14262 articles - 12260 brèves

Proposition 9 : "Favoriser la libération conditionnelle" par Elisabeth Guigou

Mise en ligne : 14 November 2005

Voici les dix propositions de personnalités politiques publiées par le Nouvel Observateurs pour en finir avec le scandale des prisons

Texte de l'article :

Proposition 9 : "Favoriser la libération conditionnelle"
par Elisabeth Guigou [1

DANS NOS PRISONS, les cellules surpeuplées, l’insalubrité, la saleté, l’exaspération des surveillants, la violence entre détenus, les suicides m’inspirent la honte et l’effroi. Notre société veut oublier que tout détenu sort un jour de prison. Il faut pourtant préparer cette sortie, dès le premier jour de l’incarcération. La libération conditionnelle n’est pas seulement un moyen de lutter contre le surpeuplement. Parce qu’elle organise une sortie accompagnée, elle est le meilleur outil contre la récidive.

La loi du 17 juin 1998 sur la délinquance sexuelle a instauré un suivi médical en prison et après la sortie. La loi du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence et les droits des victimes a relancé la libération conditionnelle en la confiant à un tribunal régional et non plus au garde des Sceaux. Deux réformes accompagnées par la création de 2 750 emplois, parmi lesquels des centaines de postes d’éducateurs de la pénitentiaire. Cette politique a, hélas, été abandonnée en 2002. La surenchère du gouvernement sur la récidive masque mal l’insuffisance des moyens : le rythme de créations d’emplois au ministère de la Justice ne cesse de diminuer. 

Face à la démagogie, la gauche doit avoir le courage de défendre à tout prix le recrutement d’éducateurs, de juges et de psychiatres pour renforcer le suivi médical, social et judiciaire, en prison et durant la libération conditionnelle.

Source : Le Nouvel Obs

Notes:

[1] Députée de Seine-Saint-Denis, ancienne garde des Sceaux