussi définitifs que fondé sur du néant. Laissons ces personnes vivre en paix. A ce titre, je réitère mon avertissement. Les commentaires donnant un avis dont nul, à commencer par moi, n’a que faire sur les divers protagonistes de cette affaire,seront supprimés.

Notes

[1] de sa maison personnelle, NdEolas

[2] Dont je salue au passage la rédaction qui, je le sais, me fait l’amitié de me lire et celle plus grande encore de ne pas s’intéresser à moi

[3] Par le jeu des réductions de peine et décrets de grâce.

http://www.maitre-eolas.fr/