14463 articles - 12260 brèves

Documents associés :

Texte en format word

Type : Word

Taille : 22 kb

Date : 2-11-2003

Psychologue en milieu carcéral

Mise en ligne : 17 November 2003

Le journal des psychologues, n°210, septembre 2003

Texte de l'article :

Après être sortie de l’ombre, La prison a fait l’objet de vives critiques et la réalité carcérale a été révélée. L’heure a alors semblé être aux projets de réforme sur fonds d’une sensibilisation de l’opinion publique. Qu’en est-il aujourd’hui ? Classement sans suite des travaux engagés autour de la grande réforme annoncée, augmentation brutale et sans précédent de la population carcérale, promotion de la détention provisoire, recourt électif aux peines de prison, allongement de leur durée... notre secrétariat d’État aux programmes immobiliers de la Justice va sans doute avoir fort à faire à ce train-là. La prison est chroniquement L’objet d’un double langage : elle doit à la fois isoler et insérer, assurer La gestion des « stocks » et des flux de prisonniers tout en veillant au respect de la personne humaine, elle doit être en mesure d’accueillir de plus en plus de détenus pour des durées de plus en plus longues et de les traiter de mieux en mieux pour une meilleure réintégration sociale. Les relations entre société et prison paraissent bien ambiguës : la répétition inlassable d’un discours régénérateur s’accompagne de la construction incessante de prisons toujours plus sécuritaires, et ce, malgré la faillite du système pénitentiaire, faillite dénoncée dès les premiers rapports de 1825.

L’intérêt pour la prison semble ne pouvoir être mobilisé que par des relents scandaleux, des sursauts d’indignation. L’état « calamiteux » de nos prisons récemment découvert aussitôt oublié, est pourtant un secret de Polichinelle. Son avenir dépend nécessairement de sa sortie de l’ombre et d’un large débat sur l’usage d’un système carcéral et sur le sens de la peine.

Un débat auquel peuvent contribuer les psychologues qui, de plus en plus nombreux, exercent en prison. Interroger les pratiques des psychologues en milieu carcéral et favoriser les échanges et les confrontations sont des nécessités au regard de la complexité et des exigences du travail clinique. Les contributions présentées ici témoignent des réflexions engagées sur l’expérience des pratiques cliniques, les controverses ouvertes par l’ambiguïté de certaines pratiques, la possibilité de construire un cadre thérapeutique contenant, les principes éthiques et déontologiques, la richesse du travail clinique et des débats qu’il peut susciter. Richesse mais aussi complexité qui nécessitent un cadre d’élaboration pour fonder une position professionnelle engagée dans une clinique individuelle et institutionnelle. 

Dominique LHUILIER
Maître de conférences,
Université Paris VII,
Laboratoire de changement social