14262 articles - 12260 brèves

Présentation

Mise en ligne : 18 July 2002

Dernière modification : 12 June 2005

Texte de l'article :

Le Collectif de Défense des Familles et Proches de Personnes Incarcérées a été créé en avril 2001 sur l’initiative de femmes de détenus.
Aujourd’hui il compte à peu près quatre vingt adhérents dont neuf associations adhérentes et dix détenus (nous entretenons une correspondance suivie avec la moitié d’entre eux qui souhaitent créer un groupe local dès leur sortie).

Mouvement Le CRI 86000 Poitiers
Arche Touloise 54200 Toul
Arc-en-ciel (Maison d’accueil des familles de détenus) 35000 RENNES
Relais Enfants Parents 35005 RENNES CEDEX
ANVP (Association Nationale des Visiteurs de Prison) 72230 ARNAGE
Les amis de la Centrale de Poissy  78300 POISSY
Groupe Mialet  78110 Le Vésinet
ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) 75009 Paris
Association Familles et Prisons 44600 St Nazaire

Nous travaillons également avec l’Observatoire International des Prisons qui nous soutient.

Depuis sa création le Collectif a participé à des émissions de télé comme Zone Interdite et Demain Tous.
Des émissions de Radio début 2002 : France Info, France Bleue Gironde , Wit FM et Chérie FM.
La presse écrite : Libération, Elle, Sud-Ouest Marie-Claire, Maxi et Le Télégramme de Brest.
Des congrès et Colloque :
Mai 2001 Congrès FRAMAFAD (maisons d’accueil pour les familles de détenus),
En décembre 2001 Rencontre Inter associative avec le courrier de Bovet, l’ACAT.
En mai 2002 colloque à Paris organisé par la Fondation pour l’enfance sur l’enfant et son parent incarcéré.
En Juin 2002 colloque à Bordeaux organisé par Citoyen et Justice, rencontre de l’écrivain ancien condamné à mort Philippe Maurice.

A VENIR : Octobre 2002 : nous participerons aux journées organisées par le Relais enfants parents à Rennes.

Nous intervenons pour rappeler à l’administration pénitentiaire l’article D402 :  « En vue de faciliter le reclassement familial des détenus à leur libération, il doit être particulièrement veillé au maintien et à l’amélioration de leurs relations avec leurs proches, pour autant que celles-ci paraissent souhaitables dans l’intérêt des uns et des autres »

Nous avons réussi à faire rapprocher deux détenus de leur famille et nous travaillons en ce moment pour qu’un détenu soit rapproché de ses enfants. Nous avons des contacts avec la défenseur des enfants et nous avons été reconnues au début de l’année par l’administration pénitentiaire.
Nous sommes la seule association sur le plan national qui se bat pour le maintien des liens familiaux entre la personne incarcérée et sa famille.

Nous demandons :
le maintien de la personne incarcérée à une distance raisonnable de ses proches
le droit à l’intimité pour les couples
le droit pour l’enfant de passer du temps avec son parent dans un lieu propice à son épanouissement affectif
droit au téléphone entre le détenu et ses proches
prise en compte des problèmes financiers liés à l’incarcération
Lieux d’attente corrects pour permettre à la famille de ne pas attendre par n’importe quel temps dehors l’heure d’entrée au parloir.
Permettre à l’enfant d’offrir un cadeau pour les fêtes des pères et mères et d’en recevoir pour une occasion importante (Noël, anniversaire)
Nous avons fait une pétition pour les fêtes de Noël afin que l’enfant puisse recevoir un cadeau de la part de son parent, l’administration pénitentiaire a commencé à le faire dans certains endroits (prisons parisiennes) elle nous a assurée que cette année cela devrait être mis en place.
Nous avons recueilli plus de 700 signatures à cette pétition l’année dernière, nous en lancerons une autre cette année.

Le Collectif diffuse un bulletin trimestriel « Le Journal du Collectif ».