14142 articles - 12260 brèves

Fiches techniques de livres sur le thème carcéral

Documents associés :

Type : JPEG

Taille : 5.6 kb

Date : 30-09-2007

Ramos Graciliano - Mémoires de prison

Mise en ligne : 20 October 2007

Texte de l'article :

Mémoires de prison
de Graciliano Ramos

Témoignage de Graciliano Ramos, écrivain brésilien incarcéré pour subversion par le régime de Getulio Vargas en 1936-1937. Selon les traducteurs, il s’agit de l’oeuvre majeure de G. Ramos, entré au Parti communiste en 1945.

Critique de la librairie Compagnie

En 1936, Graciliano Ramos est directeur de l’Instruction publique de l’État d’Alagoas, dans le Nordeste brésilien. C’est aussi un écrivain connu. Il vient de publier São Bernardo, il achève Angoisse. Ce qu’il écrit, ce qu’il pense composent de lui la figure d’un homme libre. Il n’en faut pas davantage alors pour devenir suspect : le climat politique est tendu, Getúlio Vargas prépare le coup d’État qui installera la dictature de l’Estado Novo. Les prisons se remplissent. Les communistes sont visés, mais aussi tout ce qui peut faire obstacle aux desseins de l’homme fort du Brésil : la gauche, les libéraux, les intellectuels, les étrangers.

Un jour de mars de cette année agitée, Graciliano Ramos est arrêté, sans motif, sans explication. Pendant onze mois ce seront la même opacité, la même angoissante absurdité. Le fond de l’horreur est atteint au bagne d’Ilha Grande, colonie pénitentiaire sous les tropiques. Là sont parqués « politiques » et prisonniers de droit commun.

Lorsqu’il quitte la colonie, Graciliano Ramos, à quarante-quatre ans, est un vieillard épuisé.

Dix ans plus tard, il entreprend la rédaction de ses Mémoires de prison. Un projet longuement médité, longtemps ajourné. Il y consacrera les dernières années de sa vie. Livre de la mémoire, cet ouvrage ne sera pas un pamphlet politique. Graciliano Ramos se garde aussi de tout exhibitionnisme. Ce qu’il veut, c’est communiquer le plus aigu des sensations, des situations, des sentiments. Cette recherche au fond de soi et des autres était indissociable d’une réflexion sur la véracité du récit : une entreprise de rigueur.

Gallimard - 1988 - 688 pages